Poubelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poubelle (homonymie).
Conteneurs collectifs enterrés à Písek (République tchèque)

Une poubelle était un petit récipient de forme variée (boîte, caisse, cylindre...), grâce auquel on débarrassait son foyer de ses déchets quotidiens. On utilisait également la poubelle comme pot de chambre dans les familles pauvres. Aujourd'hui ce récipient n'est plus destiné qu'à recevoir les ordures ménagères depuis l'invention des toilettes.

Le terme est un onomastisme qui provient, par antonomase, du nom de son inventeur en 1884 : le préfet de la Seine, Eugène Poubelle. Ce nom de famille, Poubelle, a lui-même pour origine l’expression pou bel (« peu beau »).

Origine en France[modifier | modifier le code]

Poubelle à roulettes individuelle classique au début du XXIe siècle

Le 7 mars 1884, sous la IIIe République, le préfet de la Seine, Eugène-René Poubelle signe un arrêté préfectoral relatif à l'enlèvement des ordures ménagères, pour lutter contre l'entassement des déchets dans les rues de la région parisienne[1]. Cet arrêté oblige les propriétaires parisiens à fournir à chacun de leurs locataires un récipient destiné à leurs ordures ménagères, et dispose que : « Dorénavant, les ordures ménagères seront ramassées par l'intermédiaire d'un récipient de bois garni à l'intérieur de fer blanc, de manière à ce que rien ne puisse s'en échapper. Ces récipients pourront également contenir des cendres chaudes sans risque d'incendie ».

L'arrêté précise la dimension des récipients (de 80 à 120 litres, moins de 10 000 g à vide), la présence d'un couvercle, d'une anse, etc. Après trois mois de délibérations, de travail en commissions, et malgré l'opposition des chiffonniers et hygiénistes[2], et suite au vote du Conseil municipal de Paris le 22 février 1884, le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris[3] daté du 7 mars 1884 publie un nouvel arrêté intitulé « Enlèvement des ordures ménagères, Règlement », également signé par Eugène-René Poubelle, qui supprime la taille minimale des récipients et précise les modalités de leur utilisation. Le reste de la Préfecture de la Seine suit progressivement.

Dès sa création, le tri sélectif est prévu dans trois « récipients » spécifiques[4] :

  • un « récipient commun » pour les « résidus de ménage » ;
  • un « récipient spécial » pour les « débris de vaisselle, verre, poterie, etc. provenant des ménages »
  • un « récipient spécial » pour les coquilles d'huîtres et moules.

Dès le 16 janvier 1884, Le Figaro critique la « boîte Poubelle » (avec une majuscule)[5]. Très rapidement, les « récipients » sont appelés poubelles[6]. Le mot entre dès 1890 dans le supplément du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle.

Usage courant[modifier | modifier le code]

Poubelle publique dans une rue de Paris. Le sac transparent facilite l'examen du contenu et prévient le dépôt d'engin explosif dans le cadre de la prévention du terrorisme

Depuis Eugène-René Poubelle, des éboueurs sont chargés d'enlever régulièrement les poubelles déposées sur les trottoirs ou dans les cours. Ils utilisent pour cela un véhicule spécialisé (camion-poubelle) dont le contenu est acheminé dans des décharges. Par la suite, c'est en général dans les usines d'incinération que sont définitivement détruits les déchets.

Bientôt, l'emploi de poubelles s'imposera en France dans chaque commune et chaque foyer, puis dans tous les pays industrialisés qui adopteront le principe du ramassage des ordures par l'intermédiaire d'une poubelle.

Au XXIe siècle, la poubelle est un récipient aux multiples formes et couleurs, doté d'un couvercle fabriqué en divers matériaux (le plus souvent en plastique) et de diverses dimensions. Les volumes les plus courants sont : 80L, 120L, 140L, 180L, 240L, 340L, 660L, 750L, 1000L et 1100L.

Dans certaines villes, les poubelles possèdent un distributeur de sachet. L'habitude a voulu que ce dernier soit utilisé pour ramasser les excréments canins. Néanmoins, si aucun écriteau le précise, cette utilisation n'est pas obligatoire. Il est seulement interdit de rejeter ces plastiques dans l'océan.

Modèles[modifier | modifier le code]

Un des modèles les plus réputés est la Vipp, de forme cylindrique avec un couvercle, une pédale et deux courtes poignées, créée au Danemark en 1939 et dont le design initial a été repris par de grands stylistes (dont Philippe Starck et Christian Lacroix).

Les poubelles de grandes contenances sont appelées conteneurs.

Sac-poubelle[modifier | modifier le code]

Le sac-poubelle est un sac étanche conçu pour être placé à l'intérieur d'une poubelle ou bien pour la remplacer. Il existe plusieurs sortes de sacs-poubelle.

Au sens figuré[modifier | modifier le code]

Poubelle désigne un lieu ou objet en très mauvais état :

  • Ce bois est une poubelle ! (il est rempli de détritus, comme une décharge)
  • L'Erika n'était qu'un navire-poubelle ! (il était délabré et en très mauvais état)
  • Cette voiture est une véritable poubelle !

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire des déchets de Lutèce à Paris, le préfet Eugène Poubelle, l'inventeur de la poubelle, Planète Écho
  2. En raison du risque présenté par le stockage des déchets à l'intérieur des logements pendant la nuit. Voir Ségard, Jean-François La poubelle a 120 ans ! L'Hermine, n° 9, hiver 2004, p.1-5.
  3. Consultable à la bibliothèque de l'hôtel de ville de Paris. Les deux arrêtés sont reproduits in Ségard op.cit.
  4. Non en vue d'un recyclage, mais pour que les chiffonniers ne se blessent pas en fouillant les « récipients ». Ségard op.cit.
  5. Planète Écho, L'Hermine, n°15, hiver 2009. [lire en ligne].
  6. Jugie, Jeanne-Hélène Poubelle-Paris, 1883-1896 : la collecte des ordures ménagères à la fin du XIXe siècle Larousse-Sélection du Reader’s Digest, Collection Jeunes talents, 1993, 288 p. Barles, Sabine L’invention des déchets urbains : France 1790-1970 Seyssel, Champ Vallon, 2005, 297 p. Ségard op.cit.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :