Premier Amour (Tourgueniev)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Premier amour (Tourgueniev))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Premier Amour.
Premier Amour
Publication
Auteur Ivan Tourgueniev
Titre d'origine Первая любовь
Langue Russe
Parution Drapeau de l'Empire russe Empire russe, 1860,
La Bibliothèque pour la lecture (mensuel)
Intrigue
Date fictive Été 1833
Lieux fictifs Non loin de Moscou
Personnages Vladimir Petrovitch
Zénaïde Alexandrovna Zassékine
Piotr Petrovitch
La Princesse Zassékine

Premier Amour (Первая любовь) est une nouvelle d'Ivan Tourgueniev. Commencée au début de 1860, l'œuvre est achevée le 10/22 mars 1860 à Saint-Pétersbourg et publiée la même année dans la revue russe La Bibliothèque pour la lecture, aussi appelée en français La Bibliothèque de lectures[1]. Sa première parution en français date de 1863[2].

Premier Amour est l'une des œuvres de Tourgueniev où point le pessimisme romantique de l'auteur qui se fait peintre des hommes « inutiles » et des amours inachevées. Il décrit l'amour comme un mal endémique, un désordre organique qui atteint ses semblables de diverses manières selon leur complexion ou leur âge. Cette « maladie » est décrite dans ce récit avec une grande pénétration psychologique et une délicatesse de teintes extrême, de sorte que le caractère plutôt scabreux du sujet – la rivalité entre un père et un fils épris d'une même femme – se trouve fort atténué.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Vladimir Petrovitch : héros de la nouvelle, âgé de seize ans à l'époque des faits ;
  • Zénaïde[3] Alexandrovna : jeune fille dont le héros est amoureux, âgée de vingt et un ans ;
  • La princesse Zassékine : mère de Zénaïde ;
  • Le père de Vladimir, Piotr : homme autoritaire et distant ;
  • Plusieurs personnes défilent chez la princesse, la plupart lui faisant la cour : le docteur Louchine, le poète Maïdanov, le comte Malievski, le hussard Belovzorov et le capitaine en retraite Nirmatski ;
  • La mère de Vladimir

Résumé[modifier | modifier le code]

Ce récit est en partie un roman autobiographique[4],[5]. Entre maints détails personnels, Tourgueniev y laisse par exemple entendre que son père aurait épousé sa mère par intérêt[6], cette dernière étant en effet une riche héritière.

Au début de l'été 1833, Vladimir Petrovitch, âgé alors de seize ans, prépare sans zèle excessif ses examens d'entrée à l'université dans la propriété de ses parents, non loin de Moscou[7]. Il tombe éperdument amoureux de Zénaïde, jeune femme de vingt-et-un ans d'une singulière beauté, qu'il observe de derrière la palissade séparant son jardin du parc. C'est en fait sa voisine fraîchement installée dans la maison attenante et qui vit là avec sa mère, la princesse Zassékine, personne désargentée réduite à une existence misérable.

La jeune fille réunit fréquemment chez elle nombre d'adorateurs qu'elle s'amuse à rendre jaloux ou qu'elle pousse par jeu à commettre quantité de sottises. Elle rencontre un jour le père de Vladimir, un homme séduisant et autoritaire. Elle succombe à son charme et ils finissent quelques jours plus tard par se donner rendez-vous dans le jardin, à l'occasion d'une nuit.

Vladimir, qui les a épiés, devient fou de rage en constatant la terrible vérité. Ce n'est qu'après avoir repris ses études qu'il parviendra à guérir de cette blessure et à se dégager de l'ensorcellement de cette passion dévastatrice. Quant à Zénaïde et à son père, ils sont tous deux frappés par un sort tragique : la première qui s'est entre-temps mariée meurt en couches et le second succombe à une attaque cardiaque, non sans laisser à son fils une dernière lettre dans laquelle il l'exhorte à se garder de l'amour.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Premier Amour a fait l'objet de plusieurs adaptations cinématographiques :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édith Scherrer, Préface à la version bilingue, p. 7.
  2. Édith Scherrer, Préface à la version bilingue, p. 18
  3. Transcription du prénom russe « Зинаида », notamment utilisée dans l'édition de La Pléiade. Dans certaines traductions, on trouve également la graphie Zinaïda.
  4. Françoise Flamant, Chronologie, p. LXXII in Tourgueniev, Romans et nouvelles complets, tome I, Bibliothèque de la Pléiade.
  5. Édith Scherrer, Préface à la version bilingue, p. 8.
  6. Premier amour, p. 459, Bibliothèque de la Pléiade.
  7. Premier amour, p. 459, Bibliothèque de la Pléiade.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Éditions en français[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Maurois, Tourgueniev, Grasset, collection « Les Cahiers rouges », 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]