Prajñātara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Prajñātara est considéré par la tradition du bouddhisme Zen comme son vingt-septième patriarche.

Prajñātara était un moine indien qui vécut dans le sud de l’Inde.

Il fut le précepteur de Bodhidharma considéré traditionnellement comme le fondateur de l'école bouddhiste Chan - connue au Japon et en Occident sous le nom de Zen - et du monastère de Shaolin et son école de kung fu. L'’histoire de Bodhidharma en tant que maître zen commence avec ce contact.

Selon une anecdote célèbre[1], Prajñātara aurait offert à son père, Suganchas qui était roi de Kanchipuram, une pierre précieuse d’une valeur extraordinaire, et il aurait voulu tester la compréhension des enfants qui répondirent que cette pierre était « la plus merveilleuse du monde ». Seul Bodhidharma, encore très jeune, aurait répondu : « cette pierre n’a pas de grande valeur car finalement la seule chose qui ait de la valeur c’est l’esprit, c’est l’esprit qui est capable de comprendre la valeur de l’existence, la valeur des choses, la valeur des êtres, la pierre en elle-même ne vaut rien sans l’esprit, c’est l’esprit qui est important ».

Prajñātara décida de parfaire l'éducation de cet enfant destiné à devenir un grand maître. Il demanda par la suite à son disciple de transmettre la pratique du Zen, ce qu'il fit lors de ses pérégrinations de l'Inde à la Chine[2].

La pratique du Dharma de Bouddha, dans l’école zen, constitue une lignée ininterrompue depuis Shakyamuni Bouddha.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]Retranscription de l'interview de Roland Yuno Rech dans l'émission "Voix Bouddhistes" du 25 mars 2001 sur France 2]
  2. (en) Histoire du temple Shaolin