Poterie d'Accolay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La proximité de la nationale 6 donna l'occasion aux potiers d'Accolay de créer de spectaculaires espaces d'exposition, comme celui d'Appoigny.
Vase à décor antropomorphe

On regroupe sous le terme Poterie d'Accolay la production d'une communauté de potiers installés dans le village d'Accolay, dans le département de l'Yonne. Ce centre de production fut créé par quatre anciens élèves d’Alexandre Kostanda[1].

Actifs de 1945 à 1983, leur poterie se singularise par une grande inventivité technique et une production extrêmement abondante.
La communauté des potiers exploita la proximité de la nationale 6 en investissant les stations services pour en faire des lieux d'expositions permanents sur le circuit de migration des touristes parisiens. Leurs bâtiments d'exposition, inspirés des constructions du circuit des 24h du Mans, devinrent l'étape obligée des vacanciers en transit.

Cette forme de commercialisation perdura à l'entrée de Vermenton jusqu'à la fermeture des fabriques en 1983. La création de l'autoroute de Lyon avait cependant depuis plusieurs années dérivé le flot des touristes.

Pièces de jeu d'échecs en céramique

Des créations très diversifiées[modifier | modifier le code]

  • Les modèles de personnages en céramique et structure en fil de fer sont parmi les pièces les plus représentatives.
Le chef de file de l'équipe des potiers d'Accolay, André Boutaud, passionné d'échecs, produira de nombreuses pièces de jeu en utilisant cette technique.
  • Les vases et poteries à couverte bleu mat grattée furent inspirés par les céramiques antiques découvertes en Bourgogne.
  • Une vaste série de pièces reçut des décors graphiques d'inspiration ethnique, inca ou aztèque.
  • Parallèlement à ces pièces furent créés des masques en céramique rappelant les arts premiers.
  • Les recherches menées sur la rétractation de certains émaux à la cuisson amenèrent la mise au point d'un effet moucheté caractéristique, semblable à un pelage d'animal et rappelant les nuances des paysages de l'Yonne.

Toutes les poteries d'Accolay portent une signature en creux, parfois accompagnée d'un blason et, pour certaines pièces, des initiales du potier. Les pièces les plus anciennes comportent parfois un double A (homophone de "A Collés").

Lampe-masque en céramique

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sabine Laguionie, « Poteries d'Accolay, innovation et fantaisie », dans Antiquités Brocante, no 96, avril 2006, p. 152-159.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. André Boutaud, Louis Dangon, Slavic Paley et Raude.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]