Pouls paradoxal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pouls paradoxal de Kussmaul

Un pouls paradoxal est un pouls perçu plus faiblement lors de l'inspiration[1] car cette dernière entraîne une baisse modérée de la pression artérielle. Certains auteurs proposent une diminution d'au moins 20 mmHg de la pression artérielle systolique lors de l'inspiration[2].

Ce phénomène physiologique est habituellement imperceptible chez le sujet normal. Quand il est présent, il est considéré comme un signe clinique orientant vers une péricardite, une tamponnade, une crise d'asthme, une exacerbation sévère de broncho-pneumopathie chronique obstructive, un pneumothorax compliqué de tamponnade gazeuse (signe de gravité).

Il a été décrit la première fois par Adolf Kussmaul en 1873.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le "pulsus paradoxus" est un terme utilisé par Kussmaul en 1873 pour décrire l’absence de pouls radial à l’inspiration chez les patients souffrant de compression péricardique, alors que les battements cardiaques auscultés sont réguliers et bien audibles. En réalité, ce phénomène n’a rien de paradoxal ; il n’est que l’amplification des variations respiratoires du débit gauche. »Texte intégral
  2. Définition du pouls paradoxal dans le site respir.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]