Pratique énergétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression pratique énergétique, thérapie énergétique, voire thérapie manuelle énergétique, désigne toutes les pratiques de médecine non conventionnelle qui utilisent un sens dérivé du mot « énergie »[1],,[2],[3],[4],[5] pouvant tour à tour signifier « énergie divine », « énergie électromagnétique » etc. Le concept renvoie à l'idée qu'il serait possible pour un être humain de faire circuler en soi et de transmettre à quelqu'un d'autre une « énergie » (énergie en provenance de l'univers, de Dieu, d'un ange, le qi etc.) qui aurait le pouvoir de guérir ou de provoquer des états de conscience modifiés.

Le reiki en est une des plus connues.

En dehors d'un effet placebo, en particulier dans la gestion de la douleur, les recherches scientifiques ne reconnaissent pas la validité de ces pratiques. Les diverses « thérapies par le toucher » ont parfois été évoquées positivement dans le contexte des suites d'hospitalisation, en particulier cardiaques, tout en suggérant que le fait de prendre quelqu'un dans ses bras pouvait avoir un effet similaire[6].

On retrouve l'expression dans les arts martiaux, l'acupuncture et certaines méthodes de massage.

Reiki[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Reiki.

Le reiki est une méthode basée sur l'imposition des mains. La syllabe « rei » désigne l'esprit. La syllabe « ki » est issue du chinois « qi » (prononcer « tchi »), qui désigne une des trois forces au sein de l'être humain.

La méthode de soin appelée reiki fut mise au point au Japon par Mikao Usui (1865-1926) entre 1918 et 1922. Son expansion en Occident est due d'un côté à la branche nippo-américaine de Mme Hawayo Takata et de sa petite-fille, qui transmirent les principes élémentaires du reiki et des techniques très simplifiées, et formèrent des maîtres occidentaux depuis les années 1970 (principalement dans le courant new age et les spiritualités modernes) et de l'autre côté à la branche japonaise directement liée à l'un de ses élèves Chujiro Hayashi, introduite directement depuis le Japon en Europe au début des années 2000.

Lithothérapie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lithothérapie.

La lithothérapie cherche à soigner par le biais des cristaux (améthyste, quartz, œil de tigre, labradorite, aigue-marine, rubis, turquoise etc.) Elle considère que ces cristaux émettent naturellement une « résonance » ou une « vibration » singulière capable d'améliorer le bien-être de la personne à son contact ou à proximité.

Magnified healing[modifier | modifier le code]

Le magnified healing s'apparente au reiki mais avec la différence que le praticien, au lieu de se percevoir simplement comme un « canal » de l'énergie, deviendrait lui-même l'énergie. Cette pratique invoque Kwan Yin, une « déesse de la compassion », et a été créée par Kathryn Anderson et Gisèle King en 1983.

Katsugen undo[modifier | modifier le code]

Le katsugen undo est une pratique énergétique d’origine japonaise introduite en France par Itsuo Tsuda et décrite comme une sorte de « gymnastique de l'involontaire ». Itsuo Tsuda s'est formé au Japon auprès de Haruchika Noguchi, dans le cadre du seitai, dont le katsugen undo est l'une des composantes.

Technique radiance[modifier | modifier le code]

La technique radiance est une méthode américaine avec marque déposée qui transmettrait une énergie curative par les paumes des mains.

Jyorei[modifier | modifier le code]

Le jyorei est une pratique de guérison apparentée au reiki créée par Meishusama (dans les années 1930) et utilisée par les membres de Shumei au Japon.

Transfert d'énergie médecin/patient[modifier | modifier le code]

Certains auteurs ont étudié l'éventualité d'un « transfert d'énergie » entre le médecin ou l'infirmière et le patient, tout en notant que l'effet perçu sur le patient, s'il était visible ne pouvait être lié que par déduction d'un hypothétique transfert d'énergie et que les recherches actuelles sur le sujet n'étaient pas concluantes à ce jour[7].

Magnétothérapie[modifier | modifier le code]

La magnétothérapie prétend soigner diverses maladies en utilisant des aimants. La magnétothérapie est considérée comme non scientifique par le corps médical car, jusqu'à présent, aucune des multiples études médicales n'a pu montrer une efficacité supérieure à l'effet placebo (comme dans les cas d'arthroses[8], les talalgies[9], douleurs plantaires[10], et les troubles bipolaires[11]).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Integrative Pain Medecine, The Science and Practice of complementary and alternative Medicine in Pain Management, Allison Bailey, Joseph F. Audette du Harvard Medical School, Humana Press, 2008 (en ligne p.225)

Références[modifier | modifier le code]

  1. U.S Department of Education, Classification of instructional programs - Classification des thérapies basées sur « l'énergie » p.215, NCES,‎ 2002 (résumé)
  2. Richard M. Rosenfeld,Charles D. Bluestone, Evidence-based otitis media, Volume 1, BC Decker,‎ 2003 (résumé), p. 243 « Les thérapies énergétiques sont perçues par ceux qui les pratiquent comme capables de modifier les champs énergétiques qui entoureraient et pénétreraient le corps humain. Ces thérapies peuvent utiliser des courants électriques ou magnétiques appliqués directement sur le corps ou autour de lui »
  3. Par Lillian Sholtis Brunner,Suzanne Smeltzer,Brenda Bare,Doris Smith Suddarth, Soins infirmiers en médecine et en chirurgie: 1. Généralités, de Boeck,‎ 2006 (résumé), p. 152« Les thérapies énergétiques sont des interventions axées sur les champs énergétiques qui se trouvent à l'intérieur du corps (biochamps) ou à l'extérieur de celui-ci (champs électromagnétiques). Elles font appel, par exemple au reiki, au qi qong, au toucher thérapeutique, aux champs électromagnétiques pulsés »
  4. Dr Pierre Tillement, Traitements du mal de dos: Causes et Thérapies, Ellébore,‎ 2004 (résumé), p. 136
  5. Chantal Jolliot, Les notions de force vitale et d'énergie, L’Harmattan,‎ 2003 (résumé), p. 175
  6. « Healing Touch Therapy: Alternative therapies relax heart patients », sur health.harvard.edu (consulté en 11 décembre 2010)
  7. Mariah Snyder,Ruth Lindquist, Complementary/alternative therapies in nursing, Springer Publishing,‎ 2006 (résumé), p. 217
  8. bmjjournals.com
  9. japmaonline.org
  10. ncbi.nlm.nih.gov
  11. ncbi.nlm.nih.gov