Présidence d'Hugo Chávez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sa présidence (1999–2013)[modifier | modifier le code]

Le Venezuela a connu des changements radicaux en politique sociale sous la présidence de Hugo Chávez (de 1999 à 2013) s'éloignant du gouvernement qui avait officiellement adopté une économie de libre marché et des principes de réformes neolibéraux en s'orientant vers des programmes quasi-socialiste de redistribution du revenu et de sécurité sociale. Chávez a presque complètement renversé la politique étrangère du Venezuela. Au lieu de continuer à soutenir les États-Unis et les intérêts stratégiques de l'Europe, comme ses prédécesseurs, Chávez a voulu promouvoir un développement alternatif et des paradigmes d'intégration pour le Tiers Monde.

Les réformes de Chávez ont provoqué à la fois les acclamations des critiques et des condamnations amères. Il s'est éloigné des vénézuéliens issus de classes moyenne et supérieure, qui avaient rapporté la répression politique et les violations des droits de l'homme sous son régime. Les polémiques autour de la politique de Chávez ont engendré un renversement transitoire de son régime en 2002, ainsi qu'une tentative de rappel en 2004. Des rumeurs et des allégations de complots étrangers se répandirent rapportant des tentatives de renversement de Chávez, via des coups militaires, des tentatives d'assassinats, et même des invasions militaires. Néanmoins, Chávez reste une figure politique puissante dans la politique de l'Amérique latine moderne et une figure centrale dans la grandissante résistance internationale au Consensus de Washington et à la Politique étrangère des États-Unis.

1999 : la crise économique et la nouvelle constitution[modifier | modifier le code]

Chávez prête serment d'entrée en fonction de président le 2 février 1999 avec l'intention de renverser le déclin économique du Venezuela et de renforcer le rôle de l'État dans l'économie. Il passe ses premiers mois principalement à démanteler ce que ses supporteurs appelèrent le puntofijismo - un arrangement entre les trois principaux partis politiques du pays - via de nouvelles lois et une réforme de la constitution. Son deuxième objectif est d'allouer immédiatement des fonds supplémentaires au gouvernement afin de développer de nouveaux programmes sociaux.

Cependant, les prix bas du pétrole et les taux d'intérêts grimpants au niveau international provoquent une récession qui secoue le Venezuela. La trésorerie fédérale est alors réduite offrant d'insuffisantes ressources à Chávez pour mettre en place les mesures pour contrer la pauvreté qu'il avait promises. Par conséquent, en avril 1999, Chávez se concentre plus sur l'institution vénézuélienne qui coûte le plus au gouvernement et moins sur le développement social qu'il désire tant. Chávez ordonne à toutes les branches de l'armée de concevoir des programmes afin de combattre la pauvreté et promouvoir le développement civique et social des régions rurales et des bidons-villes du pays. Le programme civil-militaire est appelé le « plan Bolivar 2000 ». Ce programme est créé à partir d'un programme similaire mis en vigueur par le président cubain Fidel Castro au début des années 1990, alors que le peuple cubain souffre encore du Período especial en tiempo de paz - période de la crise économique à Cuba dans les années 1990. Les projets inclus dans le plan Bolivar 2000 portent sur la construction de routes, la construction de logements, ainsi que la vaccination en masse. Le plan faillit vers la fin de l'année 2001, avec des accusations et des révélations de la part d'officiers militaires, dont certains participent à la rébellion contre le président en avril 2002 ainsi que des officiers liés au président[1].

Résultat de l'élection de Hugo Chávez
— Référendum constitutionnel 1999 —
Décréter la nouvelle constitution [2]?
Option Votes  %
Oui : 3 301 475 72 %
Non : 1 298 105 28 %
Abstention : 6 041 743 56 %

Chávez décide de s'éloigner complètement des politiques économiques utilisées sous les administrations précédentes. Il termine leurs pratiques de privatisation du patrimoine détenu par l'État, tel que le système de sécurité sociale national, les entreprises publiques dans les industries de l'aluminium et du pétrole[3]. Cependant, bien que Chávez souhaite promouvoir la redistribution des richesses, l'augmentation des lois et la dépense sociale, il ne veut pas non plus décourager l'investissement direct à l'étranger. En conservant ce que ses prédécesseurs avaient fait, Chávez essaie d'étayer les afflux d'investissements directs à l'étranger afin d'empêcher une crise économique due à la perte de capital pour l'étranger et à l'inflation.

Chávez travaille aussi à la réduction d'extraction de pétrole au Venezuela dans l'espoir de rassembler les prix du pétrole élevés et, au moins théoriquement, augmenter les revenus totaux du pétrole. Cela a pour but de doper les réserves de devises étrangères qui ont sévèrement diminué. Il se manifeste beaucoup auprès des autres pays membres de l'OPEC afin qu'ils baissent leurs taux de production. Par la suite, Chávez est connu sous le surnom de « faucon des prix » dans ses négociations avec l'industrie du pétrole et les pays membres de l'OPEC. Chávez essaie de plus de renégocier les accords datant de 60 ans portant sur les paiements des royalties avec les géants pétroliers Philips Petroleum et ExxonMobil[4]. Ces accords permettaient aux entreprises de payer un minuscule 1 % de taxe, au maximum, sur les 10 milliards de dollars de revenus qu'ils gagnaient de l'extraction du pétrole vénézuélien. Peu après, Chávez déclare son intention de continuer et terminer la nationalisation des ressources pétrolières du pays. Bien qu'il ne soit pas victorieux dans ses essais de renégociation avec les entreprises pétrolières, Chávez se concentre sur son objectif principal afin d'améliorer l'égalité et l'efficacité du système de taxe du pays autrefois plus faible, ainsi que le système d'audit financier, particulièrement pour les propriétaires et les grandes entreprises.

Néanmoins, vers la mi-1999, Chávez est outré de l'échec de son administration à mettre en vigueur les initiatives tant promises pour lutter contre la pauvreté. Les membres de l'opposition de l'Assemblée nationale du Venezuela se mettent en travers des lois de ses alliés politiques. Chávez contourne alors ces oppositions en approuvant la programmation de deux élections nationales pour juillet 1999, seulement quelques mois après son élection à la présidentielle. La première élection prend la forme d'un référendum afin de déterminer si une assemblée nationale constitutionnelle doit être créée. L'assemblée doit alors préparer une nouvelle constitution pour le pays, plus proche de l'idéologie politique de Chávez. Durant la seconde élection, les membres de cette assemblée constitutionnelle sont élus. Le référendum constitutionnel passe avec 72 % de votes 'pour'. Durant la seconde élection, les membres du MVR de Chávez et certains partis alliés forment le Polo Patriotico (« Pôle patriotique »). Le Polo Patriotico de Chávez gagne 95 % (120 sur un total de 131) des sièges dans l'Assemblée Constitutionnelle Vénézuélienne lors du vote.

Cependant, en août 1999, l'Assemblée constitutionnelle établit un « comité judiciaire d'urgence » qui a le pouvoir de retirer des juges sans consulter les autres branches du gouvernement. Plus de 190 juges sont finalement suspendus pour corruption. Durant le même mois, l'Assemblée constitutionnelle déclare une « urgence législative » résultant en un comité comprenant sept membres qui doit conduire les fonctions législatives normalement conduites par l'Assemblée nationale. L'opposition législative à la politique de Chávez est immédiatement démantelée. Pendant ce temps, l'Assemblée constitutionnelle interdit à l'Assemblée Nationale de tenir des réunions de n'importe quelle sorte[5].

Chávez tient un copie miniature de la Constitution du Venezuela de 1999 au Forum social mondial de 2005 à Porto Alegre, au Brésil.

L'Assemblée constitutionnelle rédige la Constitution vénézuélienne de 1999. Avec 350 articles, le document est l'une des plus longues constitutions du monde. Le premier changement concerne le nom officiel du pays : « République du Venezuela » devient « République bolivarienne du Venezuela ». Un autre changement amène à l'augmentation de la longueur du mandat présidentiel de 5 à 6 ans, permettant la possibilité de faire deux mandats consécutifs au lieu d'un seul, mais limité à deux mandats, ainsi que des dispositions afin de proposer des référendums révocatoires (c'est-à-dire que les votants vénézuéliens obtiennent le droit de remplacer le président avant la fin de son mandat). De tels référendums ne peuvent prendre effet qu'avec une pétition et un certain nombre de signatures. La présidence est alors dramatiquement renforcée, avec le pouvoir de dissoudre l'Assemblée Nationale sur décret. La nouvelle constitution convertit l'ancien pouvoir législatif bicaméral de l'Assemblée nationale en monocaméral, ce qui lui retire beaucoup de ses anciens pouvoirs. Un nouveau poste est créé, celui de Défenseur public dont l'autorité permet de vérifier les activités de la présidence, de l'Assemblée nationale et de la constitution. Chávez qualifie le Défenseur Public de gardien de la « branche morale » du nouveau gouvernement du Venezuela, chargé de défendre les intérêts publics et moraux. Et pour finir, le système judiciaire est réformé. Sous la nouvelle constitution, les juges obtiennent alors leurs postes par vote du peuple et non, comme avant, par sélection de l'Assemblée nationale.

Cette nouvelle constitution est présentée et approuvée par l'électorat national en décembre 1999. En l'espace de seulement 60 jours, l'Assemblée constitutionnelle rédige un document qui sauvegarde la plupart des changements structurels voulus par Chàvez en lois constitutionnelles. Chávez déclare que de tels changements sont nécessaires afin de réussir à mettre en vigueur ses programmes de justice sociale. Il prévoit de mettre en vigueur les changements radicaux dans la structure gouvernementale et politique du Venezuela. Ainsi, il se base sur les promesses faites durant sa campagne en 1998 afin de déclencher la discussion politique avec les indépendants et les tiers. Par ce procédé, Chávez cherche à paralyser grandement l'AD (Acción Democrática) et l'opposition COPEI, Partido Social Cristiano de Venezuela, le parti social-chrétien du Venezuela. En un seul mouvement, tous les objectifs de Chávez sont dramatiquement poussés.

Le 15 décembre 1999, après des semaines de pluie forte, des coulées de boues dans tout le pays provoquent la mort de 30 000 personnes. Des critiques rapportent que Chávez est tellement concentré sur le référendum que le gouvernement ignore le rapport de défense civile appelant à des mesures d'urgence émises le jour où les inondations commencent. Le gouvernement rejette alors ces accusations[6]. Peu après, Chávez mène personnellement les secours[7]. Les coulées de boues suivantes, en 2000, provoquent la mort de 3 personnes[8].

2000–2001 : sa réélection[modifier | modifier le code]

Résultat des élections
— Élection présidentielle de 2000[9]
Candidats Votes  %
Hugo Chávez : 3 757 773 60 %
Francisco Arias : 2 359 459 38 %
Votes exprimés : 6 288 578
Abstention : 5 120 464 44 %
— Référendum sur la réforme des syndicats de 2000 —
Des élections syndicales contrôlées par l'État [10]?
Choix Votes  %
Oui : 1 632 750 62 %
Non : 719 771 27 %
Abstention: 8 569 691 76 %

Le 30 juillet 2000, se tiennent les élections pour la nouvelle Assemblée Nationale monocamérale. Pendant cette même élection, Chávez se représente à sa propre réélection. La coalition de Chávez rassemble une majorité de sièges à l'Assemblée nationale et Chávez est réélu avec 60 % des votes. La Fondation Carter contrôle l'élection présidentielle de 2000. D'après son rapport sur l'élection, dû au manque de transparence du Consejo National Electoral, le conseil national électoral, ainsi qu'à la pression politique du gouvernement de Chávez qui provoquent des élections avancées, il est impossible de valider les résultats officiels du CNE[11]. Cependant, la fondation conclut que l’élection présidentielle exprime de façon légitime la pensée du peuple[12].

Plus tard, le 3 décembre 2000, se tiennent les élections locales et le référendum. Le référendum, soutenu par Chávez, propose une loi qui renforce les syndicats du Venezuela afin de tenir des élections contrôlées par l'État. Le référendum est largement condamné par les organisations travaillistes internationales, dont l'Organisation internationale du travail considérant l'élection comme une intervention du gouvernement dans des affaires internes aux syndicats. Ces organisations menacent alors d'appliquer des sanctions au Venezuela[13].

Après les élections de mai et juillet 2000, Chávez soutient le passage de la « Loi des pleins pouvoirs » de l'Assemblée nationale. Cette loi permet à Chávez de gouverner par décret pendant un an. En novembre 2001, peu avant l'expiration de cette loi, Chávez met en vigueur un ensemble de 49 décrets. Ces derniers comprennent la loi sur les hydrocarbones et la loi sur les terres. La Fédération des Chambres de commerce vénézuélienne, la Fedecámaras, une fédération nationale de commerce et la Confederación de Trabajadores de Venezuela - la confédération des travailleurs vénézuéliens, une fédération de syndicats, s'opposent à l'autorisation de ces nouvelles lois et appellent à une grève générale le 10 décembre 2001[14] dans l'espoir que le président révise la loi, et ouvre un débat sur ces lois[15]. La grève n'a pas de graves conséquences sur les décisions et la politique de Chávez[16].

À la fin de ses trois années de présidence, Chávez a réussi à commencer un programme de réforme agraire et introduit plusieurs réformes afin d'améliorer la sécurité sociale de la population. Ces réformes entraînent une baisse des taux de mortalité infantile, la mise en place d'un système de soins médicaux gratuit, fondé par l'État, ainsi qu'un système éducatif gratuit jusqu'à l'université. Dès décembre 2001, l'inflation baisse à 12,3 %, le niveau le plus faible depuis 1986[17], alors que la croissance économique reste stable à 4 %[18]. L'administration de Chávez reporte aussi l'augmentation du nombre d'inscriptions en école primaire d'un million d'élèves[18].

2002 : le coup d’État et la grève patronale[modifier | modifier le code]

Le 9 avril 2002, Carlos Ortega, le leader de la Confederación de Trabajadores de Venezuela, appelle à deux jours de grève générale. Environ 500 000 personnes manifestent dans les rues le 11 avril 2002, et marchent en direction du siège de l'entreprise publique de pétrole du Venezuela, la Petróleos de Venezuela S.A., par rapport à sa récente politique de licenciements. Les organisateurs décident alors de rediriger la manifestation vers le palais présidentiel Miraflores, où a lieu une manifestation pro-Chávez. Chávez s'empare des radios vénézuéliennes plusieurs fois dans l'après-midi in what is termed a cadena, or a commandeering of aux radios de diffuser des annoncements publics afin de demander aux manifestants de rentrer chez eux, diffusant de longs discours préenregistrés, et essayant de bloquer la médiatisation de la violence qui s'ensuit. Des coups de feu ainsi que de violentes manifestations commencent entre deux groupes de manifestants, la police de Caracas's Metropolitan (sous le contrôle du maire, partie de l'opposition) et la garde nationale vénézuélienne (sous les ordres de Chávez). Les snipers sont postés aux différents endroits où à la fois les supporteurs de l'opposition et de Chávez se trouvent.

Peu après, subitement, le commandant en chef des forces armées vénézuéliennes, Lucas Rincón Romero annonce dans un message diffusé dans tout le pays que Chávez vient de donner sa démission de son poste de président. Alors que Chávez est conduit à une base militaire, et détenu l`-bas, les leaders militaires désignent l'actuel président de la Fédération Vénézuélienne des Chambres de Commerce, la Fedecámaras Pedro Carmona, le président intérimaire du Venezuela. Le premier décret de Carmona renverse les plus importantes politiques sociales et économiques qui constituaient la « Révolution bolivarienne » de Chávez, dont le desserrage des contrôles de crédits de Chávez ainsi que la fin des quotas sur les prix du pétrole en augmentant la production aux niveaux de la période pré-Chávez. Carmona dissout aussi à la fois l'Assemblée nationale et le système judiciaire, et rechange le nom du pays au nom originaire : la República de Venezuela.

Les décrets de Carmona sont suivis des insurrections pro-Chávez et des pillages dans la ville de Caracas. Afin de répondre à ces émeutes, les soldats vénézuéliens loyaux à Chávez appellent à un massif soutien populaire pour un contrecoup. Plus tard, ces soldats attaquent et reprennent le palais présidentiel et relâchent Chávez de sa captivité. C'est ainsi que le plus court gouvernement de l'histoire vénézuélienne fut terminé. Chávez reprend son poste de président dans la nuit du samedi 13 avril 2002. À la suite de cet épisode, Rincón est désigné commandant de l'Armée par Chávez et plus tard en 2003, ministre de l'Intérieur[19]. L'opposition discutera plus tard que, puisque Lucas Rincón resta proche du président, ce ne fut pas un coup d'État, mais plutôt une vacance de pouvoir quand Chávez démissionna, malgré la violation de l'ordre de succession.

Chávez salue ses supporteurs en sortant de l'avion à l'aéroport de Salgado Filho Airport le 26 janvier, 2003 alors en route pour le Forum social mondial se tenant à Porto Alegre, au Brésil (Agência Brasil).

Après la reprise de Chávez à la présidence en avril 2002, il ordonne plusieurs enquêtes, et les résultats officiels soutiennent les suppositions de Chávez comme quoi le coup d'État de 2002 était commandité par les États-Unis[20]. Le 16 avril 2002, Chávez déclare qu'un avion enregistré sous des numéros américains a visité et s'est posé sur la base aérienne de Orchila Island, au Venezuela, alors que Chávez était retenu captif. Le 14 mai 2002, Chávez revendique qu'il a la preuve définitive de l'implication de l'armée américaine dans le coup d'État du mois d'avril. Il soutient que durant le coup, les images du radar vénézuélien ont indiqué la présence de navires et avions militaires américains dans les eaux et les airs du pays. The Guardian a publié une déclaration de Wayne Madsen, un écrivain à cette époque de gauche et ancien analyste de la marine ainsi que critique de l'administration de George W. Bush. Dans sa déclaration, il revendique l'implication des États-Unis[21]. Le sénateur des États-Unis Christopher Dodd, demande alors une enquête que Washington semble excuser le retrait de monsieur Chavez[22],[23], qui par la suite trouve que « les officiels américains ont agi de façon appropriée et n'ont en aucun cas encouragé le coup d'État contre le président du Venezuela », ou n'ont fourni de soutien logistique naval[24],[25].

Chávez revendique aussi, immédiatement après le coup, que les États-Unis cherchent encore à le renverser. Le 6 octobre 2002, il déclare qu'il a déjoué un nouveau complot de coup d'État, et le 20 octobre 2002, il soutient qu'il a tout juste échappé à une tentative d'assassinat alors qu'il revient d'un voyage en Europe[4]. Pendant cette période, l'ambassadeur américain au Venezuela prévient l'administration de Chávez de deux possibilités de complots d'assassinats[26].

Peu après son retour à son bureau, Chávez prend rapidement des mesures afin de protéger le soutien à son gouvernement. Il commence par licencier soixante généraux et remplacer complètement les échelons supérieurs des forces armées du pays, les remplaçant par des employés plus complaisants et pro-Chávez. Chávez cherche aussi à renforcer le soutien dans les soldats de l'infanterie. Il encourage des programmes de soutien, de l'emploi et des bénéfices pour les vétérans tout en proclamant de nouvelles initiatives de développement civil-militaire.

Cependant, seulement quelques mois passent après le coup d'État d'avril 2002, avant que la présidence de Chávez ne connaisse une autre crise. Chávez, outré par le coup et cherchant d'autres fonds pour ses programmes sociaux, propose en fin d'année 2002, de mettre en place un contrôle total sur la PDVSA et ses revenus. Ainsi, durant les deux mois suivant le 2 décembre 2002, Chávez fait face à une grève des travailleurs résistants de la PDVSA qui cherchent à forcer Chávez hors de son poste en lui enlevant l'accès au revenu du pétrole, très important à son gouvernement. La grève, menée par la coalition des syndicats de travailleurs, des magnats industriels et des employés de l'industrie pétrolière, cherche à interrompre les activités de la PDVSA. Par conséquent, le Venezuela cesse d'exporter les 2 800 000 barils de pétrole et dérivatifs pétroliers, soit 450 000 m3, ce que le pays exportait par jour en moyenne. Les déficits d'hydrocarbon commencent rapidement à éclater partout dans le pays, avec de longues queues se formant aux stations services. Les importations d'essence se font rapidement nécessaires. Alarmé, Chávez répond en licenciant les membres anti-Chávez de la direction de la PDVSA ainsi que 18 000 employés qualifiés de la compagnie. Chávez justifie son action en revendiquant leur complicité dans la mauvaise gestion et leur corruption dans le traitement des revenus pétroliers. Les supporteurs de l'opposition quant à eux, déclarent que ses actions sont politiquement motivées.

2003–2004 : le référendum pour la destitution du président[modifier | modifier le code]

Chávez salue sous les acclamations de la foule, du haut balcon du Palais Piratini, siège du gouvernement du Rio Grande do Sul au Brésil, le 26 janvier 2003 (Agência Brasil).

Alors qu’il peine à conserver le soutien du peuple, Chávez lance en 2003 et 2004, un certain nombre de campagnes sociales et économiques. En juillet 2003, il lance « la Mission Robinson », un projet de loi sous forme de campagne ayant pour but de permettre aux plus de 1,5 million de Vénézuéliens illettrés recensés avant son élection en 1999, d'apprendre gratuitement à lire, l’orthographe, l’expression écrite, ainsi que l’arithmétique. Le 12 octobre 2003, Chávez lance la « Mission Guaicaipuro » visant à protéger le gagne-pain, la religion, les terres, la culture et les droits des indigènes du Venezuela. Fin 2003, le président vénézuélien lance la « mission Sucre », dans l’intention de permettre aux 2 millions de vénézuéliens n’ayant pas achevé leur parcours scolaire élémentaire, de pouvoir bénéficier d’une éducation supérieure. En novembre 2003, Chávez annonce une nouvelle mission : la « Mission Ribas » promettant de fournir des études de rattrapage et des diplômes aux 5 millions de vénézuéliens qui ont abandonné leurs études au lycée. Lors du premier anniversaire de la mise en place de la mission Robinson, ayant lieu à Caracas au théâtre Teresa Carreño, Chávez explique devant une audience de 50 000 anciens illettrés vénézuéliens qu’en « un an, 1,250 million de Vénézuéliens ont obtenu leur diplôme ». Néanmoins, il reste une ombre au tableau. En effet, le taux d’inflation monte en flèche à 31 % en 2002 et se maintient au haut niveau de 27 % en 2003, causant une rude épreuve à surmonter pour les plus pauvres.

Le 9 mai 2004, un groupe de 126 colombiens furent capturés au cours du raid d'une ferme près de Caracas. Les allégations contre Chávez, à savoir que ce dernier aurait tenté de faire un coup d’État, continuent d’alimenter la controverse et des doutes subsistent encore à ce jour[27]. Ces évènements servent à aggraver la polarisation extrême et violente de la société vénézuélienne entre les partis pro et anti-Chávez[27]. En octobre 2005, 27 des accusés colombiens furent reconnus coupables, alors que les autres restants furent libérés et déportés[28].

Début et mi 2003, Súmate(Rejoins-nous), mouvement associatif civil vénézuélien entame le processus de collecte de millions de signatures pour pouvoir activer le référendum de destitution du président inclus dans la constitution de Chávez de 1999. En août 2003, près de 3,2 millions signatures sont présentées, mais rejetées par la majorité pro-Chávez au conseil national électoral (CNE) invoquant la raison que beaucoup avaient déjà été collectées avant la moitié du mandat présidentiel de Chávez[29]. Des rapports commencent alors à émerger au sein de l’opposition que Chávez a commencé à ‘punir’ ceux qui avaient signé la pétition, alors que ceux en faveur de Chávez expliquent qu’ils ont été forcés par leurs employeurs à signer sur leur lieu de travail. En novembre 2003, l’opposition collecte de nouvelles signatures, avec 3,6 millions noms rassemblés en un laps de temps de quatre jours. Des émeutes éclatent au plan national alors que des allégations de fraude avaient été faites par Chávez à l’encontre de ceux qui avaient collectés les signatures.

La disposition de la constitution autorisant la destitution présidentielle requiert les signatures de 20 % de l’électorat afin de provoquer le référendum de destitution. De plus, les cedulas (numéro de carte d’identité nationale) et les identités de ceux qui ont signé la pétition, ne sont pas tenues secrètes, et ont en fait été même rendues publiques par Luis Tascón, un membre de l’Assemblée nationale du Venezuela représentant le parti de Chávez (Mouvement cinquième république, le MVR) et le parti communiste du Venezuela de l’État de Táchira. Le gouvernement est accusé d’augmenter la liste des votants en donnant la citoyenneté à des immigrants et réfugiés dans l’illégalité ; et l’opposition affirme qu’il s’agissait d’une citoyenneté pour les programmes de vote. Le nombre d’inscriptions de votants augmente de 2 millions avant le referendum, qui en effet augmente le seuil de 20 % de l’électorat nécessaire pour pouvoir effectuer une destitution[30].

Des rapports émergent à nouveau sur le fait que Chávez et ses alliés auraient pénalisé les signataires de la pétition rendue publique. Des inculpations s’ensuivent causant le renvoi sommaire de ministres au gouvernement, à la PDVSA, à l’entreprise des eaux appartenant à l’État, au métro de Caracas, et dans les hôpitaux publics contrôlés par les alliés politiques de Chávez. Finalement, après la soumission par l’opposition au CNE d'une pétition valide avec 2 436 830 signatures nécessaires au référendum, il est enfin annoncé le 8 juin 2004 par le CNE. Chàvez et ses alliés politiques y répondent par la mobilisation de supporteurs afin d’encourager le rejet de la destitution du gouvernement avec un vote en faveur du ‘non’.

Le vote pour la destitution du gouvernement se tient le 15 août 2004. Un record du nombre de votants mène à la défaite la tentative de destitution avec 59 % des votes en faveur du ‘non’[31],[32]. L’élection est supervisée par la Fondation Carter qui la juge juste et ouverte[33]. Des critiques déclarent que les résultats sont une fraude, citant des documents indiquant que les vrais résultats sont à l’opposé de ceux reportés, et soulèvent des questions à propos de la propriété du gouvernement des machines de votes. « Fraude massive » c’est ce qu’on prétend et les conclusions de Carter sont remises en question bien que cinq autres sondages de l’opposition montrent la victoire de Chàvez[34],[35].

Un Chàvez jubilant promet de redoubler d’efforts contre la pauvreté et l’ « impérialisme » tout en promettant d’entretenir le dialogue avec ses opposants. Le gouvernement Chàvez par la suite, inculpe les fondateurs de Súmate pour trahison et conspiration pour avoir reçu des fonds étrangers, réservés pour les études des votants, du département d'État des États-Unis par le biais de la National Endowment for Democracy, déclenchant des commentaires des organisations des droits de l’Homme et du gouvernement américain[36],[37],[38]. Le procès est repoussé à une date ultérieure plusieurs fois. Un programme du nom de « Mission Identité », pour suivre l’inscription des votants des immigrants du Venezuela – comprenant ceux en faveur de Chàvez bénéficiant de ses subventions- est mis en place avant l’élection présidentielle de 2006[30].

2004–2005: objectif : Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Chávez étreint le président argentin Néstor Kirchner durant la conclusion de la conférence de presse qui eut lieu au Venezuela en juillet 2004 (Office of the Argentine Presidency).

À la suite de sa victoire au référendum, les premiers objectifs de Chávez afin de transformer fondamentalement la politique sociale et économique, ainsi que la redistribution des revenus, s'accélèrent de façon significative. Chávez place une fois de plus le développement et la mise en place des « Missions bolivariennes » à l'avant de son agenda politique. De vives augmentations dans les prix du pétrole donnent accès à Chávez à des milliards de dollars en réserves de devises étrangères. La croissance économique s'améliore de façon remarquable, atteignant plus de 10 % de croissance en 2004 et 9,3 % de taux de croissance en 2005.

De nombreuses nouvelles initiatives politiques sont lancées par Chávez après 2004. Fin mars 2005, le gouvernement de Chávez passe une série de réglementations sur les médias qui proclament illégales la diffusion de diffamations et calomnies à l'encontre de fonctionnaires publics. Une réglementation annonçant des peines de prison allant jusqu'à 40 mois pour des cas de diffamations lancées à l'encontre de Chávez ainsi que d'autres officiels est mis en vigueur. Quand on lui demande s'il ferait exécuter cette loi si une personnalité des médias l'insultait, Chávez répond « Je me fiche qu'ils [les médias privés] m'insultent… Comme Don Quichotte disait, 'Si les chiens aboient, c'est parce que nous travaillons. »[39] Chávez travaille aussi afin d'étendre ses programmes de redistribution des terres et de sécurité sociale en autorisant et en fondant de nombreuses nouvelles « Missions Bolivariennes », comme par exemple, la « Mission Vuelta al Campo ». Les seconde et troisième phases de la « Mission Barrio Adentro », commencent toutes deux en juin 2005 dans le but de construire, de fonder et de remettre à neuf les équipements secondaires (centre de diagnostic intégré) et tertiaires (hôpitaux) de soins médicaux dans le pays. Et enfin, la « Mission Miranda » établit une milice de citoyens nationale. Pendant ce temps, les médecins du pays se mettent en grève, protestant contre le détournement de l'argent public provenant de leurs institutions existantes au profit de ces nouvelles institutions Bolivariennes, gérées par des médecins cubains.

Chávez se concentre de façon considérable sur les relations étrangères du Venezuela en 2004 et 2005 avec de nouveaux accords bilatéraux et multilatéraux, dont certains projets aide humanitaire et de construction. Chávez s'engage avec de nombreux leaders étrangers, Néstor Kirchner d'Argentine, Hu Jintao de Chine, Fidel Castro de Cuba et Mahmoud Ahmadinejad d'Iran. Cela est plus ou moins brillant. Le 14 mars 2005, Chávez déclare publiquement que la zone de libre-échange des Amériques soutenue par les États-Unis est « morte ». Il annonce que le modèle de développement néolibéral a complètement échoué à améliorer la vie des Sud-Américains, et qu'un modèle différent, cette fois anticapitaliste, serait conçu afin d'augmenter l'échange et les relations entre le Venezuela, l'Argentine et le Brésil. Chávez a aussi annoncé son désir, en tant que gauchiste, de création d'une Organisation du traité de l'Atlantique Nord pour l'Amérique du Sud.

Durant le cours des années 2004 et 2005, l'armée vénézuélienne sous Chávez commence aussi à sérieusement réduire les achats d'armes et les attaches militaires avec les États-Unis. Le Venezuela, sous Chávez recherche d'autres sources d'achat d'armes, telles que le Brésil, la Russie, la Chine, et l'Espagne. Les tensions concernant ces achats s'accentuent et Chávez répond à celles-ci en cessant la coopération entre les deux pays. Il demande alors aussi à tous les soldats américains en service actif de quitter le pays. De plus, en 2005, Chávez annonce la création d'une grande « Reserve militaire », le programme de « Mission Miranda ». Ce dernier comprend une milice de 1,5 million de citoyens. Ceci est une mesure de défense contre les interventions étrangères ou directes invasions[40]. De plus, en october 2005, Chávez exclut l'organisation missionnaire chrétienne, la « New Tribes Mission », du pays, accusant cette dernière d'« infiltration impérialiste » ainsi que de connexions avec la CIA[41]. En même temps, il accorde des titres inaliénables, de près de 6 800 km2 de terre qui étaient habitées à l'origine par les peuples indigènes de l'Amazone, à leur résidents natifs respectifs. Il fait cela bien que ces terres ne puissent être ni vendues, ni achetées comme des titres occidentaux peuvent le faire. Chávez montre ces changements comme preuve que sa révolution était aussi une révolution pour la défense des droits des indigènes, tels que ce encouragés par la « Mission Guaicaipuro » de Chávez.

Durant cette période, Chávez accorde une place plus importante aux modèles alternatifs de développement économique et de commerce international. La plupart sous la forme d'accords d'aide internationale extrêmement ambitieux, dans tout l'hémisphère. Par exemple, le 20 août 2005, pendant la première cérémonie de remise de diplômes des étudiants boursiers internationaux à la Latin American School of Medicine de Cuba, Chávez annonça qu'il établirait en collaboration avec Cuba une seconde école médicale sans frais d'inscription. Un projet à titre gracieux d'une valeur de 20 à 30 milliards de dollars. Cette école donnerait un enseignement à plus de 100 000 physiciens qui en retour s'engageraient à travailler dans les plus pauvres communautés de l'hémisphère Sud. Il annonce que le projet fonctionnerait durant la prochaine décennie et que cette nouvelle école pourrait accueillir 30 000 étudiants pauvres d'Amérique latine et des Caraïbes[42].

Chávez prend aussi l'opportunité sur le plan international de mettre côte à côte de tels projets avec les résultats et les travaux de la globalisation néolibérale. Plus particulièrement, pendant son discours au sommet mondial de l'ONU en 2005, il dénonce les modèles de développement qui sont organisés autour des directives néolibérales telles que la libération des flux de capitaux, le retrait des barrières commerciales, et la privatisation comme raison de l'appauvrissement des pays en voie de développement. Chávez va jusqu'à prévenir de l'imminente pénurie mondiale d'énergie amenée par l’épuisement des hydrocarbures (basé sur la théorie du pic de Hubbert), annonçant que « nous sommes face à une crise d'énergie sans précédent… Le pétrole commence à s'épuiser »[43]. En plus, le 7 novembre 2005, Chávez se réfère au piétinement de la FTAA, déclarant au 4e sommet des Amériques, tenu à Mar del Plata en Argentine, que « le plus grand perdant aujourd'hui est George W. Bush. L'homme s'en va blessé. On pouvait voir la défaite dans son visage ». Chávez prend la même opportunité et déclare que « le goût de la victoire » est apparent par rapport à la promotion de ses propres commerces alternatifs, l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA—Alternativa Bolivariana para América), que le Venezuela et Cuba inaugurent le 14 décembre 2004[44].

En 2005, Chávez exige l'extradition de Luis Posada Carriles, accusé d'un complot d'attaque à la bombe du vol 455 Cubana. Un juge texan bloque l'extradition se basant su le fait qu'il serait torturé au Venezuela. L'ambassade vénézuélienne accuse le Department of Homeland Security de refuser de contester de telles accusations durant le procès[45]. Chávez demande de plus l'extradition d'anciens officiers vénézuéliens et des membres des Militares democraticos, le lieutenant German Rodolfo Varela et le lieutenant Jose Antonio Colina, qui sont recherchés pour avoir bombardé les ambassades espagnole et colombienne après le discours de Chávez critiquant ces deux gouvernements[46],[47].

2006[modifier | modifier le code]

La BBC déclare que Chávez « n'a pas caché le fait qu'il était en faveur de modifier la constitution afin de pouvoir se présenter à nouveau en 2012 à l’élection présidentielle »[48]. Il a déclaré qu'il avait l'intention de se retirer de la présidence du Venezuela en 2021[2]. Il cherche à se faire réélire et son score au mois d'août était de 55 %[49].

En 2006, Chávez annonce que le Venezuela va tenter de gagner un siège non-permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Les officiels de Washington officials encouragent les pays d'Amérique Latine et des Caraïbes à voter à la place pour le Guatemala[50]. Les analystes cités par le magazine Forbes soutiennent que Chávez aurait offert de fournir 20 % des besoins en pétrole brut de Chine si Pékin soutenait la candidature du Venezuela afin de faire partie du Conseil de sécurité des Nations unies[51]. Au Chili, la presse s'inquiète des subventions vénézuéliennes d'aides aux inondations pourrait affecter la décision du gouvernement de soutien du pays afin d'être admis au Conseil de Sécurité[52]. Cependant, le Venezuela n'obtient pas plus de votes que le Guatemala des 41 votes de l'ONU en octobre 2006 [53]. À cause de cette impasse, le Panamá est sélectionné en tant que candidat de consentement et par la suite gagne l'Élection du Conseil de sécurité de l'ONU de 2006 pour le siège de l'Amérique latine au Conseil de Sécurité.

En accord avec la tendance de sa politique étrangère, Chávez rend visite à plusieurs pays d'Amérique latine, ainsi que le Portugal, la Biélorussie, la Russie, le Qatar, la Syrie, l'Iran, le Vietnam, le Mali et le Bénin. À la demande du président de la Gambie, Yahya Jammeh, Chávez assiste au sommet de l'Union africaine à Banjul en 2006. Il visite aussi le Peuple de la République de Chine et la Malaisie.

En 2006, Chávez accuse le gouvernement des États-Unis d'essayer d'encourager la Colombie à devenir un adversaire du Venezuela sur une dispute d'armes récente. « L'empire des États-Unis ne perd pas une chance de s'attaquer à nous et d'essayer de créer une discorde entre nous. C'est l'une des stratégies de l’empire : Diviser pour mieux régner. » a-t-il déclaré en réponse au gouvernement des États-Unis[54].

Discours aux Nations unies[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2006, Chávez fait un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU accablant le président américain George Bush[55]. Dans son discours, Chávez fait référence à Bush l'appelant « le diable », ajoutant que Bush, qui avait fait son discours devant l'assemblée un jour auparavant, était venu devant l'Assemblée générale pour « partager ses 'remèdes de bonnes femmes' afin d'essayer de préserver le modèle actuel de domination, d'exploitation et de pillage des peuples du monde »[56],[57]. Bien que ce fut largement condamné par les politiciens et médias américains[58],[59],[60], le discours fut reçu avec une « forte acclamation » dans l'Assemblée[61],[62].

Subventionner du pétrole pour chauffer les pauvres aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2005, le président Chávez commence un programme afin de fournir du pétrole pour chauffer les pauvres, à bas prix, dans certaines régions des États-Unis (New York Daily News, le 21 septembre 2006). Le programme s'agrandit en septembre 2006 afin d'inclure 4 des 5 arrondissements de la ville de New York, fournissant 95 millions de litres de pétrole aux résidents à faible revenu de New York, cette année, à un prix 40 % moins cher que le prix de gros du marché. Cette quantité fournit assez de pétrole pour chauffer 70 000 appartements, hébergeant 200 000 habitants de New York, pour un hiver entier (New York Daily News, le 21 septembre 2006). On a aussi reporté que Chávez envoie du pétrole pour chauffer les villages pauvres et isolés en Alaska. Certains ont remis en question les motifs de la générosité de Chávez. Les leaders législatifs de l’État du Maine ont demandé au gouverneur de l’État de refuser ce pétrole subventionné[63], et le New York Daily News critiqua son offre en le surnommant « mac du pétrole. »[64]

2007–2013[modifier | modifier le code]

La présidente de l'Argentine Cristina Fernández de Kirchner, avec Hugo Chávez 2008-03-05.

Le 8 janvier 2007, le président Chávez a nommé un nouveau gouvernement, et remplacé la plupart des ministres. Jorge Rodríguez a été nommé vice-président, en remplacement de José Vicente Rangel. Chávez a annoncé qu'il demanderait à l'Assemblée nationale du Venezuela de voter la renationalisation de la plus grosse compagnie de téléphone du pays (Cantv), et d'autres entreprises du secteur de l'électricité, toutes d'anciennes entreprises publiques qui furent privatisés par les gouvernements précédant l'ère Chavez. Il a aussi demandé la suppression de l'autonomie de la Banque centrale[65].

Le 31 janvier 2007, l'assemblée nationale a approuvé une loi donnant au président Chavez le pouvoir de diriger par décret dans certains domaines, pour 18 mois. Il prévoit de continuer la Révolution Bolivarienne. Chávez, qui recommence une présidence de 6 ans, a dit que cette loi sera le début d'une "révolution maximum" durant laquelle il continuera la transformation du Venezuela en une société socialiste. Cependant, quelques critiques s'élèvent et dénoncent une dérive vers un autoritarisme sans contrôle[66],[67].

Le 8 février 2007 le gouvernement a décidé la nationalisation par rachat de la part de 82,14 % de AES Corporation dans Electricidad de Caracas. Paul Hanrahan, président de AES a dit que l'affaire était honnête et que les intérêts des investisseurs avaient été respectés[68]. Le gouvernement a aussi décidé le rachat des 28,5 % CANTV que détenait Verizon Communications[69].

Le 30 avril, Chávez a annoncé que le Venezuela se retirait du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, ayant payé par anticipation sa dette de cinq ans et économisant ainsi 8 millions de dollars[70]. La dette était de 3 milliards en 1999[71]. Chavez a annoncé la création d'une banque régionale, la Banque du Sud, et dit que le FMI et la Banque mondiale étaient en crise[72].

Le jour suivant, il a annoncé son intention de reprendre le contrôle des projets pétrolier de la ceinture de l'Orénoque, qui sont, a-t-il dit, « les plus grandes réserves mondiale de pétrole brut »[73]. Ces réserves pourraient placer le Venezuela devant l'Arabie saoudite en termes de réserves pétrolières[74].

En mai, le gouvernement a refusé le renouvellement de la licence de la plus grande chaîne de télévision RCTV, au motif que la chaîne avait participé au coup d'État de 2002. Cela a provoqué des manifestations nombreuses en faveur de la chaîne RCTV à Caracas. Des contre-manifestations de dizaines de milliers de personnes soutenant Chavez ont aussi eu lieu[75].

L'incident du sommet de l'Amérique latine[modifier | modifier le code]

En novembre, au sommet de l'Amérique latine à Santiago du Chili, Chávez et le premier ministre José Luis Rodríguez Zapatero ont eu d'âpres échanges. Chávez, énervé à la suite de la suggestion de Zapatero visant à convaincre de la nécessité pour l'Amérique latine d'attirer des capitaux étrangers, a qualifié l'ancien premier ministre espagnol José María Aznar de fasciste[76]. Zapatero a alors demandé à Chávez de respecter les formes. Chavez a continué son argumentation houleuse. Le roi Juan Carlos Ier d'Espagne a alors apostrophé Chavez en lui disant « ¿Por qué no te callas? » (« Pourquoi tu ne te tais pas ? », mais en langage plus familier)[77]. Chávez affirma plus tard ne pas avoir entendu Juan Carlos[78]. Le président Daniel Ortega du Nicaragua, qui était le suivant à parler, a cédé une minute de son temps de parole à Chavez pour qu'il puisse finir son argumentation. Ortega a ensuite repris les arguments de Chávez et suggéré que l'Espagne était intervenue dans les élections au Nicaragua. Ortega a rappelé aussi le monopole énergétique de la compagnie espagnole Union Fenosa dans les quartiers pauvres[79]. Le roi d'Espagne s'est alors levé et a quitté la réunion[80] — un incident diplomatique sans précédent, alors que le roi est connu pour son flegme.

Le référendum constitutionnel[modifier | modifier le code]

Le 15 août 2007, Chavez a proposé de supprimer la durée prédéterminée de son mandat. Il a aussi proposé que la fin de l'autonomie de la banque centrale, le renforcement des pouvoirs d'expropriation et du contrôle publique sur les réserves internationales fassent partie de la constitution. Le référendum populaire était prévu pour le 2 décembre[81].

Le premier décembre une grande manifestation eut lieu a Caracas, conduite par des étudiants, appelant le Conseil Électoral National d'annuler la tenue du référendum sur cette réforme constitutionnelle[82]. Les partisans de Chavez ont aussi organisé une manifestation en faveur de la réforme, qui se termina par des affrontements avec l'autre manifestation, et qui aboutirent à une intervention policière[83]. Depuis, la communauté mondiale a critiqué Chavez pour l'usage excessif des forces de police [84]. Le 9 novembre, le président qualifia les manifestations d'opposants comme étant des « violences fascistes »[85].

Le 26 novembre le gouvernement diffusa un courrier confidentiel émanant supposément de l'ambassade des États-Unis et à destination de la CIA, et contenant des préparatifs d'opérations américaines clandestines contre le gouvernement Chavez[86]. Deux jours avant le référendum constitutionnel, Chávez a menacé d'annuler les exportations pétrolières vers les États-Unis si le gouvernement américain critiquait les résultats du vote[87].

Le référendum fut finalement rejeté le 2 décembre 2007 par 51 % des votants[88]. Chávez prit acte du résultat, et annonça donc qu'il partirait à la fin de son mandat (en 2013)[89].

En novembre 2008, il proposa un autre amendement pour prolonger la fin de son mandat jusqu'en 2021[90]. Cette fois-ci, la résolution fut votée avec 54 % de vote favorable sur 94 % de votes dépouillés[91].

En mars 2009, le gouvernement mis un terme à la pêche maritime intensive par chalut, employé pour la pêche des crevettes, afin de conserver la biodiversité sur les côtes et préserver le mode de vie des petits pêcheurs qui représentent 70 % de la pêche au Venezuela, et qui demandaient cette mesure depuis des dizaines d'années[92].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Durant son mandat, Chávez a été récompensé à plusieurs reprises des diplômes honorifiques suivants [93]:

Dans une liste rassemblée par le magazine New Statesman en 2006, il a été voté le 11e dans la liste des « Héros de notre temps »[94].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Text of report by Patrick J. O'Donoghue: « President Hugo Chávez, Copyright 2004 British Broadcasting Corporation, BBC Monitoring Latin America - Political Supplied by BBC Worldwide Monitoring, 19 janvier 2004.
  2. CNE data [PDF]
  3. Ellner, Steve. (North American Congress on Latin America (NACLA), 17 Oct 2005). « Venezuela’s “Demonstration Effect”: Defying Globalization’s Logic ». Retrieved 09 Nov 2005.
  4. a et b Center for Cooperative Research. Profile: Hugo Chávez Frias. Retrieved 08 Nov 2005.
  5. McGirk, Tim. (Time, 27 Dec 1999). « Hugo Chávez Frías ». Retrieved 03 Nov 2005.
  6. BBC News. (BBC, 29 Dec 1999). « Venezuela disaster 'worst this century' ». Retrieved 10 Jun 2006.
  7. BBC News. (BBC, 21 Dec 1999). « Analysis: Floods a test for Chavez ». Retrieved 10 Jun 2006.
  8. Kriner, Stephanie. (Red Cross, 2000). « Flooding Returns to Venezuela ». Retrieved 10 Jun 2006.
  9. data - CNE [PDF]
  10. Source: CNE data [PDF]
  11. (en) Laura Neumann, Jennifer McCoy, « Observing Political Change in Venezuela: The Bolivarian Constitution and 2000 Elections. Final Report », Carter Center,‎ février 2001 (consulté en 30/12/2006), p. pp. 71-72 [PDF]
  12. Neumann(2001), p. 10 [PDF]
  13. Neumann(2001), p. 73 [PDF]
  14. (es) Hernández Taynem, Eugenio Martínez, « CTV también irá al paro », El Universal,‎ 05/12/2001 (consulté en 31/12/2006)
  15. (es) Mariela León, « El 10 de diciembre será la huelga », El Universal,‎ 20/11/2001 (consulté en 31/12/2006)
  16. (es) « 'No me obliguen a tomar medidas especiales' », El Universal,‎ 16 décembre 2001 (consulté en 31/12/2006)
  17. (es) « Evaluación del desempeño económico de los países andinos en el año 2001 », Comunidad Andina,‎ juillet 2002 (consulté en 2007-01-13)
  18. a et b Hallinan, Conn (Foreign Policy in Focus 17 April 2006) U.S. Shadow Over Venezuela Retrieved 12 July 2006
  19. CNN. (CNN, 19 Jan 2003). "Venezuelan president names two generals to key posts: Chavez vows more raids on industries that support strike." Accessed 19 juin 2006.
  20. Vulliamy, Ed. (The Guardian, 21 Apr 2002). "Venezuela coup linked to Bush team". Retrieved 05 Nov 2005.
  21. Campbell, Duncan. (The Guardian, 29 avril 2006). American navy 'helped Venezuelan coup'. Retrieved 21 Jun 2006
  22. BBC News, (14 May 2002). US investigates Venezuela coup role. Retrieved 21 Jun 2006.
  23. AP (2002), Venezuela's Chavez Says United States Must Explain Reaction To Coup. Retrieved 9 juin 2006.
  24. U.S. Embassy, Caracas, Venezuela. State Dept. Issues Report on U.S. Actions During Venezuelan Coup: (Inspector General finds U.S. officials acted properly during coup). Accessed 26 mai 2006.
  25. (en) A Review of U.S. Policy toward Venezuela, November 2001 - April 2002 - U.S. Department of State and Office of Inspector General, juillet 2002 [PDF]
  26. Márquez Humberto. (IPS March 9 2006) Statements Indicate Chávez May Indeed Be in Somebody's Crosshairs. Retrieved 21 juin 2006]
  27. a et b BBC News. (BBC, 25 Juin 2004). « Colombian 'plotters' face charges ». Retrieved 13 Juin 2006.
  28. El Pais. (El Pais, 2004). "Condenan a tres militares y 27 colombianos". Retrieved 01 Nov 2005. (es)
  29. BBC News. (BBC News, 12 sep. 2003). "Chavez poll petition rejected". Retrieved 10 Nov 2005.
  30. a et b Bronstein, H. (14 juin 2006), "Colombians in Venezuela thank Chavez for new life", Washington Post, Accessed 22 juin 2006.
  31. (en) Venezuelan Audit Confirms Victory - BBC News, 21 septembre 2004
  32. (en) Report on an Analysis of the Representativeness of the Second Audit Sample, and the Correlation between Petition Signers and the Yes Vote in the August 15, 2004 Presidential Recall Referendum in Venezuela - Carter Center, septembre 2004 [PDF]
  33. Carter Center (février 2005), pp. 133-134.
  34. Barone, M. "Exit polls in Venezuela". U.S. News & World Report. August 20, 2004.
  35. AP (2004). "U.S. Poll Firm in Hot Water in Venezuela", Associated Press. Accessed 9 juin 2006.
  36. (en) Venezuela: Court Orders Trial of Civil Society Leaders - Human Rights Watch, Accessed 8 juin 2006
  37. (en) Democracy Activists in Venezuela Threatened - World Movement for Democracy, 16 juillet 2004
  38. (en) Súmate Trial Decision - Embassy of the United States, Venezuela, 8 juillet 2005
  39. BBC Talking Point. (23 Oct 2005). "BBC's Robin Lustig interview to Hugo Chavez". Retrieved 21 Jun 2006.
  40. Wagner, Sarah. (Venezuela Analysis, 25 Apr 2005). "U.S.-Venezuela Military Cooperation Indefinitely Suspended". Retrieved 20 Oct 2005.
  41. Alford, Deann. (Christianity Today, 14 oct. 2005). "Venezuela to Expel New Tribes Mission". Retrieved 09 Nov 2005.
  42. Reed, Gail A. (MEDICC Review). "Where There Were No Doctors: First MDs Graduate from Latin American Medical School". Retrieved 16 Nov 2005.
  43. Campbell, Colin J. (Association of the Study of Peak Oil and Gas, Nov 2005). "Newsletter No. 59: President Chavez Recognises Peak Oil". Retrieved 16 Nov 2005.
  44. Parma, Alessandro. (Venezuela Analysis, 07 Nov 2005). "Chavez Claims Victory Over Bush in Argentina Summit". Retrieved 09 Nov 2005.
  45. Jim, Lobe.(Inter Press Service 28 Sep 2006). Cuban Terror Case Erodes US Credibility, Critics SayRetrieved 9,July 2006
  46. Forero, Juan. (New York Times 29, Jan 2004)Venezuelans Asking the U.S. To Extradite 2. Retrieved 9 July 2006
  47. Toothaker, Christopher. (Latin American Post)Chavez dismisses US concerns on democracy. Retrieved 9 juillet 2006
  48. Morsbach, Greg. Chavez opponents face tough times. BBC News (6 décembre 2005).
  49. Hooper, Simon (CNN 18 octobre 2006) The insider's guide to Hugo Chavez. Retrieved 20 Oct 2006
  50. Washington Post. (29 juin 2006)."Venezuela Seeks Security Council Seat". Retrieved 1er août 2006.
  51. FOCUS - Venezuela's Chavez to use oil as card to lure China's backing at UN. Forbes (20 August 2006).
  52. Chávez' grant to Chile is troublesome for Michelle Bachelet. El Universal (11 août 2006).
  53. [1] BBC (27 octobre 2006)
  54. (en) The Associated Press, « Venezuela's Chavez thanks Colombia for not siding with Washington in arms purchases dispute », International Herald Tribune,‎ 5 oct. 2006 (lire en ligne)
  55. FULL speech, video, of President Hugo Chávez before the UN General Assembly, 20 septembre 2006 Hosted by the UN webcast website (q.v. http://www.un.org/webcast). Requires Real Media Player.
  56. Chavez: Bush 'devil;' U.S. 'on the way down'. CNN (20 septembre 2006).
  57. Transcript at Wikisource
  58. Leading Bush critic at home calls Chavez a "thug". Reuters (21 septembre 2006)
  59. CONG. RANGEL CONDEMNS CHAVEZ'S ATTACK ON BUSH. Accessed 21 September 2006.
  60. New York reacts: calls Chavez “oil pimp” and UN “cheap bordello”. MercoSur. Accessed 21 septembre 2006.
  61. CBS News.The Devil And Mr. Chavez. (September 25 2006). Retrieved October 14 2008.
  62. Anger at U.S. Policies More Strident at U.N. Washington Post. 24 septembre 2006. Accessed 7th October 2006.
  63. Adams, Glenn. Maine Repubs Say No to Chavez Oil Deal. Houston Chronicle (21 septembre 2006).
  64. Venezuela oil pimp can have UN. New York Daily News (21 septembre 2006).
  65. (en) ABC News Chavez: Will Nationalize Telecoms, Power
  66. (en) Ian James, « Venezuela on the Brink of Major Change », Las Vegas Sun,‎ 29 janv. 2007 (lire en ligne)
  67. (en) « Venezuela: With Marx, Lenin and Jesus Christ », sur The Economist,‎ 11 janvier 2007
  68. « Venezuela moves to nationalize top electric company with buyout of AES stake », International Herald Tribune,‎ 2007-02-08 (consulté en 2007-02-09)
  69. « Venezuela to buy out CANTV, Electricidad de Caracas shares in nationalisation », CNN,‎ 2007-04-09 (consulté en 2007-04-17)
  70. « Chavez: Venezuela to pull out of IMF, World Bank », CNN,‎ 2007-05-01 (consulté en 2007-05-01)
  71. Chavez claque la porte du FMI et de la BM, Radio France internationale, 1er mai 2007
  72. (en) Venezuela quits IMF and World Bank - The Guardian, 1er mai 2005
  73. Venezuela exits IMF and World Bank, Al Jazeera, 1er mai 2007 (en)
  74. (fr) Le Venezuela nationalise son eldorado pétrolier - Le Figaro, 30 avril 2007
  75. (es) RCTV: el turno del gobierno - BBC, 2 juin 2007
  76. (en) « Behind the King's Rebuke to Chávez », Time,‎ 14 nov. 2007-11-14 (lire en ligne)
  77. (en) « Shut up, Spain king tells Chavez », BBC,‎ 10 novembre 2007 (consulté le 10 nov. 2007)
  78. (en) « Spanish king tells Venezuela's Chavez to 'Shut up' », BBC,‎ 13 nov. 2007 (consulté le 12 mai 2007)
  79. (es) « Never has the King been seen so angry in public », El Periodico,‎ 10 novembre 2007 (lire en ligne)
  80. (es) « El Rey Don Juan Carlos a Hugo Chávez: "¿Por qué no te callas?" », Antena 3,‎ 2007-11-11 (consulté en 2007-11-11)
  81. (en) Venezuela's Chavez calls for end to term limits - Brian Ellsworth, Reuters, 16 août 2007
  82. (en) Opposition Students Clash with Police in Effort to Get to Venezuela’s Electoral Council - Venezuelanalysis, 2 novembre 2007
  83. (en) « Tens of thousands protest Venezuela reforms », Associated Press,‎ 2007-11-1 (consulté en 2007-11-16)
  84. (en) « More Trouble for Chávez », The Wall Street Journal,‎ 2007-11-12 (consulté en 2007-11-16)
  85. (en) « Venezuela's Chavez Condemns Opposition », Associated Press,‎ 9 novembre 2007 (consulté le 16 novembre 2007)
  86. (en) In Chávez territory, signs of dissent IHT - The New York Times, 30 novembre 2007
  87. (en) Chavez threatens to cut oil if US questions vote - CNN, 5 décembre 2007
  88. (en) Venezuela Vote Sets Roadblocks on Chávez Path - The New York Times, 4 décembre 2007
  89. (en) Chavez 'will step down in 2013' - BBC News, 7 décembre 2007
  90. (en) « Chavez renews reelection ambition », BBC News,‎ 2008-11-30 (consulté en 2008-11-30)
  91. (en) « Hugo Chavez wins referendum over extension of presidency », The Times,‎ 16 février 2009 (consulté le 16 février 2009)
  92. (en) Venezuela Bans Controversial “Trawl” Fishing - Venezuelanalysis, 17 mars 2009
  93. (es) « Gobierno en Línea: Nuestros Presidentes, Biografía del Presidente Hugo Rafael Chávez Frías », Government of Venezuela,‎ 2005 (consulté en 21/01/2006)
  94. New Statesman