Porcius Licinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Porcius Licinus

Activités poète
Naissance IIe siècle av. J.-C.
Décès Ier siècle av. J.-C.
Langue d'écriture latin

Porcius Licinus, ou moins probablement Porcius Licinius, est un poète latin du IIe et du Ier siècle av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il n'existe sur lui aucune information biographique précise. Son nom est associé à celui de Lutatius Catulus et de Valerius Aedituus par Aulu-Gelle[1] et Apulée[2]. Aulu-Gelle le nomme Porcius Licinus ; il est question chez Cicéron[3] d'un Licinius, qualifié d'homme cultivé, qui faisait partie de l'entourage de Catulus et qui était un ancien esclave et secrétaire de Caius Gracchus, mais rien n'assure qu'il s'agisse de lui. De ses écrits émerge une certaine aversion envers les optimates.

Sa production poétique consiste essentiellement en une histoire originale de la poésie de langue latine en septénaires trochaïques, dont il ne reste que sept fragments, certains très brefs, pour un total de 23 vers.

Un de ces fragments, rapporté par Aulu-Gelle[4] nous apprend que selon lui l'activité poétique à Rome aurait débuté au cours de la seconde guerre punique:

« Punico bello secundo Musa pinnato gradu
intulit se bellicosam in Romuli gentem feram.
 »

« Pendant la seconde guerre punique, la muse aux pieds ailés
descendit dans l'altière et belliqueuse cité de Romulus. »

Néanmoins le plus significatif est le fragment 7 Courtney, qui nous est également rapporté par Aulu-Gelle[5] :

« Custodes ovium tenerae propaginis, agnum,
quaeritis ignem? ite huc. Quaeritis? ignis homost.
Si digito attigero, incendam silvam simul omnem,
omne pecus, flammast omnia qua video.
 »

« Gardiens de la tendre progéniture des moutons, les agneaux,
vous cherchez le feu? Venez ici. Vous le cherchez? Le feu c'est moi
Si je la toucherai d'un doigt, j'enflammerai tout le bois,
chaque animal, tout est flamme partout où je regarde. »

— fr. 7 Courtney.

Mis à part certaines particularités stylistiques qui ont créé de nombreux problèmes aux philologues dans la reconstruction du texte[Note 1], le fragment est particulièrement intéressant par son contenu : le topos littéraire (ou lieu commun) de la flamme en tant qu'expression de l'amour du poète n'est pas original et son usage s'est propagé jusqu'à aujourd'hui. La différence par rapport à ses prédécesseurs provient de l'introduction du motif pastoral dans le domaine de l'épigramme. En effet, auparavant l'introduction de ce topos dans un environnement agreste concernait essentiellement la poésie bucolique comme celle de Théocrite ou de Moschos, tandis que la localisation scénographique des épigrammes restait elle essentiellement citadine. [pas clair]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aude Lehmann, « Porcius Licinus, poète et philologue du "cercle" de Q. Lutatius Catulus », Ktèma, 35, 2010, p. 403-424.
  • The Fragmentary Latin Poets, ed. E. Courtney, Oxford, Clarendon Press, 1993, p.  70-74.
  • V. Sirago, La scuola neoterica, Paideia, Arona, 1947, p.  17-20.
  • G. Bernardi Perini, Valerio Edituo e gli altri: note agli epigrammi preneoterici, «Sandalion» 20, 1997, p.  15-41.
  • L. Nosarti, Filologia in frammenti, Bologne, Pàtron, 1999, p.  168-172.
  • Pierre Bergeron, Histoire analytique et critique de la littérature romaine, Bruxelles, 1840, lire en ligne .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple, dans le dernier vers, le verbe est accordé avec le prédicat nominal et non comme habituellement avec le sujet

Références[modifier | modifier le code]

  1. XIX, 9, 10.
  2. Apologie, 9.
  3. De Oratore, III, 225.
  4. « Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XVII, 21 » (consulté le 19 février 2012).
  5. « Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XIX, 9 » (consulté le 19 février 2012).