Port de Bayonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port de Bayonne
Vue partielle du port de Bayonne
Vue partielle du port de Bayonne
Présentation
Construction XIIe siècle
Statut Port de commerce
Tonnage 4,2 millions de tonnes (2010)
Trafic 2038 navires (2010)
Activités Soufre, pétrole, engrais, maïs, bois, acier
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 39″ N 1° 29′ 37″ O / 43.510833, -1.493611 ()43° 30′ 39″ Nord 1° 29′ 37″ Ouest / 43.510833, -1.493611 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Landes
Commune Bayonne
Anglet
Boucau
Tarnos
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Port de Bayonne

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Port de Bayonne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Port de Bayonne

Le port de Bayonne est un port de commerce français de l'océan Atlantique. Son emprise concerne les communes de Bayonne, Anglet et Boucau dans les Pyrénées-Atlantiques et Tarnos dans les Landes. Il se classe au 9e rang des ports de commerce français. Il abrite aussi une base navale comportant quelques patrouilleurs légers[1].

Activité économique[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, son trafic annuel dépasse 4 millions de tonnes. En effet, le port de Bayonne est situé à l'estuaire de l'Adour, il bénéficie d'un excellent emplacement logistique.

Il exporte les produits des bassins industriels et agro-alimentaires des Landes et des Pyrénées-Atlantiques :

  • le soufre (recueilli après épuration du gaz de Lacq),
  • le pétrole brut extrait à Lacq,
  • le maïs,
  • les engrais,
  • le bois.

Il abrite une aciérie électrique associée à un train continu à billettes, mais sans laminoir, les Aciéries de l'Atlantique SA. Cette usine, créée en 1995 par le groupe espagnol Marcial UCIN basé à Bilbao, appartient aujourd'hui à un autre espagnol, Siderurgica ANON installé à La Corogne.

Ford et General Motors ont choisi Bayonne pour distribuer vers toute l'Europe les voitures fabriquées en Espagne et au Portugal. Terminal de stockage de produits chimiques Sotrasol (produits chimiques liquides).

Oléoduc entre le port de Bayonne et Lacq.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIIe - XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Très tôt, Bayonne s'est tourné vers l'Océan.

Au Moyen Âge, Bayonne devient un port maritime et fluvial, il connaît son âge d'or entre le XIIe siècle et le XIVe siècle, sous la domination anglaise. La ville est située à la confluence du fleuve Adour et de son affluent la Nive (« la gran mar »), la ville déploie ses activités maritimes sur les deux rives de la Nive.

En plus, gagnée sur les barthes ou plaines amphibies, la ville basse est le quartier des « ports » intérieurs : canaux remontés par la marée où naviguent de petits bateaux (tilholes, galupes).

L'activité portuaire repose essentiellement sur celle des chantiers navals qui construisent des navires de haute mer (nefs, galées, pinasses…). Les relations commerciales sont prospères avec la Navarre, la Gascogne en liaison avec le port de Mont-de-Marsan, la Flandre, les villes hanséatiques et surtout avec l’Angleterre.

Pour maintenir et développer cette activité majeure pour la ville, les Bayonnais tentent de lutter pour dominer le fleuve et son embouchure sur l'océan Atlantique. Durant le Moyen Âge, l’Adour se jette dans l'Océan à Capbreton, véritable avant-port à une quinzaine de kilomètres de Bayonne. Vers 1410-1430, des phénomènes naturels déplacent l'embouchure plus au nord, à 32 km de la ville, entraînant le déclin des activités maritimes.

En 1578, un chantier colossal se termine, mené par l’ingénieur Louis de Foix; un estuaire artificiel est créé à 6 km de la cité. Cette ouverture du Boucau neuf bonifie la ville et les pays des environs… ce qui explique les noms des lieux géographiques appelés Le Boucau et Le Vieux-Boucau : Vieux-Boucau-les-Bains

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le conseil régional d'Aquitaine est devenu propriétaire du port de Bayonne le 8 septembre 2006, dans le cadre de la loi du 13 août 2004 prévoyant le transfert des 17 ports d'intérêt national français aux régions.

Sa gestion est assurée pour l'instant par la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque.

1973 et 1992, pollution au monazite

Pendant cette période Fertiladour achemine du monazite et le broie dans son usine. La société est accusée d'avoir dispersé les poussières issues de ce broyage à proximité de l'usine. Le problème resurgit, car la construction d'une zone commerciale en lieu et place de l'usine est actuellement à l'étude[2]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.defense.gouv.fr/marine/base/breves/la_base_navale_de_l_adour_celebre_ses_25_ans
  2. [1][2][3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]