Post-pérovskite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme de post-pérovskite qualifie le minéral de composition MgSiO3 qui se forme dans la couche D'' à l'interface entre le noyau et le manteau terrestre (135 GPa, 3 250°C). Ce minéral a la même structure que la phase de haute pression du CaIrO3.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

La post-pérovskite cristallise dans le système cristallin orthorhombique, avec le groupe d'espace Cmcm et Z=4 unités formulaires par maille conventionnelle. Ses paramètres de maille a, b et c ont été déterminés à température ambiante sous des pressions différentes :

  • à 116 000 MPa, a = 2,469 Å, b = 8,117 Å et c = 6,151 Å (conduisant à un volume de maille V = 123,3 Å3 et une masse volumique calculée de 5,41 g/sm3)[1] ;
  • à 121 000 MPa, a = 2,456 Å, b = 8,042 Å et c = 6,093 Å (conduisant à un volume de maille V = 120,3 Å3 et une masse volumique calculée de 5,54 g/sm3)[2].

La structure de la post-pérovskite est formée de feuillets alternés d'octaèdres SiO6 et de dodécaèdres d'oxygène centrés sur un atome de magnésium, perpendiculaires à l'axe b. Cette charpente permet l'adaptation facile du volume de maille occupé par les différents types de polyèdres et de cations.

Cette structure est beaucoup plus anisotrope que celle de la pérovskite du manteau inférieur, avec un axe b significativement plus compressible que les deux autres axes cristallographiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ICSD No. 172 736 ; (en) Shigeaki Ono, Takumi Kikegawa et Yasuo Ohishi, « Equation of state of CaIrO3-type MgSiO3 up to 144 GPa », American Mineralogist, vol. 91, no 2-3,‎ 2006, p. 475-478 (résumé)
  2. a et b ICSD No. 158 959 ; (en) Motohiko Murakami, Kei Hirose, Katsuyuki Kawamura, Nagayoshi Sata et Yasuo Ohishi, « Post-Perovskite Phase Transition in MgSiO3 », Science, vol. 304, no 5672,‎ 2004, p. 855-858 (DOI 10.1126/science.1095932)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :