Port-Camargue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 31′ 00″ N 4° 08′ 08″ E / 43.5168, 4.13549 ()

Port-Camargue
Capitainerie de Port-Camargue

Port-Camargue est un quartier de la commune du Grau-du-Roi, dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Aménagé depuis les années 1960, il s'agit aujourd'hui du premier port de plaisance d'Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1963, la CCI de Nîmes, avec le concours de Jean Bastide lance le projet de construction d'un nouveau port de plaisance sur le littoral languedocien, dans le cadre de la mission Racine. L'architecte retenu est Jean Balladur, qui a également dessiné les plans de la Grande-Motte. Sa construction débute en 1969 avec la création des bassins, quais et jetées. Puis les premières marinas sont construites. En 1974, la capitainerie apparaît. En 1980, la deuxième tranche de travaux concernant les marinas est lancée et en 1985 se termine le plan de construction initial de la CCI. Depuis, sous la pression du marché, l'urbanisme n'a cessé d'évoluer avec la construction de nombreuses marinas supplémentaires, d'appartements et de villas. L'actuel président de la Régie est Étienne Mourrut, maire du Grau-du-Roi.

Économie[modifier | modifier le code]

Avec 4 600 places, Port-Camargue se situe à la première place des ports de plaisance d'Europe. De plus en plus de résidents permanents y habitent et l'activité commerciale s'y intensifie, avec plus d'une centaine de commerces. Le tourisme allié à la plaisance et aux activités nautiques constitue l'essence de l'activité de Port-Camargue.

On notera, d'ailleurs, la présence à proximité de Port-Camargue de nombreux campings et de vastes plages (dont celle de l'Espiguette, qui s'étend jusqu'aux Saintes-Maries-de-la-Mer).

Navigation et informations nautiques[modifier | modifier le code]

L'accès au port de plaisance se fait par un chenal ouvert au nord-ouest, dans un axe laissant une faible place à la houle. Le fond est sablonneux et dragué en moyenne à 5 m. L'amerrissage à la voile par temps de mistral assez fort peut se révéler difficile mais sans risques vraiment majeurs.

À noter la présence pour l'arrivée par le sud de bouées houlographes face à la pointe de l'Espiguette. Celles-ci sont parfois retirées pour des raisons d'entretien. Elles permettent de signaler la limite de la zone des bancs de sable bordant le long des plages de la baie. En cas de navigation à proximité, l'utilisation du sondeur est vivement recommandée. La plupart des barres rocheuses d'ensablement se prolongent de façon sous-marine sur plus d'une dizaine de mètres. Il convient d'éviter de les approcher de trop près.

La capitainerie est en veille (quasi) permanente sur le canal 16 et peut être jointe par téléphone. Le ravitaillement en carburant est possible ; la station se situe après la zone d'accueil, en suivant le chenal le plus au nord (à bâbord). On notera enfin la présence d'une vedette SNSM, de deux écoles de voile et d'un centre UCPA.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]