Préludes de Rachmaninov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Préludes
Opus 23 et 32
Image décrite ci-après
Portrait de Rachmaninov par Leonid Pasternak (1916)

Genre Prélude
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano
Durée approximative Chaque pièce : 2 à 6 minutes env.
Dates de composition Op. 23 : 1903 sauf n°5 (1901)
Op. 32 : 1910
Interprètes Sergueï Rachmaninov

Les Préludes de Rachmaninov constituent une œuvre pour piano seul écrite par le pianiste et compositeur russe Sergueï Rachmaninov. Rachmaninov a écrit trois séries de préludes, le célèbre prélude en do dièse mineur op. 3 n°2 en 1892, l'opus 23 en 1901-1903 et l'opus 32 en 1910. Au total, cela fait 24 préludes, écrits dans toutes les tonalités majeures et mineures et répondant, de fait, aux 24 préludes de Frédéric Chopin. La filiation est d'autant plus évidente que l'op. 22 de Rachmaninov n'est autre que les Variations sur un thème de Chopin, en l'occurrence sur son 20e prélude. L'inspiration de son op. 23, bien qu'écrite au début du XXe siècle, reste d'ailleurs toute empreinte de romantisme, proche du style chopinien.

Les 24 préludes de Rachmaninov n'ayant pas de structure les reliant vraiment (contrairement aux préludes de Chopin suivant le cycle des quintes), Rachmaninov prendra rapidement l'habitude de ne jouer qu'une sélection de ses préludes[1].

Sommaire

Introduction[modifier | modifier le code]

Le genre du Prélude[modifier | modifier le code]

Rachmaninov nous rappelle tout d'abord de quelle façon il conçoit le genre du prélude : « Le prélude est une forme de musique absolue, destinée comme son nom l’indique, à être jouée avant un morceau de musique plus important ou comme introduction à une certaine fonction. La forme s’est toutefois étendue à de la musique tout à fait indépendante. Mais aussi longtemps que ce nom sera donné à un morceau de musique, l’œuvre devra, dans une certaine mesure, satisfaire à la signification de ce titre ».

Pourtant, cette conception de "prélude" n'est pas respectée, ni aujourd'hui ni du temps de Rachmaninov : le prélude op.  23 no 10 est un véritable nocturne, le 6e du même cahier une Romance. En outre, Rachmaninov jouait son prélude en ut dièse mineur en bis, et des préludes comme les 5e et 12e de l'op.  32 sont souvent joués aujourd'hui comme tels…

Ce qui inspira les préludes[modifier | modifier le code]

Youri Glebov dit, en parlant des préludes, comme représentant : « le sol originel russe… d’un paysage authentiquement russe, non pas imaginé par un esprit enclin ou pittoresque, mais perçu par l’âme sensible du musicien ». Ceci étant le cas pour l'op. 23 et à plus forte raison pour l'op. 32[2].

Prélude op. 3 no 2 en Ut dièse mineur, Lento - Agitato[modifier | modifier le code]

Le thème, massif, du Prélude en do dièse mineur.

Extrait des 5 morceaux de fantaisie op. 3, le Prélude op. 3 n° 2 en do dièse mineur est une des pièces pour piano les plus célèbres de Rachmaninov, et aussi parmi les premières écrites par le compositeur.

Rachmaninov expliquera plus tard avec ironie ce qui l'inspira pour la composition du prélude : « Quarante roubles. Mon éditeur m'en avait offert deux cents pour cinq morceaux pour piano et le Prélude était un des cinq. »[3]

Il est en do dièse mineur (quatre dièses à l'armure), de mesure 4/4, comme d'ailleurs le sont un nombre considérable de pièces pour piano de Rachmaninov, contrairement à Scriabine, qui utilise des mesures moins courantes telles que 5/4, 12/16 ou 9/8 et chez qui c'est assez rare de trouver des mesures "simples".

Le prélude est de structure ABA' :

  • Un thème en accords joué par les deux mains en A (Lento),
  • De larges arpèges ternaires de la main droite sur des basses à la main gauche en B (Agitato),
  • Et reprise du thème A aux deux mains mais de façon plus développée en A' : les accords sont plus riches, plus lourds et joués fff voire ffff ; la partition se dédouble avec un système à deux portées pour chaque main (deux clés de sol main droite et, selon les passages, deux clés de fa main gauche ou une clé de sol et une clé de fa). Le thème apparaît beaucoup plus démonstratif et déclamatoire, c'est sans doute cette force qui nécessite une bonne endurance de la main. L'intensité diminue brusquement sur deux mesures et le morceau s'achève sur des accords de plus en plus calme, qui font penser à des cloches (comme en A).
Fichier audio
Prelude in C-sharp minor, Op. 3, No. 2 (info)
Le prélude Opus 3 no.2 interprété par Rachmaninov lui-même en 1919

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Ce morceau a été composé en 1892, alors que le jeune Rachmaninov (19 ans) entamait une carrière de virtuose. La célébrité de ce prélude a démarré du vivant même de Rachmaninov, qui pourtant ne le tenait pas spécialement en estime : le public le poussait souvent à le jouer en bis à la fin de ses récitals. Il montait alors sur scène, jouait le prélude rageusement et repartait dans les coulisses tout de suite après.[réf. nécessaire] Bien que non virtuose et parmi les pièces les plus faciles de Rachmaninov, son exécution n'est pas aisée malgré le tempo lent : l'exécution du thème en accords nécessite une bonne force et une bonne coordination dans les doigts et une bonne assise de la main (surtout les doigts externes annulaire et auriculaire) pour atteindre, sans quitter le clavier, toutes les notes de l'accord simultanément. De plus, main droite et main gauche se chevauchent en permanence dans la première partie, ce qui complique (mais pas considérablement malgré tout) la tâche. Le morceau paraît assez éprouvant à jouer, mais ce n'est qu'apparences. De plus, il n'est pas nécessaire d'avoir des mains spécialement larges pour le jouer, les accords ne dépassant pas l'octave.

La popularité du prélude est telle qu'un journal anglais écrivit (nous sommes alors en 1922) : « Ce serait un énorme plaisir d'entendre ce pianiste fin et singulièrement modeste dans une petite salle d'où tous les "maniaques du prélude" auraient été refoulés[4]... »

Cette vexation morale (Rachmaninov trouve ce morceau beaucoup trop reconnu pour ce qu'il est) est doublée d'une vexation matérielle vu que, l'auteur ayant oublié de le mettre sous copyright, il n'en fit aucun bénéfice [5]!

Rachmaninov était un amateur de cinéma ; lors d'une visite avec Horowitz aux studios Walt Disney, il visionna un film de Mickey, The Opry House dans lequel la souris joue le rôle d'un pianiste, interprétant le célèbre prélude : « J'ai entendu mon inévitable prélude défendu par quelques-uns des meilleurs pianistes, cruellement massacré par d'autres, mais aucune interprétation ne m'a jamais autant remué que celle du grand maestro Mickey Mouse »[6].

Dix préludes op. 23[modifier | modifier le code]

Dix Préludes
Opus 23
Genre Prélude
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano
Durée approximative 30-35 minutes env.
Dates de composition 1903 sauf n°5 (1901)
Dédicataire Alexander Siloti
Création
Moscou
Interprètes Sergueï Rachmaninov

1900 marque pour le compositeur la fin d'une période dépressive, favorisée par le relatif échec de sa Première symphonie. Cette année marque un certain renouveau grâce à l'écriture de son second concerto pour piano et de toute une série de partitions dont fait partie son op. 23[7].

Rachmaninov écrit ses premiers préludes op. 23 en 1903 (sauf op. 23 no5) soit peu après son mariage avec Natalia Satine. La création a été faite le 10 février 1903 par le musicien lui-même, à Moscou. Il en complète la série peu après et publie le tout la même année[8].

L'opus 23 est composé de 10 courtes pièces et sa durée d'exécution totale demande environ une demi-heure. Il est dédicacé à Alexander Siloti, l'un des professeurs de piano du compositeur, qui l'a soutenu financièrement et qui fut l'un des témoins de son mariage.

Prélude op. 23 no 1 en Fa dièse mineur, Largo[modifier | modifier le code]

Une œuvre morose et poétique. Heinrich Neuhaus le considère comme le meilleur du recueil. « On y ressent la fraîcheur d'une soirée russe, au bord d'un étang d'où s'élève le brouillard. Ambiance lévitanienne »[9].

Prélude op. 23 no 2 en Si bémol majeur, Maestoso[modifier | modifier le code]

Partition du prélude op.23 n°2
La texture lourde du prélude op. 23 n°2 en si bémol majeur

Ce prélude est souvent joué pour sa virtuosité.

Prélude op. 23 no 3 en Ré mineur, Tempo di menuetto[modifier | modifier le code]

Prélude op. 23 no 4 en Ré majeur, Andante cantabile[modifier | modifier le code]

Prélude op. 23 no5 en Sol mineur, Alla marcia[modifier | modifier le code]

L'un des plus connus, ce prélude a été composé en 1901.

Prélude op. 23 no 6 en Mi bémol majeur, Andante[modifier | modifier le code]

Prélude op. 23 no 7 en Do mineur, Allegro[modifier | modifier le code]

Nocturne par James Abbott McNeill Whistler (1870-1877)

Les notes du prélude en do mineur forment une spirale tout au long du morceau qui fait penser aux Variations sur un thème de Chopin du même compositeur. Il s'achève sur les accords de la cadence finale, qui conclut en do majeur.

Prélude op. 23 no 8 en La bémol majeur, Allegro vivace[modifier | modifier le code]

Prélude op. 23 no 9 en Mi bémol mineur, Presto[modifier | modifier le code]

Prélude op. 23 no 10 en Sol bémol majeur, Largo[modifier | modifier le code]

Ce prélude est un vrai nocturne et conclut le recueil avec la tonalité homonyme du premier prélude (en fa dièse mineur).

Treize préludes op. 32[modifier | modifier le code]

Treize Préludes
Opus 32
Image décrite ci-après
Le Retour d'Arnold Böcklin, peintre que Rachmaninov appréciait beaucoup et dont il s'est inspiré de l'œuvre pour nombre de ses compositions. Ce tableau est entre autres la source d'inspiration du prélude op. 32 n°10.

Genre Prélude
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano
Durée approximative 40 minutes env.
Dates de composition 1910
Création
Saint-Pétersbourg
Interprètes Sergueï Rachmaninov

C'est lors de son séjour en Amérique (1909) que Rachmaninov compose « de tête » les préludes op. 32. À son retour en Russie, il doit encore faire découvrir son troisième concerto pour piano. C'est seulement après cela que Rachmaninov pu s'atteler à l'écriture de ces préludes, expliquant donc leur rapidité d'écriture : les préludes no 5, 11 et 12 furent achevés la même journée ! Composés en 1910, la première exécution aurait eu lieu le 5 décembre 1910 par le compositeur à Saint-Pétersbourg. Ils seront publiés l'année suivante par Gutheil, en septembre 1911.

Prélude op. 32 no 1 en Do majeur, Allegro vivace[modifier | modifier le code]

Un prélude vif et assez court.

Prélude op. 32 no 2 en Si bémol mineur, Allegretto[modifier | modifier le code]

Un prélude à la mélodie endolorie, où la tonalité de si bémol mineur ne se dévoile réellement qu'à la fin du morceau.

Prélude op. 32 no 3 en Mi majeur, Allegro vivace[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 4 en Mi mineur, Allegro con brio[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 5 en Sol majeur, Moderato[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 6 en Fa mineur, Allegro appassionato[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 7 en Fa majeur, Moderato[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 8 en La mineur, Vivo[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 9 en La majeur, Allegro moderato[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 10 en Si mineur, Lento[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Le prélude en Si mineur, Op. 32, No. 10 (info)
Le prélude en Si mineur, Op. 32, No. 10

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Le pianiste Benno Moiseiwitsch rapporte une anecdote amusante sur le prélude en si mineur :

« Tout a commencé lors de mon premier voyage aux USA. Rachmaninov est venu à mon concert et m’a fait plein de compliments. Il m’a dit : « Merci d’avoir joué mon Prélude en si mineur. » Je lui ai répondu : « Il se trouve que c’est mon préféré. - C’est aussi mon préféré ! » Cela a créé un lien d’amitié. Je lui ai demandé : « Aviez-vous un programme en tête en composant ce prélude ? - Oui, m'a-t-il répondu de sa voix de basse. J'ai pensé : « Bien, j’ai marqué un point. » Je lui ai dit : « Je sais que votre idée n’est pas la mienne mais je sais que la mienne est correcte. » Lui : « Dites-la moi, je vous dirai la mienne. » On marchande un moment, et finalement, je dis : « Eh bien, moi, c’est une longue histoire … - Alors, dit-il, elle n’a rien à voir avec la mienne car elle ne tient qu’en un seul mot. » Consterné, je me suis assis et j’ai dit : « Pour moi, cela évoque le retour… » Là, il me coupe la parole : « Stop ». Je demande ce que j’ai dit de mal. Il me dit : « C’est ça ! C’est le retour[2]. »

Prélude op. 32 no 11 en Si majeur, Allegretto[modifier | modifier le code]

Prélude op. 32 no 12 en Sol dièse mineur, Allegro[modifier | modifier le code]

Ce prélude souvent joué en bis pourrait évoquer le réveil de la nature au début du printemps.

Prélude op. 32 no 13 en Ré bémol majeur, Grave - Allegro[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Rachmaninov enregistra quelques-uns de ses préludes :

  • le célèbre prélude en do dièse mineur
  • les préludes op. 23 No. 5 et 10
  • les préludes op. 32 No. 3, 5, 6, 7 et 12.

Le pianiste russe Sviatoslav Richter en joua treize : dans l'op. 23, les no  1, 2, 4, 5, 7 et 8 ; dans l'op. 32, les no1, 2, 6, 7, 9, 10 et 12.

Le pianiste Boris Berezovsky a également fait une intégrale des préludes.

Vladimir Ashkenazy enregistra une intégrale des Préludes, qui fait figure de référence.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Baylor, Murray, Rachmaninoff 13 Preludes Opus 32 For the Piano, Pg. 5, Alfred Music Publishing, New York, 1988
  • Brennan, Gerald, Schrott, Allen, Woodstra, Chris, All Music Guide to Classical Music: The Definitive Guide to Classical Music, Backbeat Books, Californie, 2005.
  1. Rachmaninov.fr
  2. a et b http://www.rachmaninov.fr/preludes.htm
  3. http://www.rachmaninov.fr/preludedodiesemineur.htm
  4. The Musical Times (après un récital à Londres, le 6 mai 1922)
  5. Jacques-Emmanuel Fousnaquer, Rachmaninov, Seuil, coll. « Solfèges »,‎ 1994 (ISBN 2-02-013699-6), p. 37
  6. Jacques-Emmanuel Fousnaquer, Rachmaninov, Seuil, coll. « Solfèges »,‎ 1994 (ISBN 2-02-013699-6), p. 200
  7. Ivanova N,Sergei Rachmaninoff’s piano concertos : the odyssey of a stylistic evolution], Thèse de doctorat, 2006
  8. Glover A, An annotated catalogue of the major piano works of Sergei Rachmaninoff, chapitre 3
  9. Richter - écrits et conversations, Bruno Monsaingeon, Actes Sud, 1998, ISBN 2-7427-1981-4