Président de la Junte de Galice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Président de la Junte de Galice
(es) Presidente de la Junta de Galicia
(gl) Presidente da Xunta de Galicia
Image illustrative de l'article Président de la Junte de Galice
Armoiries de la Galice

Image illustrative de l'article Président de la Junte de Galice
Titulaire actuel
Alberto Núñez Feijóo
depuis le 18 avril 2009

Création 6 avril 1981
Mandant Parlement de Galice
Durée du mandat 4 ans
Premier titulaire Gerardo Fernández Albor
Résidence officielle Palais de Monte Pío, Saint-Jacques-de-Compostelle
Rémunération 71 960 (2012)
Site internet www.xunta.es/

Le président de la Junte de Galice (Presidente de la Junta de Galicia, en castillan, Presidente da Xunta de Galicia, en galicien) est le chef du gouvernement et le représentant suprême de l'État espagnol de la communauté autonome de Galice.

L'actuel titulaire de ce poste est, depuis le 18 avril 2009, le conservateur Alberto Núñez Feijóo.

Élection[modifier | modifier le code]

Le président de la Junte est élu par le Parlement de Galice (Parlamento de Galicia) parmi ses membres, sur proposition du président de l'assemblée.

Procédure[modifier | modifier le code]

Après la constitution du Parlement nouvellement élu, en cas de fin anticipée des fonctions du président de la Junte, le président du Parlement consulte les représentants désignés par les forces politiques présentes dans l'hémicycle. Dans un délai de trente jours, il propose un candidat à la direction du gouvernement régional.

Le candidat présente alors son programme, qui fait l'objet d'un débat après une interruption de séance de quarante-huit heures au minimum. Le débat se conclut par le vote d'investiture. Pour l'emporter, le candidat doit recueillir la majorité absolue des députés, soit au moins trente-huit voix sur soixante-quinze.

En cas d'échec[modifier | modifier le code]

En cas d'échec, un nouveau vote est organisé vingt-quatre heures après, où la majorité simple est suffisante. Si un nouvel échec se produit, la procédure est recommencée. Dans le cas où, deux mois après le premier scrutin, aucun président n'a été investi, le Parlement est dissous.

Nomination et serment[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un candidat obtient l'investiture, celle-ci est communiquée par le président du Parlement au Roi d'Espagne, qui le nomme par décret royal, publié au Bulletin officiel de l'État (BOE) et au Journal officiel de Galice (DOG).

Il prête ensuite le serment suivant : « Je jure (ou promets) d'être fidèle à mon mandat de président de la Junte, de respecter et de faire appliquer la Constitution et le statut d'autonomie, et les autres lois de la Galice et de l'État, et d'exercer mes fonctions dans l'intérêt suprême et exclusif de la Galice et de l'Espagne. ».

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le président de la Junte de Galice est à la fois chef de gouvernement, représentant de la communauté autonome et représentant de l'État.

Chef du gouvernement régional[modifier | modifier le code]

Il lui revient de créer, modifier ou supprimer, par l'exercice du pouvoir réglementaire, les éventuelles vice-présidences, ainsi que les départements exécutifs (Consellerías), et de nommer leurs titulaires. Chargé de la direction, de la coordination et d'assurer la continuité de l'action du gouvernement, il convoque et préside les réunions du conseil de la Junte (Consello de la Xunta) et de ses commissions déléguées.

Il doit veiller à l'application des décisions prises par l'exécutif régional, dont il coordonne le programme législatif et l'exercice du pouvoir réglementaire. C'est d'ailleurs à lui qu'il revient de présenter les projets de loi au Parlement, mais il peut déléguer cette tâche à un conseiller de la Junte.

Titulaire du pouvoir de dissolution de l'assemblée régionale, à partir d'un an à compter des élections, il doit lui transmettre toute information ou documentation que cette dernière réclame, et peut solliciter de sa part un vote de confiance, la tenue d'une session extraordinaire, ou la réalisation d'un débat général.

En outre, il est responsable la promulgation, au nom du Roi, de la promulgation et de la publication au Journal officiel de Galice des lois régionales et des décrets législatifs régionaux.

Représentant de l'État[modifier | modifier le code]

En sa qualité de représentant de l'État, il doit maintenir des relations entre la Junte de Galice et la délégation du gouvernement espagnol, en vue de bien coordonner les activités administratives. Il fait publier, au DOG, la nomination du président du tribunal supérieur de justice, ainsi que les lois et décrets législatifs de la Galice au BOE.

Anciens présidents de la Junte[modifier | modifier le code]

Les anciens présidents de la Junte conservent à vie leur titre honorifique de Excelentísimo Señor, jouissant des honneurs protocolaires et préséances établies par les lois régionales en vigueur. Pendant les deux ans qui suivent la fin de leur mandat, ils ont droit aux compensations économiques établies par décret régional.

Ils sont membres de droit du conseil consultatif (Consejo Consultivo de Galicia), chargé de conseiller le gouvernement régional dans l'exercice de certaines de ses fonctions. Les trois anciens présidents encore en vie en font tous partie.

De plus, à l'issue de leur mandat, ils pourront disposer de certains moyens et services pour une durée déterminée. Cette période est de quatre ans, si leur mandat n'a pas excédé cette durée, ou de dix ans, si leur mandat a dépassé quatre ans. S'ils font usage de cette possibilité, les anciens présidents ne pourront siéger de droit au conseil consultatif ni exercer toute autre fonction publique qui leur assureraient des moyens et services comparables.

Cependant, pour l'exercice des fonctions inhérentes à leur condition, la Junte pourra leur accorder, pour un délai supérieur à celui prévu précédemment, les moyens matériels de soutien nécessaires.

Fin du mandat[modifier | modifier le code]

Les fonctions du président de la Junte prennent fin après la tenue des élections régionales (elecciones autonómicas), en cas d'échec lors d'un vote de confiance, de l'adoption d'une motion de censure, de décès, de démission ou d'incapacité, cette dernière étant appréciée par le Parlement.

En cas de décès ou d'incapacité, l'intérim est assuré par le vice-président, le premier vice-président ou le conseiller avec la plus grande ancienneté, le cas échéant. Dans tous les autres cas, c'est le président lui-même qui expédie les affaires courantes.

Motion de censure[modifier | modifier le code]

Le Parlement peut mettre en cause la responsabilité politique du président et de la Junte de Galice par le vote d'une motion de censure. Celle-ci doit être signée par au moins un cinquième des députés régionaux, soit un minimum de quinze actuellement, et prévoir le nom d'un candidat à la présidence du gouvernement régional. Le vote intervient au moins cinq jours après le dépôt, la motion ne pouvant être adoptée qu'à la majorité absolue, soit trente-huit voix. En cas d'adoption, le candidat est considéré investi. En cas d'échec, les signataires ne peuvent en présenter une nouvelle durant la période de session.

Titulaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des présidents de Galice.

Depuis la création du poste, par la loi organique du 6 avril 1981 portant statut d'autonomie de la Galice, il a été occupé par cinq personnes différentes.

Avec un mandat de près de quinze ans et demi, le conservateur Manuel Fraga en détient le record de longévité. Bien que le Parti populaire de Galice (PPdeG) ait toujours été, depuis 1981, la première force parlementaire au Parlement de Galice, les fonctions de président ont été exercées, à deux reprises, par un représentant du Parti des socialistes de Galice-PSOE (PSdeG-PSOE).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]