Préfecture d'Iwate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Préfecture d'Iwate
岩手県 Iwate-ken
Carte du Japon avec la Préfecture d'Iwate mise en évidence
Carte du Japon avec la Préfecture d'Iwate mise en évidence
Drapeau de Préfecture d'Iwate
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Capitale Morioka
Région Tōhoku
Île Honshū
Districts ruraux 11
Municipalités 35
Gouverneur Takuya Tasso
ISO 3166-2 JP-03
Démographie
Population 1 302 645 hab. (1er décembre 2012)
Densité 85 hab./km2
Rang 30e
Géographie
Superficie 1 527 840 ha = 15 278,40 km2
Rang 2e
Pourcentage d'eau 0,1 %
Symboles préfectoraux
Fleur Arbre impérial (Paulownia tomentosa)
Arbre Pin rouge du Japon (Pinus densiflora)
Oiseau Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)
Liens
Site web www.pref.iwate.jp/

Iwate (岩手県, Iwate-ken?) est une préfecture du Japon située dans le nord-est du pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Durant la période Jomon (env. 8000-200 av. J.-C.), la province de Mutsu (dont fait partie l’actuelle préfecture d’Iwate) était occupée par les Emishi. Leurs origines sont incertaines : certaines hypothèses les rattachant directement aux Aïnous, d’autres à un métissage entre Aïnous et Wa-Yamato, les ancêtres des Japonais. Leur région était indépendante du pouvoir central et ils étaient probablement organisés en confédération de tribus ou de clans réunis autour d’un monarque. Les Emishi vivaient de la chasse, de la pêche, de la culture du riz et de céréales. Ils élevaient des chevaux, extrayaient de l’or, fondaient le fer et faisaient le commerce de marchandises venant de l’étranger.

Rattachement du Mutsu[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, les autorités de Nara entreprirent la conquête du Nord du Japon. Ils construisirent des forts et y installèrent des garnisons, face aux attaques de guérillas des Emishi. Ils bâtirent aussi des temples bouddhistes et convertirent un certain nombre d’Emishi, qui collaborèrent alors avec le pouvoir central. Les chefs Emishi finirent par négocier avec les occupants et furent chargés de l’administration des districts d’Emishi (Isawa, Waga, Esashi, Hienui, Shiwa, Iwate).

La guerre s’acheva finalement en 801 lorsque Sakanoue no Tamuramaro, avec le titre de Sei-i-tai-shōgun (« généralissime contre les barbares »), fut envoyé pour réprimer les dernières révoltes des Emishi. Il fit construire en 802 le château d’Isawa dans l’ancienne cité de Mizusawa (Iwate-ken), à la confluence des rivières Kitakami et Isawa. En 803, le Fort Shiwa fut à son tour édifié dans l’actuelle ville de Morioka afin de maintenir la paix dans la région.

Apogée et déclin des Ōshū Fujiwara[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle, la famille Abe (une famille Emishi) devint administratrice des districts d’Emishi. Elle fut remplacée par son vassal, la famille Kiyahara, après la guerre de Zenkunen (1051-1062). À la suite de la guerre de Gosannen (1083-1087), qui opposa Kyahara no Iehira à son demi-frère Fujiwara no Kiyohira (descendant de la branche Hidesato des Fujiwara), ce dernier partit s’installer à Hiraizumi (Iwate-ken), ville fondée par son père Fujiwara no Tsunekiyo. Il y construisit un fortin et la ville se forma tout autour. De cette capitale, sa descendance, les Ōshū Fujiwara, dirigea les provinces du Dewa et du Mutsu jusqu’au XIIIe siècle. Grâce aux mines d’or de la région, les Ōshū Fujiwara érigèrent le temple Chūson-ji en 1124. La ville elle-même put rivaliser avec Heian-kyō (Kyoto) par sa beauté et sa prospérité. Fujiwara no Hidehira, le petit-fils de Kyohira, fut nommé général en 1170 et accrut son pouvoir militaire, avant d’être officiellement proclamé gouverneur du Mutsu, une première pour un guerrier local. En 1187, lorsque Minamoto no Yoshitsune fut chassé par son frère Minamoto no Yoritomo, il se réfugia chez Hidehira. Mais Fujiwara no Yasuhira, son fils, le trahit et força Yoshitsune à s’enfuir. Malgré cela, Yoritomo envahit les domaines des Ōshū, prit et incendia Hiraizumi. Il tua Hidehira et Yasuhira, ayant pris la fuite, fut assassiné par son vassal Kawada Jiro, éteignant la lignée des Ōshū Fujiwara.

Fondation de Morioka[modifier | modifier le code]

En 1597, le 26e seigneur Nambu, Nobunao débute la construction du château de Morioka sur la rivière Kitakami. Il est fait du granit produit dans la région et sera achevé en 1633. Une « ville-château » (jōkamachi) se développe autour, théâtre d’un commerce et d’un artisanat florissants. La famille Nambu conserva le pouvoir jusqu’à l’ère Meiji en 1868.

De Meiji à nos jours[modifier | modifier le code]

Le fief des Nambu devint la Préfecture de Morioka en 1871, puis Préfecture d'Iwate l’année suivante. En 1889, Morioka devint la capitale de la préfecture et en 1890, furent installées des lignes de chemin de fer, puis les lignes de Shinkansen en 1982.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est entourée des préfectures de Aomori, Akita et Miyagi. Elle est bordée par l'océan Pacifique à l'est

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Villes[modifier | modifier le code]

Liste des 14 villes de la préfecture :

Districts, bourgs et villages[modifier | modifier le code]

Liste des 11 districts de la préfecture qui comprennent 16 bourgs et 5 villages :

Fujisawa
Kanegasaki
Iwate
Kuzumaki
Shizukuishi
Ōtsuchi
Sumita
Karumai
Kunohe (village)
Noda (village)
Hirono
Ichinohe
Hiraizumi
Fudai (village)
Waizumi
Tanohata (village)
Yamada
Shiwa
Yahaba
Nishiwaga

Économie[modifier | modifier le code]

La préfecture d'Iwate s'est spécialisée dans la fabrication de composants électroniques, que ce soit des semi-conducteurs ou bien des condensateurs. Toshiba, Fujitsu et Nichicon y ont installé des usines[1].

Cette industrie fut victime du séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku, qui priva de courant de nombreuses usines, dont celle de Toshiba[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conséquences de la catastrophe au Japon sur l’électronique française », sur www.decision.eu,‎ 5 juillet 2011 (consulté le 11 février 2013), p. 10
  2. (en) « Impact of the East Japan Earthquake », sur www.semicon.toshiba.co.jp (consulté le 11 février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :