Porsche 911 (901)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porsche 911 (901)
Porsche 911 (901)

Marque Drapeau : Allemagne Porsche
Années de production 1964 - 1973
Production 89 256[1] exemplaires
Classe Sportive de prestige
Usine(s) d’assemblage Stuttgart, Allemagne
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 6 cylindres à plat
Position du moteur Longitudinal arrière
Transmission Propulsion
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé fastback
Cabriolet
Targa
Chronologie des modèles
Précédent Porsche 356 Porsche 911 (911) Suivant
Article général Pour un article plus général, voir Porsche 911.

La Porsche 911 (901), parfois dénommée 911 Classic, est la première automobile de la longue génération des Porsche 911, sportive de prestige développée par le constructeur allemand Porsche.

Moteur[modifier | modifier le code]

Lorsque la Porsche 911 (901) est lancée, elle est équipée d'un 2 litres Flat 6 (soit un 6 cylindres à plat) monté sous le capot arrière. Son architecture alliée à un refroidissement par air[2], vont rapidement lui conférer une sonorité qui lui est propre et qui contribuera largement à son image. Après quelques évolutions notables, visant surtout à augmenter la puissance, le couple et améliorer la carburation, Porsche revisite en profondeur son Flat pour l'optimiser et lui donner plus de chevaux. Ainsi, c'est toute la gamme qui va gagner 10 ch supplémentaires[3].

La boîte mécanique de la type 901 à 5 rapports est doté d'un carter en magnésium. En option l'acheteur peut opter pour la boîte semi-automatique Sportomatic (Type 905) qui fonctionne de la manière suivante : la pédale d'embrayage est supprimée au profit de capteurs dans la commande de vitesse, ainsi, à chaque passage la boîte embraye automatiquement. Son poids contenu aux alentours de la tonne, une boîte bien étagée et un Flat 6 de 140 ch permettent les 215 km/h, 0 à 100 km/h en 9 secondes et le kilomètre départ arrêté en 30,2 secondes[3].

L'architecture très particulière des Porsche 911, avec son moteur en porte-à-faux arrière, a une incidence évidente sur son comportement routier. Le comportement des premiers modèles étaient très délicat et des poids en plomb (50 kg) furent montés dans les buttoirs de pare-choc avant. Suite à l'augmentation de l'empattement des Porsche 911 en 1967, les bras arrière gagnent 5,7 cm en longueur et les barres de torsions sont plus épaisses. La suspension avant reçoit des jambes de force hydropneumatiques. Il faudra attendre 1971 pour que les Porsche 911 2.2 E soient enfin équipées d'une barre antiroulis à l'avant[3].

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

  • 1964 - 130 ch
  • 1967 - 911 : 130 ch, 911S : 160 ch, ajout de la version Targa
  • 1968 - 911T : 110 ch, 911L : 130 ch, 911S : 160 ch
  • 1969 - 911T : 100 ch, 911E[4] : 140 ch, 911S : 170 ch
  • 1970 - 911T : 125 ch, 911E : 155 ch, 911S : 180 ch, la motorisation passe à 2,2 L
  • 1972 - 911T : 130 ch (140cv pour la version amerciaine à injection Kjet), 911E : 165 ch, 911S : 190 ch, la motorisation passe à 2,4 L

Carrera RS[modifier | modifier le code]

En 1972, la Carrera RS - pour « Renn Sport » - fait son apparition. Ce modèle est une version plus sportive de la Carrera qui a pour seul but la compétition. Elle est reconnaissable notamment grâce à sa queue de canard, un aileron intégré au capot arrière. Elle inaugure les premiers modèles dit « Lightweight » avec un bouclier avant en polyester qui intègre un radiateur d'huile supplémentaire.

Deux versions de la carrera RS ont été fabriquées: la Light et la Touring. La version Light est une version de la 911 dépouillée.La perte de poids envisagée par l'usine est obtenue par diminution de l'épaisseur des tôles et des vitrages pour certains éléments, par l'utilisation d'un châssis auxiliaire avant spécifique en aluminium forgé, d'un réservoir et des pare-chocs en plastique, la suppression des diverses garnitures et de l'insonorisation, de la serrure du capot moteur, des sièges arrière, du rembourrage du tableau de bord, de la montre, des vide-poches, accoudoirs, poignées de rappel des portes et l'ouverture des vitres arrières et les sièges avant sont remplacés par des baquets Recaro.

La version Touring est une RS plus civile.Les éléments de confort, repris de la 2.4, sont présents, les caoutchoucs de pare chocs également.

Le but de la RS est de concourir en compétition européenne et pour obtenir l'homologation en groupe 4 elle devait se vendre à 500 exemplaires mais elle s'écoula à plus de 1 500 exemplaires ce qui permit aussi son homologation en groupe 3. Le moteur est un dérivé du 2,4 L qui par réalésage passe à 2,7 L. Certaines pièces sont modifiées ce qui permet d'atteindre les 210 ch à 6 300 tr/min. Elle devient donc une des plus puissantes 911. Au niveau des performances, elle atteint le 0 à 100 km/h en 6,3 secondes et une vitesse maximale supérieure à 240 km/h.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Didier Lainé, « Porsche 911 (type 901) », sur Motorlegend
  2. Cette solution technique est déjà usitée sur la Porsche 356 et son quatre cylindres à plat
  3. a, b et c « L'histoire de la Porsche 911 », sur Le Blog Porsche
  4. le L est remplacé par la lettre E signifiant Einspritzung en allemand, soit injection en français

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :