Presqu'île (Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne de la presqu'île de Lyon, depuis le sud
La Place des Terreaux, dans le nord de la Presqu'île

La Presqu'île est une partie de la ville de Lyon qui s'étend sur les 1er et 2e arrondissements. La Presqu'île est classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le lieu se serait d'abord appelé, à l'époque romaine, Canabae ou île des Canabae, du latin canaba (pl : canabae), barraque, cellier, hangar. Ce nom désigne en général, le quartier d'une ville romaine où se pressent les entrepôts de commerce. Le commerce à Lugdunum, le « Lyon » antique, est essentiellement fluvial. C'est ainsi que le nom Canabae s'est retrouvé lié au quartier de la presqu'île. Ce nom est attesté par deux inscriptions romaines :

  • Un bloc retrouvé rue Clothilde-Bizolon (2e arr.) : ce piédestal (1.69 m de haut, 70 cm de large) indique que les négociants en vins demeurant dans les kanabae élèvent une statue en l'honneur de leur patron[1].
  • En novembre 1809, un grand fragment est retrouvé dans la Saône où on lit : « [-]ian[-] negotiatores v]inari(i) C[abanenses] » : les négociants en vin du quartier des Canabae[2].

Le mot « presqu'île », quant à lui, n'est attesté dans la langue française qu'en 1546[3].

Description[modifier | modifier le code]

le Palais de la Bourse dans le quartier des Cordeliers
La fontaine de Bartholdi sur la Place des Terreaux
le Musée des beaux-arts de Lyon, (Palais Saint-Pierre)

Géographie[modifier | modifier le code]

D'orientation ouest-sud-est/est-nord-ouest, la presqu'île est longue de 4.5 km du quartier des Terreaux, aux pieds de la colline de la Croix-Rousse jusqu'à la pointe de la confluence. Elle est large d'environ 650 à 700 mètres mais atteint une largeur maximale de 830 m dans le quartier de la Confluence et minimale de 570 m aux Cordeliers. Elle est bordée à l'ouest par la Saône, à l'est par le Rhône. La presqu'île constitue aujourd'hui le centre ville de Lyon, de Perrache, jusqu'au bas des pentes de la colline de la Croix-Rousse. Elle accueille un axe piétonnier parmi les plus longs d'Europe : la rue de la République, avec des banques, de nombreux magasins d'alimentation, de la mode, des salles de cinéma, des brasseries et des restaurants. La rue Mercière est au centre de la Presqu'île et la place Bellecour, l'une des plus grandes places d'Europe, en est un lieu d'attraction.

Sociologie[modifier | modifier le code]

La presqu'île est constituée de plusieurs quartiers à la sociologie distincte. On peut distinguer quatre zones du nord au sud :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'archéologie, grâce aux fouilles préventives et aidée des géographes, géomorphologues et sédimentologues, permet de dresser la topologie du site à travers les âges :

  • À l'âge du bronze, la plaine alluviale du Rhône est stable comme le confirment les traces d'habitat retrouvées sur la rive gauche du Rhône[4].
  • Au premier âge du fer (-800 à -450), l'activité hydrologique est plus forte : la présence de bancs de galets déposés par le Rhône sur le bas du flanc de la colline de Fourvière (actuel quartier Saint-Jean), montre que le confluent devait se situer vers Saint-Georges. Le sous-sol de la presqu'île montre des vastes bancs de cailloux séparés par des chenaux de dix à vingt mètres de large et profonds de un à trois mètres : la géomorphologie parle de « tressage » : des bras fluviaux actifs au cours instable : la presqu'île est inhabitable au premier âge du fer.
  • Au second âge du fer (-450 à -50), un changement s'opère : la presqu'île est une plaine d'inondation. Son niveau s'élève à chaque crue grâce à l'apport des sables et limons. Les anciens chenaux du premier âge du fer se colmatent petit à petit. Le Rhône se retire vers l'est, la Saône quitte son chenal au pied de la colline de Fourvière et décrit un tracé proche du cours actuel. La presqu'île est née. Le confluent se décale à l'est et se stabilise au sud du quartier actuel d'Ainay.
  • Quand la colonie romaine arrive en -43, la presqu'île offre un paysage proche de ce qu'elle est aujourd'hui si ce ne sont les chenaux résiduels qui ne sont en eau que lors des crues. La presqu'île ne sera finalement peuplée qu'à partir du Ier siècle[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation romaine[modifier | modifier le code]

La presqu'île actuelle correspondrait approximativement à ce que certains historiens[7] ont appelé l'île des Canabae. L'existence de la Presqu'île est attestée au Ier siècle, tandis que des crues provoquaient à chaque fois la formation de plusieurs petites îles[8]. La Presqu'île semblerait avoir été créée par l'intervention des populations qui se sont installées aux abords de la Saône et du Rhône. De nombreuses hypothèses ont été émises concernant l'évolution topographique de la Presqu'île.

« Toutes ces hypothèses (ont) en commun de supposer une configuration de la presqu’île antique différente de ce qu’elle pouvait être au Moyen Âge, mais surtout de donner une image figée de cette presqu’île durant toute la période romaine, sans envisager qu’elle ait pu connaître une évolution entre les débuts de l’Empire et les IIIe ou IVe siècles[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et sous la Renaissance, l'activité marchande et d'imprimerie de la rue Mercière, au cœur de la Presqu'île, en faisait une rue très fréquentée. Il en reste au XXIe siècle les brasseries et restaurants qui se sont appropriés et n'en perpétuent pas moins la réputation.

Renaissance[modifier | modifier le code]

L'axe marchand de la presqu'île est constitué des actuelles rue Mercière, place des Jacobins (anciennement place Confort), rue Confort, et rue Bellecordière.

Les percées du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

C'est à cette époque, à l'exemple de Paris et de ses grands boulevards haussmaniens, que sont percés les deux grands axes actuels, à savoir la rue Victor Hugo et la rue de la République (alors rue Impériale).

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La presqu'île constitue le cœur historique de la ville et une zone marchande de premier ordre. Le chiffre d'affaires du commerce en presqu'île est égal à celui généré par le centre commercial de la Part-Dieu (3e arr.).

Monuments et lieux culturels[modifier | modifier le code]

La Presqu'île est aujourd'hui le vrai centre de Lyon, elle est la continuité urbaine de la cité antique, du Vieux-Lyon (médiéval et renaissance) par ses rues renaissances (Rue Mercière), ses grandes artères hausmaniennes, ses places, ses hôtels particuliers et ses monuments classiques. Elle est classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Voici les monuments les plus remarquables :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Navette 91 du TCL de la Presqu'île partant du terminus Saint-Paul Gare
Lyon tcl logo-metro-full.svg
Ce site est desservi par les stations de métro : Hôtel de Ville - Louis PradelBellecourAmpère - Victor HugoPerrache et Cordeliers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CIL XIII, n° 1954
  2. CIL XIII, n° 1788
  3. Le petit Robert de la langue française 2007
  4. Collectif, sous la direction de Matthieu Poux et Hugues Savay-Guerraz, Lyon avant Lugdunum, Infolio éditions, 2003, p. 29
  5. Collectif, sous la direction de Matthieu Poux et Hugues Savay-Guerraz, Lyon avant Lugdunum, Infolio éditions, 2003, p. 30
  6. Grégoire Ayala, Lyon. Évolution d’un bord de Saône de l’Antiquité à nos jours : la fouille du parc Saint-Georges, bilan préliminaire, Revue archéologique de l'Est (RAE), 56, 2007, p. 153-185.Lire en ligne sur la RAE
  7. dont l'archéologue Amable Audin, Essai sur la topographie de Lugdunum
  8. presqu'île et crues au Ier siècle
  9. Le Rhône et la Saône à l'époque romaine. Extrait de Gallia 56, 1999. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

45° 45′ 05″ N 4° 49′ 40″ E / 45.75139, 4.8278