Première Bible de Charles le Chauve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Première Bible de Charles le Chauve
Image illustrative de l'article Première Bible de Charles le Chauve
Folio 423 r : Charles le Chauve reçoit le livre des mains du comte Vivien, enluminure de la Bible Vivien.
Artiste Enlumineur et scribe de l'abbaye Saint-Martin de Tours
Date vers 845
Technique enluminure sur parchemin
Dimensions (H × L) 49,5 × 39,5 cm 423 folios reliés
Localisation Bibliothèque nationale de France, Paris (Drapeau de la France France)
Numéro d'inventaire Latin 1

La Première Bible de Charles le Chauve (Paris, Bibliothèque nationale de France, MS lat. 1) est un manuscrit du IXe siècle de la Bible abondamment enluminé. Elle est aussi connue comme la Bible du comte Vivien ou la Bible Vivien.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle a sans doute été composée en 845-846 au scriptorium de l’Abbaye Saint-Martin de Tours, à l'initiative de Vivien de Tours, comte de la ville et abbé laïc de l'abbaye (844-851), pour Charles le Chauve. Le souverain la fait déposer à la Cathédrale de Metz en 869, lorsqu'il reçoit la couronne de Lorraine. En 1675, elle rejoint la collection de livres rares du ministre Jean-Baptiste Colbert à la suite d'un don des chanoines de la cathédrale, et à la mort de ce dernier, en 1683, est remise à la Bibliothèque Royale (Ms. lat. 1).

Description[modifier | modifier le code]

Elle se présente comme un codex de grand format (495 ×345 mm) de 423 folios de parchemin, qui contient une bible complète en latin, avec huit enluminures en pleine-page, quatre retables et 87 lettrines enluminées.

Le manuscrit comprend l'ensemble de l'Ancien et du Nouveau Testament. Le texte utilisé est la traduction de Saint-Jérôme appelée Vulgate. On trouve aussi les préfaces de Saint-Jérôme.

Iconographie[modifier | modifier le code]

On peut voir sur une de ces enluminures le Christ en majesté entouré des quatre évangélistes : Matthieu, Marc, Luc et Jean ainsi que leur représentations figurées qui sont respectivement l'homme ailé, le lion, le bœuf, et l'aigle.
De plus les médaillons des quatre évangélistes sont entourés par les représentations des quatre grands prophètes qui sont Daniel, Isaïe, Ézéchiel, et Jérémie.

On peut quelque part voir une représentation de la Vision d'Ézéchiel dans cette miniature carolinne par la représentation du tétramorphe et du Christ en majesté.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florentine Mütherich - Peinture Carolingienne (1977), pp. 75-81, éditions du Chêne (ISBN 3-7913-0395-3), 126 pages
  • Ingo F. Walther, Norbert Wölf - Chefs-d’œuvre d'enluminure, éd. Taschen, pp. 96-97, Cologne etc., 2005, (ISBN 3-8228-4747-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :