Powder (rivière du Montana)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 44′ 00″ N 105° 26′ 02″ O / 46.7333, -105.434

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Powder (rivière).
Powder
Image illustrative de l'article Powder (rivière du Montana)
Caractéristiques
Longueur 604 km
Bassin ?
Bassin collecteur Mississippi
Débit moyen ?
Cours
Source trois bras dans l'est du Wyoming
Confluence Yellowstone
· Localisation à 80 kilomètres en aval de Miles City
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis

La Powder River (Páae-óˀheˀe dans la langue Cheyenne), situé dans le sud-est du Montana et le nord-est du Wyoming aux États-Unis, est un affluent de la Yellowstone River, et donc un sous-affluent du Mississippi par le Missouri.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom au sable d'une partie de ses berges qui ressemble à de la poudre à canon (Gun Powder en anglais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La Powder River fait environ 604 km de long. Elle arrose une zone connue historiquement sous le nom de « Région de la Powder River » sur les hautes plaines à l'est des Big Horn Mountains. Elle est composée de trois bras dans l'est du Wyoming. Les bras septentrional et médian proviennent de la pente est des Big Horn Mountains. Le bras méridional coule sur la pente nord du Garfield Peak dans les Granite Mountains à l'ouest de Casper. Les trois bras se rejoignent dans les collines à l'est des Bighorns, près de la ville de Kaycee. Après leur confluent, la rivière coule vers le nord, à l'est des Bighorns, jusqu'au Montana.

Elle est ensuite rejointe par la Petite Powder River près de la ville de Broadus, et se jette dans la rivière Yellowstone à 80 kilomètres en aval de Miles City.

Le sous-sol de la formation géologique dite bassin de la rivière Powder (Powder river basin), situé près de la frontière entre le Montana et le Wyoming contient une source importante de charbon à basse teneur en soufre extrait aux États-Unis. C'est l'un des principaux gisements exploités pour le charbon (et depuis quelques années pour le gaz de couche, qui ici présente la particularité de contenir une forte part de gaz biogénique (90 à 95%) alors que ce gaz est habituellement principalement composé de méthane provenant de la thermolyse de la matière organique au fur et à mesure du processus de houillification)[1]. Ce charbon affleure en surface, permettant de vastes exploitations à ciel ouvert, moins coûteuses que s'il fallait creuser des galeries.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Chapter 10 ; Coal and Coalbed Gas: Outlook] ; Coal and Coalbed Gas ; Fueling the Future, 2014, Pages 587–614 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]