Poumon d'acier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un poumon d'acier. Le patient est couché dans la chambre, qui une fois fermée permet d'obtenir une oscillation de pression atmosphérique.

Un poumon d'acier est un appareil de grande taille permettant à une personne de respirer en cas d'insuffisance de la ventilation pulmonaire. Il s'agit d'un appareil de ventilation à pression négative.

Les utilisateurs d'un poumon d'acier reposent dans une chambre centrale, un tambour d'acier cylindrique. La porte qui permet à la tête et au cou du patient de rester à l'air libre est ensuite fermée, formant un compartiment scellé étanche autour du reste de son corps. Des pompes permettent d'augmenter et de diminuer de façon périodique la pression atmosphérique à l'intérieur de la chambre. Quand la pression descend en dessous de celle des poumons, l'air extérieur est aspiré par les voies aériennes supérieures pour remplir les poumons ; quand elle remonte au-dessus de celle des poumons, l'inverse se produit et l'air est expulsé des poumons. Le poumon d'acier imite ainsi l'action physiologique de la ventilation : l'oscillation de la pression intrathoracique permet l'inspiration et l'expiration de l'air dans les poumons. Le poumon d'acier est une forme de ventilation non invasive.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet appareil fut inventé en 1928 par Philip Drinker et Louis Agassiz Shaw [1], de la Harvard Medical School. Son emploi se répandit au milieu du XXe siècle pour sauver les malades de poliomyélite atteints de paralysie du diaphragme (le muscle conique délimitant la base de la cage thoracique), les rendant incapables d'assurer naturellement leur ventilation. Le premier poumon d'acier fut utilisé le 12 octobre 1928 au Children's Hospital de Boston sur un enfant inconscient par insuffisance respiratoire ; l'amélioration spectaculaire de son état, quelques secondes seulement après qu'il eut été placé dans la chambre de respiration, fit beaucoup pour populariser l'emploi du "respirateur Drinker". Des salles entières furent remplies de rangées de poumons d'acier lors des périodes de plus forte prévalence de la poliomyélite, dans les années 1940 et 1950. Avec le succès des programmes de vaccination qui ont en grande partie éradiqué la maladie, et l'arrivée de la ventilation mécanique moderne qui contrôle la respiration par intubation directe des voies aériennes, l'usage du poumon d'acier a fortement diminué.

Utilisation actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le poumon d'acier occupe une place marginale dans l'assistance respiratoire. La plupart des patients atteints de paralysie respiratoire utilisent la ventilation à pression positive. Certains patients toutefois continuent de faire usage d'anciens appareils, les trouvant plus efficaces que ceux plus modernes. Le remplacement des pièces peut cependant poser problème quand elles ne sont plus fabriquées. Le poumon d'acier reste utile pour traiter certains troubles rares comme le syndrome d'Ondine, dans lequel le contrôle de la respiration par les centres autonomes du bulbe rachidien est déficient.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]