Pouillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pouillac
La mairie de Pouillac.
La mairie de Pouillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Montlieu-la-Garde
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Jean-Marie Fradon
2014-2020
Code postal 17210
Code commune 17287
Démographie
Gentilé Pouillacais
Population
municipale
255 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 12″ N 0° 15′ 00″ O / 45.27, -0.2545° 16′ 12″ Nord 0° 15′ 00″ Ouest / 45.27, -0.25  
Altitude Min. 80 m – Max. 144 m
Superficie 4,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Pouillac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Pouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouillac

Pouillac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont appelés les Pouillacais et les Pouillacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pouillac se situe dans le sud du département de la Charente-Maritime, en région Poitou-Charentes, dans la zone historique et naturelle de la Haute-Saintonge.

Campé en bordure de la Double Saintongeaise, le secteur présente un paysage doucement vallonné, où se succèdent boisements, prairies, champs cultivés et vignes[2].

La superficie de Pouillac est de 459 hectares (4,59 km2) avec une altitude minimum de 80 mètres et un maximum de 144 mètres[3]. Le point culminant est situé sur un coteau, à l'ouest du Bois du Canton[4],[5].

La Seugne délimite sa partie sud-ouest, et prend sa source à quelques kilomètres de là, dans la commune voisine de Montlieu-La-Garde.

Le ruisseau de la Moulinasse (2,8 km) qui traverse d'est en ouest, en est un affluent.

Marquée par les vignobles, la zone fait partie de l'appellation Cognac, dans le cru dit des Bons Bois. La production est partagée avec le pineau des Charentes et les vins charentais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pouillac
Chevanceaux
Sainte-Colombe Pouillac Saint-Palais-de-Négrignac
Chepniers Montlieu-la-Garde

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Les chiffres de l'Insee donnent 76,9 % d'actifs en 2010, un chiffre qui montre une hausse significative depuis 1999 (68,3 %). Ces chiffres sont à nuancer par une légère augmentation du nombre de chômeurs, ce qui ramène le pourcentage d'actifs avec emploi à 65,4 %, contre 59,2 % en 1999[6].

Si 28,2 % des actifs travaillent dans la commune, la majorité des habitants travaillent dans une commune voisine, soit 71,8 %[7].

Parmi eux, 14 % travaillent dans une autre région, contre seulement 2 % en 1999. On peut y voir l'influence de l'aire urbaine de Bordeaux, qui arrive aux portes du canton, avec l'assimilation de la commune de Bedenac en 2010[8],[9].

Entreprises et infrastructures[modifier | modifier le code]

La commune possède une épicerie multiservices. (épicerie, presse, bar, tabac, dépôt de pain.) Concernant les infrastructures, elle dispose d'une école primaire publique ainsi que d'une salle des fêtes.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2006 James Bertrand    
2006 2008 Jean-Marie Fradon    
2008 en cours Jean-Marie Fradon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 255 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
458 434 525 450 452 484 485 482 479
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 431 405 375 375 356 352 336 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340 333 336 286 289 269 284 294 292
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
294 283 249 234 243 230 222 255 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église paroissiale Saint-Eutrope, Saint-Hilaire date du XIe siècle mais a été remaniée au XVe siècle[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Poncharal ou Poncharail de Pouillac, comtes et marquis ; famille propriétaire du château de Bellevue à Bazac (Charente) dès la fin du XVIIe siècle. Le dernier des Poncharail a disparu en 1885, son titre de noblesse avec, car il n'a eu qu'une fille comme héritière[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]