Premier méridien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un premier méridien (ou méridien origine) est un méridien qui, en cartographie, sert de référence de longitude, c’est-à-dire 0° de longitude, à l'échelle d'un corps céleste.

À la différence des parallèles qui sont entièrement définis par l'axe de rotation d'un objet céleste, le choix d'un premier méridien est la plupart du temps arbitraire.

Terre[modifier | modifier le code]

Sur Terre, pour la cartographie standard, le premier méridien actuellement et universellement utilisé est le méridien de Greenwich. Ce méridien fut adopté comme standard international en 1884 par 25 pays lors de la conférence internationale du méridien de Washington et son usage s'est depuis étendu au reste de la planète. Le système géodésique mondial actuel, dit WGS 84, utilise le méridien de référence de l'IERS, une longitude 0° située 102,5 m à l'est du méridien de Greenwich[1].

D'autres premiers méridiens ont été utilisés par le passé par différents pays :

Autres corps célestes[modifier | modifier le code]

Un premier méridien a été défini pour d'autres objets du système solaire :

  • Sur la Lune, il passe directement au milieu de la face visible depuis la Terre, près du cratère Bruce. Plus généralement, pour les objets dont la rotation est synchrone, il est possible d'adopter la position moyenne du point qui fait directement face au corps autour duquel ils tournent comme origine des longitudes. Cette convention est généralement adoptée pour Io, Europe, Ganymède, Callisto ou Titan.
  • Sur Mercure, la longitude 20° E est définie par un petit cratère nommé Hun Kal (« 20 » en maya) [2].
  • Sur Vénus, le cratère Ève, dans Alpha Regio, sert de référence des longitudes.
  • Sur Mars, le premier méridien est défini par le cratère Airy-0.
  • Sur les géantes gazeuses, qui ne semblent pas posséder de surface solide et dont l'atmosphère tourne à des vitesses différentes selon la latitude, plusieurs systèmes peuvent être employés, comme par exemple de prendre pour référence le champ magnétique de ces planètes.
  • Les lunes des géantes gazeuses, du moins celles qui n'en sont pas trop éloignées, sont presque toujours en rotation synchrone, et on peut alors définir le méridien origine comme étant celui du point sub-primaire (le point de la face de la lune qui a la primaire à son zénith).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. History of the Prime Meridian -Past and Present [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]