Presbyterorum Ordinis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Presbyterorum Ordinis
Blason du pape Paul VI
Décret du pape Paul VI
Date 7 décembre 1965
Sujet Décret sur le ministère et la vie des prêtres

Presbyterorum Ordinis, le Décret sur le ministère et la vie des prêtres, est l'un des textes produits lors du IIe concile œcuménique du Vatican. Approuvé par un vote de 2 390 pour et 4 contre, par l'assemblée du concile des Évêques, le décret fut promulgué par le pape Paul VI le 7 décembre 1965. Le titre signifie « l'ordre des prêtres » en latin et est tiré de la première ligne du décret (incipit), comme le veut l'usage des écrits de l'Église catholique romaine.

Contenu[modifier | modifier le code]

Les chiffres correspondent aux chapitres

  1. Préambule (1)
  2. Le presbytérat dans la mission de l’Église (2-3)
  3. Le ministère des prêtres (4 - 9)
    1. Fonctions des prêtres (4 - 6)
    2. Relations des prêtres avec les autres (7 - 9)
    3. Répartition des prêtres et vocations sacerdotales (10 - 11)
  4. La vie des prêtres (12 - 21)
    1. Vocation des prêtres à la perfection (12 - 14)
    2. Exigences spirituelles particulières dans la vie des prêtres (15 - 17)
    3. Moyens au service de la vie des prêtres (18 - 21)
  5. Conclusion et exhortation (22)

Points principaux[modifier | modifier le code]

Les prêtres ont pour mission sacerdotale d'administrer les sacrements de la foi, et ceci vers tous les peuples comme le préfigure la personne de Melchisédech. Ils doivent eux-mêmes être les propagateurs d'une vie autre que terrestre ; ils ne doivent pas rechercher à plaire aux hommes, mais doivent plutôt suivre la doctrine chrétienne ainsi que vivre et toujours lutter pour la sainteté et la pauvreté volontaire. Tirant leur autorité du Christ au sein de la hiérarchie de l'Église, les prêtres fournissent un ministère par lequel le sacrifice spirituel des fidèles est rendu parfait, en union avec le sacrifice du Christ. Leur propre sacrifice spirituel est la clé, comprenant la célébration du mystère de l'Eucharistie - la tâche la plus noble des prêtres - et la récitation de l'office divin (voir le Bréviaire), prêtant leur voix à l'Église, en union avec le Christ « toujours vivant pour intercéder en notre faveur ». La prière, l'exemple et la pénitence permettent à l'Église d'exercer une vraie maternité envers toutes les âmes qui doivent être conduites vers le Christ, sans tenir compte de la nationalité, du sang, ou de l'âge. Les prêtres doivent aider le fidèle à connaître et aimer la liturgie. Et pour ce qui les concerne, ils doivent constamment s'efforcer de perfectionner leurs connaissances des affaires divines et séculières. L'abstinence parfaite et perpétuelle est appropriée de multiples façons pour le sacerdoce et préfigure le monde à venir, dans lequel les enfants de la résurrection ne s'épousent pas ni ne prennent femme. Celui qui dispense les mystères de Dieu est comme l'homme qui a semé son champ et de qui le Seigneur a dit : « Qu’il dorme ou qu’il se lève, la nuit ou le jour, la semence germe et pousse, il ne sait comment. »[1]

Controverses[modifier | modifier le code]

La période qui suit la promulgation de Presbyterorum Ordinis est marquée par une chute sévère du nombre de vocations des prêtres dans le monde occidental. Les dirigeants de l'Église ont argué que l'ancienne sécularisation en était responsable mais que cela n'était pas explicitement décrit dans les textes du Concile. Les historiens ont également souligné les dommages occasionnés par la révolution sexuelle de 1968 et la forte influence d'Humanae Vitae[2].

Pourtant d'autres auteurs ont affirmé que la baisse des vocations était, au moins partiellement, délibérée et faisait partie d'une tentative de "décléricaliser" l'Église pour favoriser un clergé plus pluraliste[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]