Port Elgin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port Elgin
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Cap-Tourmentin
Comté ou équivalent Westmorland
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Judy E. Scott
2012-2016
Constitution 1922
Démographie
Population 418 hab. (2011 en diminution)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 58″ N 64° 05′ 16″ O / 46.049482, -64.087672 ()46° 02′ 58″ Nord 64° 05′ 16″ Ouest / 46.049482, -64.087672 ()  
Altitude Min. 0 m
Superficie 261 ha = 2,61 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1307002
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Port Elgin

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Port Elgin
Liens
Site web http://www.villageofportelgin.com

Port Elgin (prononcer èl-guine) est un village du comté de Westmorland, situé au sud-est du Nouveau-Brunswick au Canada.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village s'appelait à l'origine Baie-Verte. Le nom changea en Gaspereaux Town après 1755. Il reçut le nom actuel en 1847, en l'honneur de James Bruce, 8e comte d'Elgin (1811-1863), gouverneur général du Canada de 1846 à 1854[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Port Elgin est situé à près de 80 kilomètres de route à l'est de Moncton, près de la frontière de la Nouvelle-Écosse, à l'embouchure de la rivière Gaspereau. Le village a une superficie de 2,61 kilomètres carrés[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Port-Elgin est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[3].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 200 logements privés en 2006, dont 180 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 83,3 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 13,9 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 66,7 % des logements sont possédés alors que 33,3 % sont loués. 88,9 % ont été construits avant 1986 et 8,3 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,4 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 106 852 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Port Elgin est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Pigtogeoag ag Epegoitnag, aussi appelé Pictou, qui comprend une bonne partie du littoral du détroit de Northumberland, y compris l'Île-du-Prince-Édouard[5]. Ce district, tout comme celui d'Esgigeoag, était sous l'autorité d'Onamag, autrement dit de l'île du Cap-Breton, et n'avait même parfois aucun chef[5]. Le site servait de camp de pêche estival pour les Micmacs, comme en témoigne des pointes de flèche et des outils découverts à l'embouchure de la rivière Gaspereau. Les Acadiens fondèrent le village de Baie-Verte en 1690. Le village devient par la suite un point de passage important pour le commerce entre l'Acadie et la ville de Québec. Les Français construisent le fort Gaspareaux en 1751, un satellite du fort Beauséjour. En 1755, peu de temps après la bataille de Fort Beauséjour, 300 soldats britanniques, sous le commandement du colonel John Winslow, prirent possession du fort. Le fort fut détruit l'année suivante, les Britanniques étant incapables de le défendre contre les Micmacs et les Acadiens. Les Acadiens furent déportés en 1755, lors du raid du Capitaine Gilbert.

Durant les années suivantes, plusieurs vagues d'immigrants s'établirent au village, des Planteurs, des Loyalistes, des Acadiens de retour d'exil, des Irlandais, des Écossais et des Yorkshirois. L'économie se base alors sur l'exploitation forestière.

Le chemin de fer de l'embranchement du Cap-Tourmentin, renommé chemin de fer du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard, est construit en 1883 de Sackville à Baie-Verte, puis allongé jusqu'à Cap-Tourmentin en décembre 1886, le tout afin de transporter les passagers et les marchandises en provenance ou à destination de l'Île-du-Prince-Édouard[6]. Des usines et des moulins sont construits près des rails, attirant à leur tour de nouveaux résidents. Le pont ferroviaire actuel est construit en 1917; il est à l'origine un pont tournant manuel. Port Elgin devient le premier village de la province à être constitué en municipalité, le [7]. Le village compte à l'époque une quarantaine de commerces, un aréna, un centre d'exposition agricole et une piste de course. Fred Magee ouvre une usine de transformation du poisson, dont la marque Mephisto se vend dans plusieurs pays du monde[8].

L'école Port Elgin Regional Memorial ouvre ses portes en 1948[9].

Le chemin de fer du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard est abandonné en 1989[6].

L'école régionale Port Elgin est inaugurée en 1996[10]. Le magasin de la Société des alcools du Nouveau-Brunswick ferme ses portes en 1997 pour être remplacé par une franchise[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Sud-Est, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[12].

Il y a une succursale de la Advance Savings Credit Union, une caisse populaire basée à Riverview et membre de la Credit Union Central of New Brunswick[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'une mairesse et de quatre conseillères générales. Le conseil actuel, formé à la suite de l'élection du , a en effet la particularité d'être formé entièrement de femmes[14].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Judy E. Scott
Conseillers généraux Terrance L. Legere, Valerie A. MacDermid, Patricia (Patsy) Murphy, Tanya A. Trenholm

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Mairesse Judy E. Scott
Conseillers Darlene Elizabeth Kenny, Val a. MacDermid, Joanne L. Trenholm, Tanya A. Trenholm.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Judy E. scott    
2004 2008 Courtney Wall    
19?? 2004 Robert A. Hall    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Port-Elgin fait partie de la Région 7[15], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [16]. Port-ELgin est représenté au conseil par son maire[17]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[18].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Port Elgin est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[19].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Port Elgin fait partie de la circonscription provinciale de Tantramar, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Mike Olscamp, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2006 et réélu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Port Elgin fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait 451 habitants en 2006 contre 445 en 1996, soit une augmentation de 1,3 % en 10 ans[2]. En termes de population, Port-Elgin se classe au 91e rang de la province.

Évolution démographique de Port Elgin depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
504 470 490 445 436 451 418
(Sources : [20],[21],[2])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Anglais
  •      Français
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources: [22],[23],[24]

Vivre à Port Elgin[modifier | modifier le code]

Port Elgin possède une bibliothèque publique, un bureau de poste, le Centre de santé de Port Elgin, une caserne de pompiers ainsi qu'un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick. Port Elgin possède un foyer de soins agréés, la Westford Nursing Home.

L'école Port Elgin Regional accueille les élèves de la maternelle à la 8e année en anglais. C'est une école publique faisant partie du district scolaire 2. Elle possède également un programme d'immersion en français.

Le village possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 4, dont le bureau principal est situé à Shédiac.

L'église St. Clement est une église catholique romaine faisant partie de l'archidiocèse de Moncton.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et Times & Transcript, de Moncton. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire Sackville Tribune-Post, de Sackville. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Port Elgin est officiellement anglophone[25] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Westmorland Paroisse de Westmorland, Botsford Botsford Rose des vents
Paroisse de Westmroland N baie Verte
O    Port Elgin    E
S
Baie-Verte baie Verte
Drapeau : Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
baie Verte
Drapeau : Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 222.
  2. a, b et c « Profils des communautés de 2006 - Port Elgin - Population », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  3. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick »,‎ 2000 (consulté le 19 juin 2009)
  4. « Profils des communautés de 2006 - Port Elgin - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  5. a et b (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  6. a et b (en)« Heath Steele, Bathurst Mines, Brunswick Mines », sur Riding the Rails, New Brunswick Railway Museum (consulté le 2 septembre 2012).
  7. « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  8. (en) Histoire de Port Elgin
  9. (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 177.
  10. [PDF] « Anglophone East », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  11. « L'Acadie nouvelle rapportait... », L'Acadie nouvelle,‎ 22 janvier 2007, p. 23
  12. « Paroisses et districts de services locaux », sur Entreprise Sud-Est (consulté le 7 novembre 2012).
  13. « Location map of credit unions in New Brunswick », sur Credit Union Central of New Brunswick (consulté le 1er janvier 2010).
  14. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  15. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  16. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  17. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  19. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  20. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  21. « Profils des communautés de 1996 - Port Elgin - Population », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  22. « Profils des communautés de 1996 - Port Elgin - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 14 novembre 2011).
  23. « Profils des communautés de 2001 - Port Elgin - Population », sur Statistique Canada (consulté le 14 novembre 2011).
  24. « Profils des communautés de 2006 - Port Elgin - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 14 novembre 2011).
  25. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].