Liste des porte-avions de l'United States Navy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Porte-avions de l'US Navy)
Aller à : navigation, rechercher
Naval Jack of the United States.svg
Liste des navires de l'United States Navy
A-BCD-FG-HI-KLMN-OPQ-RST-VW-Z
Liste des navires actuels de l'United States Navy
Types de navires
Navires amphibies
Ballons dirigeables
Canonnières
Croiseurs
Croiseurs de bataille
Cuirassés
Destroyers
Destroyers d'escorte
Frégates
Frégates à vapeur
Frégates à voiles
Guerre des mines
Monitors
Navires auxiliaires
Navires de ligne
Patrouilleurs
Porte-avions
Porte-avions d'escorte
Sloops de guerre
Torpilleurs
Sous-marins

Cet article fournit diverses informations sur les porte-avions de l'United States Navy.

« Imaginez l'Empire State Building de New York, couché sur le côté, traversant l'océan à 30 nœuds, avec une grosse vague d'étrave blanche précédant sa tour radio. Cela vous donnera une petite idée de ce que représente un porte-avions de 100 000 tonnes de la marine américaine. »

— Patrick Robinson, Nimitz Class

Petit historique[modifier | modifier le code]

Le porte-avions léger CVL-27 Langley, futur La Fayette français.

Depuis les années 1970, seule l’United States Navy, la marine américaine, dispose d’une flotte importante de porte-avions. Les onze unités actuellement en service permettent ainsi aux États-Unis d’assurer leur suprématie sur les mers et océans du globe. Ils peuvent en effet déployer partout dans le monde deux à trois porte-avions en permanence, permettant aux Carrier Air Wing de son aéronautique navale d'intervenir rapidement sur n'importe quel objectif.

Les porte-avions ne naviguent jamais seuls, ils sont toujours accompagnés par toute une flottille composée d’une dizaine de bâtiments divers (croiseurs Aegis, destroyers, frégates, sous-marins et navires ravitailleurs) assurant la défense et le soutien du porte-avions. Cet ensemble de navires constitue le groupe de combat aéronaval (GCA, en anglais CVBG (Carrier Vessel Battle Group), capable d’intervenir rapidement dans n’importe quel point chaud du monde.

À chaque crise majeure, les GCA ont été appelés à la rescousse. L’arrivée dans la zone de crise d’un porte-avions et de son groupe permet en général d'impressionner le potentiel belligérant. Depuis Franklin D. Roosevelt, tous les présidents américains ont au moins une fois durant leur mandat posé la question fatidique : « Où sont les porte-avions » ?

Et pourtant les États-Unis n’ont pas toujours été favorables aux porte-avions et ne disposaient jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale que de quelques unités. L’attaque japonaise contre Pearl Harbor le 7 décembre 1941 démontra l’importance stratégique de ce navire que le complexe militaro-industriel des États-Unis se mit à en produire en grand nombre. Pas moins de vingt-six unités lourdes (CV, CVB et CVL) et près de trois fois plus de petits porte-avions d'escorte (CVE) furent achevés durant la durée du conflit, dont certains, basés sur la technique de construction des « Liberty Ships », étaient assemblés en quelques semaines seulement.

Les porte-avions USS Saratoga (CV-3), USS Enterprise (CV-6), USS Hornet (CV-12) et USS San Jacinto (CVL-30) à Alameda (Californie), après la fin de la guerre (mi-septembre 1945)

Deux autres guerres démontrèrent le côté indispensable des porte-avions : la guerre de Corée et la guerre du Viêt Nam. L’impossibilité de disposer de terrains d’aviation adéquats imposa aux chasseurs et hélicoptères américains (certains CVE furent convertis en porte-hélicoptères) de décoller de navires situés au large des côtes coréennes puis vietnamiennes, permettant ainsi d’effectuer des raids aériens en territoire hostile, sans pour autant exposer cette « base aérienne » au feu de l’ennemi.

Après le retrait des troupes américaines du Viêt Nam, le maintien en service actif d’un tel nombre de porte-avions ne se justifiait plus, et plusieurs ont été mis hors service dans les années 1970. Certains d’entre eux ont été placés comme NISMF - Naval Inactive Ship Maintenance Facility (Navire inactif avec entretien naval maintenu) et peuvent, en cas de conflit majeur, être rapidement remis en service.

La fin de la Guerre froide, suite à l’effondrement de l’URSS, réduisit drastiquement le budget américain de la défense, mais n’influa pas sur le nombre de bâtiments maintenus en service. Actuellement, la situation budgétaire due à la guerre contre le terrorisme, à la guerre d'Afghanistan et à la guerre d'Iraq à fait faire fondre les effectifs de la flotte à seulement 10 unités opérationnelles en 2013.

Le Fleet Response Plan impose depuis mai 2003 qu'au moins 6 groupes aéronavals sur les 12 alors disponibles soient prêts à appareiller à tout moment en l'espace de 30 jours maximum, et que deux autres soient prêts à appareiller en l'espace de 90 jours. Auparavant, les groupes aéronavals appareillaient à intervalles réguliers, et chaque déploiement avait une durée fixée de 6 mois (le déploiement des forces était donc entièrement prévisible). Si cette organisation était efficace durant la Guerre froide, elle n'est aujourd'hui plus d'actualité[1].

Les désignations OTAN[modifier | modifier le code]

Un porte-avions se voit attribuer le code CV (signifiant carrier vessel) qui peut être accompagné d’une lettre supplémentaire pour la catégorie à laquelle il appartient.

  • CV : porte-avions
  • CVA : porte-avions d’attaque
  • CVB : porte-avions de bataille (devenu CVA en 1952)
  • CVE : porte-avions d’escorte (1)
  • CVL : porte-avions léger
  • CVN : porte-avions nucléaire
  • CVX : porte-avions nouvelle génération
  • IX : bâtiments divers, non classifiés (porte-avions d'entraînement, p.ex.)

Liste des porte-avions de l’US Navy[modifier | modifier le code]

Code Nom Classe Mis en service Hors service Destin / Remarques
CV-1 Langley Langley 20.03.1922 26.02.1942 coulé au large de Cilacap (Java)
CV-2 Lexington Lexington 14.12.1927 08.05.1942 coulé durant la bataille de la mer de Corail
CV-3 Saratoga Lexington 16.11.1927 15.08.1946 utilisé comme cible lors d'un essai nucléaire à l'atoll des Bikini (Opération Crossroads)
CV-4 Ranger Ranger 04.06.1934 18.10.1946
CV-5 Yorktown Yorktown 30.09.1937 07.06.1942 coulé durant la bataille de Midway
CV-6 Entreprise Yorktown 12.05.1938 17.02.1947
CV-7 Wasp Yorktown 25.04.1940 15.09.1942 coulé à l'Ile de San Cristobal
CV-8 Hornet Yorktown 20.10.1941 26.10.1942 coulé durant la Bataille des îles Santa Cruz
CV-9 Essex Essex 31.12.1942 30.06.1969
CV-10 Yorktown Essex 15.04.1943 27.06.1970 musée à Charleston, Caroline du Sud
CV-11 Intrepid Essex 16.08.1943 15.03.1974 musée à New York City
CV-12 Hornet Essex 29.11.1943 26.05.1970 musée à Alameda, Californie
CV-13 Franklin Essex 31.01.1944 17.02.1947 mis en réserve jusqu'en 1964, ferraillé en 1966
CV-14 Ticonderoga Essex 08.05.1944 01.09.1973
CV-15 Randolph Essex 09.10.1944 13.02.1969 vendu à la ferraille en 1975
CV-16 Lexington Essex 17.02.1943 08.11.1991 musée à Corpus Christi, Texas
CV-17 Bunker Hill Essex 25.05.1943 09.07.1947
CV-18 Wasp Essex 24.11.1943 01.07.1972
CV-19 Hancock Essex 15.04.1944 01.07.1972
CV-20 Bennington Essex 06.08.1944 15.01.1970
CV-21 Boxer Essex 16.04.1945 01.12.1969
CVL-22 Independence Independence 14.01.1943 28.08.1946 utilisé comme cible lors d'un essai nucléaire à l'atoll des Bikini (Opération Crossroads)
CVL-23 Princeton Independence 25.02.1943 24.10.1944 coulé durant la Bataille du golfe de Leyte
CVL-24 Belleau Wood Independence 31.03.1943 13.01.1947 1953-1960 : prêté à la France et rebaptisé Bois Belleau.
CVL-25 Cowpens Independence 28.05.1943 13.01.1947
CVL-26 Monterey Independence 17.06.1943 16.01.1956
CVL-27 Langley Independence 31.08.1943 11.02.1947 cédé à la France et rebaptisé La Fayette
CVL-28 Cabot Independence 24.07.1943 21.01.1955 cédé à l'Espagne et rebaptisé Dedalo
CVL-29 Bataan Independence 17.11.1943 09.04.1954
CVL-30 San Jacinto Independence 15.12.1943 01.03.1947 initialement Reprisal, jusqu'en 1944
CV-31 Bonhomme Richard Essex 26.11.1944 02.07.1971
CV-32 Leyte Essex 11.04.1946 15.05.1959
CV-33 Kearsage Essex 02.05.1946 15.01.1970
CV-34 Oriskany Essex 25.09.1950 20.09.1979 Il fut victime d'un grave incendie en 1966 et coulé au large de la Floride (récif artificiel) le 17 mai 2006
CV-35 Reprisal Essex Annulé le 11 août 1945
CV-36 Antietam Essex 28.01.1945 08.05.1963 1952 : modifié avec le premier pont oblique
CV-37 Princeton Essex 18.11.1945 30.01.1970 initialement Valley Forge, jusqu'en 1944
CV-38 Shangri-La Essex 15.09.1944 30.07.1971
CV-39 Lake Champlain Essex 03.06.1945 02.05.1966
CV-40 Tarawa Essex 08.12.1945 13.05.1960
CVB-41 Midway Midway 10.09.1945 11.04.1992 Musée maritime de San Diego
CVB-42 Franklin D. Roosevelt Midway 27.10.1945 01.10.1977
CVB-43 Coral Sea Midway 01.10.1947 26.04.1990
CVB-44 Midway Annulé
CV-45 Valley Forge Essex 03.11.1946 15.01.1970
CV-46 Iwo Jima Essex Annulé le 11 août 1945
CV-47 Philippine Sea Essex 11.05.1946 28.12.1958
CVL-48 Saipan Saipan 14.07.1946 03.10.1957 converti en 1964 en navire de commandement Arlington (AGMR-2) et retiré du service le 17.01.1970
CVL-49 Wright Saipan 09.02.1947 11.05.1963
CV-50 Essex Annulé
CV-51 Essex Annulé
CV-52 Essex Annulé
CV-53 Essex Annulé
CV-54 Essex Annulé
CV-55 Essex Annulé
CVB-56 Midway Annulé
CVB-57 Midway Annulé
CVA-58 United States United States Annulé
CVA-59 Forrestal Forrestal 01.10.1955 30.09.1993 Il fut victime d'une grave explosion accidentelle en 1967
CVA-60 Saratoga Forrestal 14.04.1956 20.08.1994
CVA-61 Ranger Forrestal 10.08.1957 10.07.1993 NISMF à Bremerton
CVA-62 Independence Forrestal 10.01.1959 30.09.1998 NISMF à Bremerton
CVA-63 Kitty Hawk Kitty Hawk 29.04.1961 31.01.2009 NISMF à Bremerton
CVA-64 Constellation Kitty Hawk 27.10.1961 07.08.2003 NISMF à Bremerton
CVN-65 Enterprise Enterprise 25.11.1961 01.12.2012
CVA-66 America Kitty Hawk 23.01.1965 09.08.1996 utilisé comme cible au large de la côte est des É.-U. (19.04.05)
CVA-67 John F. Kennedy Kitty Hawk Modifié 07.09.1968 23.09.2007 NISMF à Philadelphie
CVN-68 Nimitz Nimitz 03.05.1975
CVN-69 Dwight D. Eisenhower Nimitz 18.10.1977
CVN-70 Carl Vinson Nimitz 13.03.1982
CVN-71 Theodore Roosevelt Nimitz 25.10.1986
CVN-72 Abraham Lincoln Nimitz 11.11.1989
CVN-73 George Washington Nimitz 04.07.1992
CVN-74 John C. Stennis Nimitz 09.12.1995
CVN-75 Harry S. Truman Nimitz 25.07.1998
CVN-76 Ronald Reagan Nimitz 12.07.2003
CVN-77 George H. W. Bush Nimitz 10.01.2009
CVN-78 Gerald R. Ford Ford 2015
CVN-79 John F. Kennedy[2] Ford 2020 (?)
CVN-80 Enterprise[3] Ford 2025 (?)
IX-64 Wolverine Wolverine 12.08.1942 07.11.1945 Porte-avions d'eau douce de l'US Navy
IX-81 Sable Sable 08.05.1943 07.11.1945 Porte-avions d'eau douce de l'US Navy

Petites anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Suite au raid sur Tokyo opéré par des B-25 Mitchell sous les ordres du lieutenant-colonel « Jimmy » Doolittle, on demanda au président Roosevelt d'où étaient partis les avions. Pour des raisons stratégiques, il ne put répondre qu'ils avaient en fait décollé de l'USS Hornet (CV-8) et, se référant au roman de James Hilton Les Horizons perdus (1933), déclara que les bombardiers étaient partis d'une base secrète appelée Shangri-La. Cette base secrète n'a jamais existé, mais le porte-avions CV-38 fut baptisé ainsi en l'honneur de cette anecdote.
  • Lorsque plusieurs navires furent prêts, nombre de porte-avions plus anciens avaient été coulés et les autres avaient participé à beaucoup de batailles, aussi jugea-t-on bon de rebaptiser ces nouveaux venus avant leur mise en service.
    • le CV-10 Bonhomme Richard devint le Yorktown en 1942 ;
    • le CV-12 Kearsage devint le Hornet en 1942 ;
    • le CV-16 Cabot devint le Lexington en 1942 ;
    • le CV-18 Oriskany devint le Wasp en 1942 ;
    • le CV-32 Crown Point devint le Leyte en 1944 ;
    • le CV-37 Valley Forge devint le Princeton en 1946 ;
    • le CV-47 Wright devint le Philippine Sea en 1944 ;
    • les CV-14 Hancock et CV-19 Ticonderoga échangèrent leurs noms en 1944.
  • Seul des officiers de marine ayant été pilote (de l'aéronautique navale) peuvent commander un porte-avions.
  • Le nom de Crown Point ne fut jamais attribué, alors qu'il fut par deux fois décidé pour les CVL-27 (Langley) et CV-32 (Leyte).
  • En français, le nom du CV-35 Reprisal signifie « représailles ». Le CVL-30 porta également le nom de Reprisal pendant un an, avant qu'il ne devienne San Jacinto en 1944.

Les différentes classes de porte-avions[modifier | modifier le code]

Tout comme pour les navires de surface et les sous-marins, les classes de porte-avions reprennent le nom du premier bâtiment (ou du seul) de la classe.

Porte-avions lourds (CV et CVB)[modifier | modifier le code]

Le Langley CV-1

La classe Langley

Un seul représentant. Cette classe comprend le prototype des porte-avions américains, le seul qu'on peut considérer être de la première génération de porte-avions.

Le congrès américain refusant le budget pour des navires neufs, les chantiers de la marine à Norfolk (Virginie) transformèrent en porte-avions l'ancien charbonnier Jupiter (AC-3). Surnom du Langley : « camion couvert » ! La guerre lancée, le Langley, lent et de faible capacité, fut relégué comme simple transporteur d'avions.

  • 1 navire mis en service en 1922
  • Longueur : 180 mètres hors tout
  • Déplacement : 11 500 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 15 nœuds
  • Equipage : 631 hommes
  • Capacité : 55 avions
Le Lexington CV-2

La classe Lexington

Deux navires issus de la conversion de deux croiseurs en construction, dont les noms initiaux (Lexington CC-1 et Saratoga CC-3) ont été gardés. Construits respectivement par Fore River Shipyard à Quincy (Massachusetts) et la New York Shipbuilding Co à Camden (New Jersey), surnommés Lex et Sara.

  • 2 navires mis en service en 1927
  • Longueur : 270 mètres hors tout
  • Déplacement : 36 000 tonnes à vide (48 000 en 1940, puis 50 000 ne 1942)
  • Vitesse max. : 35 nœuds
  • Équipage : 2 122 hommes
  • Capacité : 91 avions
Le Ranger CV-4

La classe Ranger

Ranger, premier porte-avions américain ne découlant pas d'une transformation, fut l'unique représentant de sa classe. Construit par la Newport News Shipbuilding, ce ne fut pas une réussite et ses défauts n'étaient que trop évidents. Les classes Lexington et Ranger font partie de la seconde génération de porte-avions.

  • 1 navire mis en service en 1934
  • Longueur : 235 mètres hors tout
  • Déplacement : 14 500 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 29 nœuds
  • Équipage : 2 148 hommes
  • Capacité : 86 avions
Le Wasp CV-7, classe Yorktown

La Classe Yorktown

Commandés avant la guerre, les quatre bâtiments de la classe Yorktown sont déjà des porte-avions de la troisième génération. La conception repose sur une priorité donnée au groupe aérien embarqué, mais le tonnage reste limité conformément au traité de Washington[4]. Cette classe était encore loin d'être parfaite. Elle eut à subir 75 % de pertes durant le second conflit mondial. Trois furent construits par Newport News Shipbuilding, seul le CV-7 Wasp, de dimensions réduites, fut construit par la Bethlehem Steel Corp.

  • 4 navires mis en service entre 1937 et 1941
  • Longueur : 226-251 mètres hors tout
  • Déplacement : 19 800 tonnes à vide (Wasp : 14'700 t.)
  • Vitesse max. : 33 nœuds (Wasp : 29 nœuds)
  • Équipage : 2 217 hommes (Wasp : 1'800)
  • Capacité : 90 avions (78 pour le Wasp)
L'Oriskany CV-34, classe Essex

La Classe Essex et sous-classe Ticonderoga

Assurément la classe la plus réussie de toutes. Aucun porte-avions de la classe Essex n'a été perdu lors d'opérations militaires. Trois chantiers se sont partagé la réalisation de la série : Newport News Shipbuilding, Bethlehem Steel Corp, et New York Navy Yard. Le CV-35 Reprisal, lancé en 1945 fut ferraillé inachevé après des essais infructueux. Le CV-46 Iwo Jima, mis en chantier, fut décommandé en août 1945 et démoli. Six autres Essex, CV-50 à 55, furent également décommandés à la fin de la guerre sans avoir été commencés. Dans les années 1960-70, À l'exception du Franklin et du Bunker Hill, trop endommagés par la guerre, les Essex furent modernisés et reçurent un pont oblique, permettant ainsi aux jets d'apponter.

  • 24 navires mis en service entre 1942 et 1946
  • Longueur : 250-271 mètres hors tout
  • Déplacement : 34 880 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 33 nœuds
  • Équipage : 3 240 hommes
  • Capacité : 80-100 avions
Le Midway CVB-45

La classe Midway

Sur les six navires commandés, seuls trois furent achevés à la fin de la guerre, les autres décommandés. Leur pont d'envol était blindé, une remarquable innovation, bien utile (auparavant, ce pont était en bois). Dans les années soixante, deux furent modernisés (CVB-41 et 43) et équipés, notamment, d'un pont oblique. On utilisa pour la première fois la dénomination CVB (porte-avions de bataille). Newport News Shipbuilding en assura la construction, sauf pour le CVB-42 (New York Naval Shipyard).

  • 3 navires mis en service entre 1945 et 1947
  • Longueur : 295 mètres hors tout (CVB-43 : 306 m. après modernisation)
  • Déplacement : 45 000 tonnes à vide (65'280-65'900 t. après modernisation)
  • Vitesse max. : 33 nœuds
  • Équipage : 4 773 hommes
  • Capacité : jusqu'à 145 avions (65-75 après modernisation)

Porte-avions légers (CVL)[modifier | modifier le code]

L'Independence CVL-22

La classe Independence

Suite à la transformation par la Newport News Shipbuilding du croiseur léger Amsterdam (CL-59) en porte-avions léger CVL-22 Independence, huit autres croiseurs (Tallahassee, New Hawen, Huntington, Dayton, Fargo, Wilmington, Buffalo et Newark) devinrent les CVL-23 à 30.

  • 9 navires mis en service entre 1943 et 1947
  • Longueur : 190 mètres hors-tout
  • Déplacement : 11 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 32 nœuds
  • Équipage : 1 569 hommes
  • Capacité : 34 avions
Le Wright CVL-49, classe Saipan. Transformé en bâtiment de commandement sous le matricule CC-2 entre 1962 et 1970.

La classe Saipan

En 1943, la marine reçu l'autorisation de construire deux porte-avions légers de plus. La conception générale découlait de la classe Independence, mais coque et machinerie étaient reprises des croiseurs lourds du type Baltimore (CA-68). Le type d'avions pouvant opérer sur la classe Saipan était restreint, et ces navires ne purent être lancés qu'après la fin de la guerre. Construits par New York Shipbuilding Co à Camden.

  • 2 navires mis en service en 1946 et 1947
  • Longueur : 202 mètres hors tout
  • Déplacement : 19 000 tonnes en pleine charge
  • Vitesse max. : 33 nœuds
  • Équipage : 1 677 hommes
  • Capacité : 48 avions

Porte-avions d'escorte (CVE)[modifier | modifier le code]

Le USS St. Lo CVE-63, classe Casablanca

Leur principale mission était d'escorter les convois de ravitailleurs en direction de la Grande-Bretagne; mais ils jouèrent également un rôle dans le « nettoyage » des obstacles que les forces d’invasion ont rencontrés sur les plages du débarquement.

Super porte-avions (CVA)[modifier | modifier le code]

Ce qu'aurait dû être l’United States CVA-58

La classe United States

Le congrès approuva en 1948 le projet d'un porte-avions de 60 000 tonnes. Le bâtiment ne devait pas posséder d'îlot, mais, tout comme les anciens porte-avions britannique Argus et japonais Hosho, une passerelle de commandement hydrauliquement escamotable. Ce monstre fut mis en chantier le 18 avril 1949 à Newport News. Dix jours plus tard l'US Air Force annonça l'acquisition de trente-neuf bombardiers géants B-36, à la suite de quoi l'US Navy stoppa la construction de l'United States.

  • aucun navire mis en service
  • Longueur : 322 mètres hors tout
  • Déplacement : env. 68 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 33 nœuds
  • Équipage : 4 958 hommes
  • Capacité : 54 avions, principalement des bombardiers
Le Saratoga CVA-60, classe Forrestal

La classe Forrestal

Enfin en juillet 1952 on mit en chantier deux super porte-avions. La classe Forrestal marquait la réalisation d'un net bond en avant dans le domaine de la technique des porte-avions. Suite aux essais sur l'Antietam, le pont oblique (d'un angle de 10°) fit son apparition, permettant aux avions à réaction d'apponter et de porter le nombre de catapultes de 2 à 4. Initialement prévu à pont ras, un îlot fut finalement ajouté. La construction de deux autres Forrestal fut lancée durant les deux années suivantes. Constructeurs : Newport News Shipbuilding (CVA-59 et 61) et Brooklyn Navy Yard (CVA-60 et 62).

À noter qu'en choisissant de construire des super porte-avions, l'US Navy renonce à pouvoir les faire transiter par le canal de Panama.

  • 4 navires mis en service entre 1955 et 1959
  • Longueur : 312 mètres hors tout
  • Déplacement : 60 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 34 nœuds (63 km/h)
  • Équipage : 5 178 hommes
  • Capacité : 70-90 avions et hélicoptères
Le Constellation CVA-64, classe Kitty Hawk

La classe Kitty Hawk

Les trois navires de la classe Kitty Hawk constituent une classe Forrestal améliorée. Chacun sera construit par un chantier différent : New York Shipbuilding Corp. ((CVA-63), New York Naval Shipyard (CVA-64) et Newport News Shipbuilding (CVA-66), et chacun possède donc des caractéristiques quelque peu différentes.

  • 3 navires mis en service en 1961 (CVA-63 et 64) et 1965 (CVA-66)
  • Longueur : 319-327 mètres hors tout
  • Déplacement : 60 000-62 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 35 nœuds (65 km/h)
  • Équipage : 5 380 hommes
  • Capacité : 75-85 avions et hélicoptères
Le John F. Kennedy CVA-67 La classe Kennedy

À l'origine, le USS John F. Kennedy (CV-67) devait appartenir à la classe Kitty Hawk, mais le nombre d'améliorations fut tel qu'on décida de lui attribuer une nouvelle classe. On peut dire qu'il s'agit d'une version améliorée de la version améliorée de la classe Forrestal. Construit par la Newport News Shipbuilding, il est lancé le 27 mai 1967.

  • 1 navire mis en service en 1968
  • Longueur : 321 mètres hors tout
  • Déplacement : 60 000-62 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 30+ nœuds (56+ km/h)
  • Équipage : 5 597 hommes et femmes
  • Capacité : 80 avions et hélicoptères

Porte-avions à propulsion nucléaire (CVN)[modifier | modifier le code]

La classe Entreprise[modifier | modifier le code]

LEntreprise CVN-65 et deux de ses escorteurs, l'USS Bainbridge et l'USS Long Beach

En février 1958 fut mis en chantier à Newport News le premier porte-avions à propulsion nucléaire navale, classifié à l'origine CVAN-58. À sa mise en service, l'USS Enterprise (CVN-65) était le plus grand navire de guerre qui eût jamais été construit. Mais il avait un défaut, et de taille : son coût : 451 millions d'US dollars, et s'il a moins souvent besoin d'être envoyé au radoub, il est (sur)équipé de huit réacteurs nucléaires A2W et exige en outre un équipage beaucoup plus nombreux et plus spécialisé que pour un classe Essex. Le choc fut si grand qu'on décida de construire les deux porte-avions suivants (CVA-66 et 67) sur le modèle Kitty Hawk.

  • 1 navire mis en service en 1961
  • Longueur : 342 mètres hors tout
  • Déplacement : 85 350 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 30+ nœuds (56+ km/h)
  • Équipage : 5 680 hommes et femmes
  • Capacité : 85 avions et hélicoptères

La classe Nimitz[modifier | modifier le code]

Le Nimitz CVN-68
À l'intérieur du John C. Stennis CVN-74, station de contrôle aérienne.

La classe Nimitz est l'aboutissement de toutes les années de recherches d'études, d'expérience et de pratique depuis 1920 et le Langley. Mais ce fut difficile : il fallut sept longues années pour construire le Nimitz (soit trois ans de plus que pour le grand frère Entreprise) et l'inflation a fait monter le coût du navire à deux milliards de dollars. Tous construits sur le chantier naval Newport News Shipbuilding, ces bâtiments sonnèrent le glas des derniers Essex, un demi-siècle après leur conception. Par rapport à l’Entreprise, les Nimitz ne possèdent que deux réacteurs nucléaires de type Westinghouse A4W.

  • 10 navires mis en service depuis 1975
  • Longueur : 333 mètres hors tout
  • Déplacement : 101 000 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 30+ nœuds (56+ km/h)
  • Équipage : 5 680 hommes et femmes
  • Capacité : 85-90 avions et hélicoptères

Porte-avions d’entraînement (IX)[modifier | modifier le code]

Le Wolverine IX-64

Les porte-avions des Grands Lacs

Ces deux navires étaient à l'origine les paquebots Seeandbee et Greater Buffalo. Ils furent transformés en 1942 et 1943 pour devenir des porte-avions destinés à l'entrainement des pilotes, sans distraire l'emploi opérationnel d'un porte-avions de combat (ou d'escorte), bien plus utile sur les théâtres d'opérations. Ne servant que pour l'appontage et le décollage des appareils, ils étaient dépourvus de hangar, ce qui leur donnait une silhouette très basse sur l'eau. Ces deux bâtiments naviguaient bien à l'abri du conflit sur le lac Michigan, ce qui en faisait les deux seuls porte-avions d'eau douce au monde !

  • 2 navires mis en service en 1942 (Wolverine) et 1943 (Sable)
  • Longueur : 152 resp. 163 mètres hors tout
  • Déplacement : 7 200 resp. 6 584 tonnes à vide
  • Vitesse max. : 16 et 18 nœuds, respectivement (29 km/h et 33 km/h)

Les porte-avions actuels[modifier | modifier le code]

L'USS Harry S Truman CVN-75
Article détaillé : Porte-avions actuels de l'US Navy.

À partir du 31 janvier 2009, avec le retrait du service actif de l'USS Kitty Hawk, les onze bâtiments alors en service sont à propulsion nucléaire navale. Avec le retrait de l'USS Enterprise (CVN-65) le 1er décembre 2012, les dix navires restants sont tous de la classe Nimitz.


Le porte-avions du futur : la classe Gerald R. Ford[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Classe Gerald R. Ford.
Image de synthèse du futur CVN-78 USS Gerald Ford

La prochaine génération de super porte-avions américains sera issue du programme Gerald R. Ford auparavant CVN-21 de l’US Navy (porte-avions du XXIe siècle), programme initialement désigné CVNX. La nouvelle dénomination ne doit cependant pas être confondue avec le porte-avions CV-21 Boxer de la classe Essex.

La conception des bâtiments de la Classe Gerald R. Ford incorpore beaucoup de nouvelles caractéristiques, comprenant entre autres un réacteur nucléaire de nouvelle génération (le réacteur A1B), des dispositifs furtifs afin de réduire le profil radar, des catapultes électromagnétiques, 160 sortie quotidiennes pour l'aviation embarquée pour le CVN-21, etc. La marine américaine espère réduire le coût des futurs porte-avions en s'appuyant sur les progrès technologiques et par une automatisation poussée, soulageant ainsi les craintes émises par le Congrès des États-Unis.

Le Gerald R. Ford réemploie la conception de base de la coque de la classe Nimitz précédente, mais les similitudes s’arrêtent là.

La première coque de la classe CVN-21 sera le porte-avions CVN-78, dont le nom de baptême est Gerald R. Ford suite à l'amendement 4211 déposé par le président de la commission des forces armées du Sénat des États-Unis.

Le début de la construction du premier CVN-21 a commencé en novembre 2009 aux chantiers NGS de Newport News, son achèvement prévu pour 2015 et sa carrière devrait se poursuivre jusqu'en 2064.

On estime que le coût final atteindra les 13 milliards de dollars US. Cependant, sont inclus 5 milliards pour la recherche et le développement, les porte-avions suivants ne coûteront donc « que » 8 milliards.

Deux autres navires sont déjà programmés. L'USS John F. Kennedy (CVN-79) qui doit entrer en service en 2020 et l'USS Enterprise (CVN-80) programmé pour 2025 selon les prévisions de 2011[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fleet Response Plan », sur www.globalsecurity.org,‎ dernière modification le 12 décembre 2006 (consulté le 01/01/2009)
  2. Le nom de John F. Kennedy attribué à un nouveau porte-avions américain
  3. [1]
  4. Revue Science et Vie - Guerres et Histoire no 14 d'août 2013
  5. « Northrop Grumman signe un contrat de 323 millions de dollars pour le CVN 79 », sur Mer et Marine,‎ 7 janvier 2011 (consulté le 24 janvier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antony Preston, Histoire des porte-avions, Bison Books Ltd., Londres, 1979 (1994), 191 p., (ISBN 2-092920405 et 978-2092920404).
  • Porte-avions : Visite guidée d'un géant des mers, Tom Clancy 1999, Albin Michel 2002, (ISBN 2-22613-129-9).
  • Navires escorteurs, sous-marins et porte-avions, Octavio Díez et Camil Busquets, UYDAT S.L. 2005, (ISBN 2-84917-007-0).
  • Histoire mondiale des porte-avions, des origines à nos jours, Alexandre Sheldon-Duplaix, ETAI 2006, (ISBN 2-7268-8663-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Porte-avions convertis en musées[modifier | modifier le code]

En cliquant sur le nom du porte-avions, vous serez redirigé sur le lien du site internet de ces navires musées (en anglais).