Pour qui sonne le glas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pour qui sonne le glas (homonymie).
Pour qui sonne le glas
Image illustrative de l'article Pour qui sonne le glas
Hôtel Ambos mundos de La Havane
Ernest Hemingway aurait écrit le premier chapitre de Pour qui sonne le glas.

Auteur Ernest Hemingway
Genre Roman de guerre
Version originale
Titre original For Whom the Bell Tolls
Éditeur original Éditions Scribner
Langue originale anglais américain
Pays d'origine États-Unis
Date de parution originale 21 octobre 1940
Version française
Traducteur Denise Van Moppes
Éditeur Heinemann et Zsolnay
Date de parution 1948
Nombre de pages 425

Pour qui sonne le glas (For Whom the Bell Tolls) est un roman d'Ernest Hemingway publié en 1940 et fortement inspiré de son vécu de journaliste pendant la guerre civile espagnole, dont il fait revivre l'ambiance.

Ce livre est une ode au peuple espagnol tel qu'a pu le voir Hemingway et montre les différences entre le mode de pensée anglo-saxon et le sens du destin des Espagnols.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre raconte la mission d'un jeune professeur américain, Robert Jordan, engagé dans les Brigades internationales, qui est envoyé en Castille par le général Golz dans les jours qui précèdent l'offensive de Ségovie pour faire sauter un pont.

L'offensive républicaine étant imminente, ce pont doit être détruit dès le déclenchement de l'attaque, mais ni avant ni après, pour couper la route aux troupes de renforts franquistes.

Pour y arriver, Robert Jordan rejoint un groupe de partisans derrière les lignes, cachés dans les montagnes.

Pendant 3 jours, Robert Jordan prépare son attaque, qui semble désespérée, et partage le quotidien de ces guérilleros.

Le chef des partisans, Pablo, démoralisé après des mois de combat, comprenant les conséquences de ce projet, lui fait des difficultés. Néanmoins, il est aidé par les autres résistants qui deviendront ses amis, et notamment Maria dont Robert Jordan tombe éperdument amoureux au premier regard, et réciproquement.

Cette jeune fille a été recueillie par le groupe de résistants républicains lors de l'attaque d'un train dans lequel elle était prisonnière. Maria a été détenue, violée et tondue par les nationalistes à cause des opinions politiques républicaines de son père.

Maria, sous la tutelle de Pilar, la matrone du groupe, qui lui a redonné le goût de vivre, est confiée à Robert Jordan. Celui-ci parfaitement conscient de l'issue probable de sa mission veut vivre cette passion réciproque en 72 heures comme si c'était leur vie entière.

La veille de l'attaque, une troupe voisine de résistants, celle commandée par El Sordo, qui devait les aider, se fait repérer alors qu'elle volait les chevaux nécessaires à l'opération. Une tempête de neige impromptue et qui se termine trop tôt pour effacer les traces permet aux franquistes de les suivre à la trace et de les débusquer sans que la troupe de Robert Jordan, trop faible et se camouflant pour ne pas donner l'alerte, puisse leur porter secours.

Voyant les mouvements de troupes nationalistes, Robert Jordan envoie un message au général Golz pour l'avertir qu'il n'y aura pas l'effet de surprise escompté, mais que si l'attaque n'est pas ajournée, il se tiendra prêt à détruire le pont au premier coup de canon entendu. Mais ce message arrivera trop tard.

Dans la nuit précédant l'attaque, Pablo le chef des partisans, déserte après avoir débusqué les détonateurs qu'il jette à l'eau. Puis, pris de remords, il revient avec des renforts.

À l'aube, entendant les bombardiers républicains larguer leurs bombes, la troupe de Robert Jordan lance l'attaque du pont, le détruit et se replie avec de lourdes pertes.

En pleine retraite, Robert Jordan est blessé. Intransportable, il reste en arrière pour couvrir ses amis après leur avoir fait ses adieux.

Le titre[modifier | modifier le code]

Le titre est une référence au poète et métaphysicien anglais John Donne, et à son poème "Aucun homme n'est une île" cité en introduction au roman : « [...] n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. »

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Pour qui sonne le glas est le livre de chevet de Barack Obama.
  • Certains croient qu'Hemingway a écrit ce roman dans la chambre 525 de l'hôtel Ambos Mundos La Havane mais l'hôtel Sevilla La Havane démontre un fait contraire en affichant une lettre écrite de la main propre d'Ernest Hemingway qui ne porte aucune allusion à cet endroit.
  • Un film de Sam Wood, réalisé en 1943 et inspiré du roman, a connu un grand succès avec en tête d'affiche Ingrid Bergman et Gary Cooper.
  • Le groupe Metallica s'est inspiré de ce roman pour composer une chanson du même nom ("For Whom the Bell Tolls" en anglais). Le groupe Apocalyptica a ensuite repris cette chanson au violoncelle, en conservant le titre original.
  • Le personnage du Varlov est inspiré de l'espion du NKVD, Felbing.
  • Le personnage d'André Massart est inspiré de l'homme politique André Marty.
  • Dans Nous sommes la nuit dans la scène de la piscine Charlotte lit ce roman.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]