Flotte de porte-avions de l'US Navy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'exercice Valiant Shield mené dans la partie ouest de l'océan Pacifique le 18 juin 2006 regroupa dans un groupe de forces combinées 28 navires, 300 aéronefs et environ 20 000 militaires. De gauche à droite : les porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72), USS Kitty Hawk (CV-63) et USS Ronald Reagan (CVN-76). À noter que le plus ancien des porte-avions en service (Kitty Hawk) côtoie le plus récent (Ronald Reagan). Aéronefs de gauche à droite : F/A-18C , 2 TF-18/F/A-18E, F/A-18C, B-2 Spirit , 4 F/A-18C.
Même scène depuis le pont du Kitty Hawk (CV-63)

Les États-Unis sont le pays possédant actuellement (début 2014) le plus grand nombre de porte-avions en service avec dix unités (aucune autre puissance navale ne possède aujourd'hui (début 2014) plus d'un porte-avion en activité). Le dernier mis en service par l'United States Navy en janvier 2009, l'USS George H. W. Bush (CVN-77) remplace l'USS John F. Kennedy (CV-67), retiré du service actif le et placé en réserve à Philadelphie. La situation budgétaire due aux guerres contre le terrorisme, d'Afghanistan et d'Irak a réduit la flotte à dix unités opérationnelles en 2013 après le retrait de l’USS Enterprise (CVN-65) (premier porte-avions nucléaire de l'Histoire, retiré du service en décembre 2012) faisant que l'ensemble des porte-avions américains actuellement en service sont désormais de la classe Nimitz. La mise en service du nouveau USS Gerald R. Ford (CVN-78), prévue début 2016, marquera l'arrivée d'une nouvelle classe de porte-avions.

Les porte-avions dont les groupes aériens embarqués sont les Carrier Air Wing ne naviguent jamais seuls, ils sont toujours accompagnés par une flottille composée d’une dizaine de bâtiments divers (croiseurs Aegis, destroyers, frégates, sous-marins et navires ravitailleurs) assurant la défense et le soutien du porte-avions. Cet ensemble de navires constituent le groupe de combat aéronaval (« GCA », en anglais « CVBG » pour Carrier Vessel Battle Group), capable d’intervenir rapidement dans n’importe quel endroit du monde.

Le Fleet Response Plan oblige depuis mai 2003 à ce qu'au moins six groupes aéronavals sur les douze alors disponibles soient prêts à appareiller à tout moment, en l'espace de 30 jours maximum, et que deux autres soient prêts à appareiller en l'espace de 90 jours. Auparavant, les groupes aéronavals appareillaient à intervalles réguliers, et chaque déploiement avait une durée fixée de six mois (le déploiement des forces était donc entièrement prévisible). Si cette organisation était efficace durant la guerre froide, elle n'est aujourd'hui plus d'actualité.

En 2012, l'US Navy ne dispose plus que de neuf groupes aéronavals[1].

Les dix bâtiments en service[modifier | modifier le code]

L'USS Nimitz (CVN-68)[modifier | modifier le code]

USS Nimitz CVN-68
Article détaillé : USS Nimitz (CVN-68).

Mis en service le , il marque le retour à la propulsion nucléaire (ce qui signifie le N de CVN). Il doit son nom à l'amiral américain Chester Nimitz (1885-1966) commandant de la flotte du Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale. Le film Nimitz, retour vers l'enfer (The Final Countdown) réunissant les acteurs Kirk Douglas et Martin Sheen fut tourné par Hollywood sur ce bâtiment en 1980. Tous les porte-avions de l'United States Navy construits de 1970 à 2008 appartiennent à la classe Nimitz.

Port d'attache : San Diego, Californie

L'USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69)[modifier | modifier le code]

USS Dwight D. Eisenhower CVN-69
Article détaillé : USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69).

Second de la classe Nimitz, il fut mis en service le 18 octobre 1977. Il porte le nom du 34e président des États-Unis, Dwight David Eisenhower (1890-1969), qui fut tout comme Chester Nimitz, un des principaux chefs militaires américains de la Seconde Guerre mondiale.

Port d'attache : Norfolk, Virginie

L'USS Carl Vinson (CVN-70)[modifier | modifier le code]

USS Carl Vinson CVN-70
Article détaillé : USS Carl Vinson (CVN-70).

Mis en service du navire le 13 mars 1982, il porte le nom du représentant démocrate de la Géorgie au Congrès des États-Unis, Carl Vinson (1883-1981). Siégeant pendant 50 ans à la Chambre des représentants, il y fut le président du House Naval Affairs Committee dans les années 1930 et 1940 et à l'initiative de plusieurs lois de renforcement de l'US Navy. Il faillit être le premier Américain témoin du lancement d'un porte-avions à son nom mais il mourut quelques mois avant.

Port d'attache : Newport News, Virginie

L'USS Theodore Roosevelt (CVN-71)[modifier | modifier le code]

USS Theodore Roosevelt CVN-71
Article détaillé : USS Theodore Roosevelt (CVN-71).

Mis en service dès le 25 octobre 1986, le Theodore Roosevelt est le 4e de la classe Nimitz. Il porte le nom du 26e président américain, Theodore Roosevelt (1858-1919).

Port d'attache : Norfolk, Virginie

L'USS Abraham Lincoln (CVN-72)[modifier | modifier le code]

USS Abraham Lincoln CVN-72
Article détaillé : USS Abraham Lincoln (CVN-72).

Mis en service le 11 novembre 1989, il est baptisé en l'honneur du 16e président des États-Unis, Abraham Lincoln, assassiné au lendemain de la guerre de Sécession (1865). Surnommé « Abe », c'est sur ce bâtiment que le 1er mai 2003 George W. Bush prononça son discours Mission accomplie à la fin de la guerre en Irak (2003-2006).

Port d'attache : Everett, État de Washington

L'USS George Washington (CVN-73)[modifier | modifier le code]

USS George Washington CVN-73
Article détaillé : USS George Washington (CVN-73).

Mis en service le jour de la fête nationale américaine, le 4 juillet 1992, il porte le nom du premier président des États-Unis, George Washington (1732-1799). Le « GW » et ses deux prédécesseurs font partie du groupe dit « Rushmore »[réf. nécessaire]. En effet, ces trois présidents ont leur visage gravé dans le mont Rushmore dans le Dakota du Sud. Le quatrième président qui y est représenté, Thomas Jefferson, se montrant fort peu préoccupé par les affaires maritimes, n'aura sans doute jamais un porte-avions à son nom[réf. nécessaire].

Ce porte-avions est la première « arme nucléaire » présente sur le territoire japonais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et son arrivée à Yokosuka suscite quelques troubles auprès de la population locale[2].

Port d'attache : Yokosuka, Japon

L'USS John C. Stennis (CVN-74)[modifier | modifier le code]

USS John C. Stennis CVN-74
Article détaillé : USS John C. Stennis (CVN-74).

Mis en service le 9 décembre 1995, il porte le nom d'un sénateur démocrate de l'État du Mississippi John C. Stennis (1901-1995) qui était un fervent partisan de la marine. Le fait que Stennis soit originaire d'un État du Sud, valut au porte-avions le surnom de « Johnny Reb », référence à la guerre de Sécession.

Port d'attache : Bremerton, État de Washington

L'USS Harry S. Truman (CVN-75)[modifier | modifier le code]

USS Harry S Truman CVN-75
Article détaillé : USS Harry S. Truman (CVN-75).

Mis en service le 25 juillet 1998, il porte le nom du 33e président américain Harry Truman. Le nom initialement choisi par les amiraux fut United States, tout comme aurait dû s'appeler le premier « super-porte-avions » CVA-58, dont la construction a été décidée en 1949 et dont l'administration Truman annula la construction la même année. Le changement de nom fut décidé par l'administration Clinton. Pour la seconde fois, le nom du président Truman était préféré à celui d'United States.

Port d'attache : Norfolk, Virginie

L'USS Ronald Reagan (CVN-76)[modifier | modifier le code]

USS Ronald Reagan CVN-76
Article détaillé : USS Ronald Reagan (CVN-76).

Mis en service le 12 juillet 2003, il porte le nom du 40e président Ronald Reagan (1911-2004). Il est le premier de la sous-classe Reagan Il remplace l’USS Constellation (CV-64).

Reagan, atteint de la maladie d'Alzheimer, ne put assister au lancement du porte-avions et ce fut son épouse, Nancy Reagan, qui baptisa le navire.

Port d'attache : San Diego, Californie

L'USS George H. W. Bush (CVN-77)[modifier | modifier le code]

USS George H. W. Bush CVN-77
Article détaillé : USS George H. W. Bush (CVN-77).

Mis en service le 10 janvier 2009[3], il porte le nom du George Herbert Walker Bush (né en 1924), 41e président des États-Unis et qui fut pilote d'aéronavale pendant la Seconde Guerre mondiale. Le porte-avions fut lancé le 7 octobre 2006 en présence de ce dernier et de son fils, George W. Bush, alors président en exercice. Il est le dixième et dernier CVN de la classe Nimitz et remplace dans l'active une autre unité, le USS Kitty Hawk. L'îlot du Georges H. W. Bush est de construction nouvelle, plus furtive.

Les futurs navires[modifier | modifier le code]

Les futurs porte-avions américains seront de la classe Gerald R. Ford, anciennement CVNX (porte-avions nucléaire expérimental). En août 2013, deux étaient en construction, USS Gerald Ford (CV-78) et USS John F. Kennedy (CV-79) et un programmé, USS Enterprise.

USS Gerald Ford (CVN-78)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : USS Gerald R. Ford (CVN-78).

Le premier de cette nouvelle classe, l'USS Gerald R. Ford (CVN-78) devait initialement être lancé en juillet 2013 pour une mise en service en 2015. Par suite d'un retard dans sa construction, son lancement est prévu pour novembre 2013 et une mise en service au début de 2016.

Il porte le nom de l'ancien président Gerald Ford (1913-2006) qui servit pendant la Seconde Guerre mondiale sur le porte-avions USS Monterey.

USS John F. Kennedy (CVN-79)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : USS John F. Kennedy (CVN-79).

Mise en service prévue en 2020, la construction de ce porte-avions à débuté en 2011. Il sera le second porte-avions à porter le nom de John Fitzgerald Kennedy (1917–1963), 35e président des États-Unis et qui servit dans l'US Navy durant la Seconde Guerre mondiale. Il remplacera l'USS Nimitz.

USS Enterprise (CVN-80)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : USS Enterprise (CVN-80).

Sa mise en service est prévue aux alentours de 2025 avec une mise en construction débutant 2018. Son nom a été dévoilé le 1er décembre 2012 par un discours du Secrétaire à la Marine des États-Unis lors de la cérémonie de désarmement de l'actuel USS Enterprise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Chapleau, « De 10 à 9: l'US Navy se sépare d'un groupe aéronaval », sur Lignes de défense,‎ (consulté le 8 octobre 2011)
  2. L’arrivée d’un porte-avions nucléaire américain suscite le trouble au Japon - JaponInfos.com, 23 septembre 2008 (voir archive)
  3. « 98.000 tonnes de diplomatie » supplémentaires pour l'US Navy, Mer et Marine, 11 janvier 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Clancy, Porte-avions : Visite guidée d'un géant des mers, 1999, Albin Michel 2002 (ISBN 2-22613-129-9)
  • Octavio Díez et Camil Busquets, Navires escorteurs, sous-marins et porte-avions, UYDAT S.L. 2005 (ISBN 2-84917-007-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]