Porc-épic d'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Erethizon dorsata, Erethizon dorsatum, Erethizon dorsatus • Ourson coquau, Porc-épic nord-américain

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porc-épic et ourson.

Le Porc-épic d'Amérique (Erethizon dorsata) est une espèce de porcs-épics de la famille des Éréthizontidés. C'est l'unique espèce du genre Erethizon.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le porc-épic d'Amérique mesure de 63 à 103 cm dont 14,8 à 30 cm pour la queue[6]. Les mâles sont plus gros que les femelles[6].

Il pèse entre 3,3 et 9,5 kg, mais certains individus peuvent atteindre 18 kg[6].

Il est entièrement noir à l'exception de l'extrémité de certains piquants qui sont blanc crème. Son dos et sa queue sont recouverts par plus de 30 000 longs poils durs et piquants[6].

Comportement[modifier | modifier le code]

Écorce d'un érable à sucre mangée par un porc-épic

Il passe beaucoup de temps dans les arbres, son sens de l'équilibre et ses longues griffes en font un excellent grimpeur.

Il possède 30 000 piquants qui sont susceptibles de se planter dans la peau d'un adversaire; mais le porc-épic d'Amérique préfère éviter l'affrontement en claquant des dents et en émettant une odeur acre issue d'une glande sous-caudale.

[réf. nécessaire] Il dort dans un arbre creux ou une cavité rocheuse.

Le porc-épic a une allure maximale de 2 km/h[réf. souhaitée].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet animal se nourrit d'écorce, de feuilles, d'aiguilles de pins, et parfois de graines et de fruits.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Un seul petit vient au monde après 7 mois de gestation; ses piquants sont courts et mous. La longévité peut atteindre 18 ans.

[réf. nécessaire]

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Il habite toute l'Amérique du Nord : essentiellement en forêts, mais aussi dans les déserts et la toundra.

Il s'adapte sans problème aux régions boréales, où sa distribution s'étend jusqu'à la limite des arbres. Parfois il pénètre les zones habitées parce que, pense-t-on, il recherche du sodium qu'il trouve là sous forme de sel laissé par la transpiration [réf. souhaitée].

Variation cyclique de la densité de population[modifier | modifier le code]

Une étude menée par Dominique Berteaux, professeur au Département de biologie, chimie et géographie de l'Université du Québec à Rimouski[7], dévoilée en 2009 et menée sur une période de 9 ans, met en lumière une fluctuation majeure de la population du porc-épic d'Amérique qui suit un cycle de 11 ou 22 ans. La courbe de densité de population montre une forte corrélation avec celle du cycle des radiations solaires, mais légèrement décalée dans le temps. Le professeur Berteaux détermine que le taux de prédation que subit le porc-épic en hiver est fortement influencé par la quantité de neige au sol, qui est elle-même fonction de l'activité solaire.

Classification[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), et le genre en 1823 le zoologiste français Frédéric Cuvier (1773-1838), frère du célèbre naturaliste Georges Cuvier.

Les auteurs hésitent encore à nommer cet animal : Erethizon dorsata[8], Erethizon dorsatum[9] ou Erethizon dorsatus[10].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Mammal Species of the World (9 février 2014)[8] :

  • sous-espèce Erethizon dorsata bruneri
  • sous-espèce Erethizon dorsata couesi
  • sous-espèce Erethizon dorsata dorsata
  • sous-espèce Erethizon dorsata epixanthus
  • sous-espèce Erethizon dorsata myops
  • sous-espèce Erethizon dorsata nigrescens
  • sous-espèce Erethizon dorsata picinum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0444518770, 9780444518774. 857 pageRechercher dans le document numérisé
  2. Voir cette espèce sur le site idRef
  3. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  4. a et b Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  5. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  6. a, b, c et d Jacques Prescott et Pierre Richard, Mammifères du Québec et de l'Est du Canada, Waterloo, Éditions Michel Quintin,‎ 1996, 399 p. (ISBN 2-89435-081-3), p. 171–173
  7. La dynamique des porcs-épics du parc national du Bic, tiré à part de la revue Le Naturaliste canadien
  8. a et b Mammal Species of the World, consulté le 9 février 2014
  9. UICN, consulté le 9 février 2014
  10. ITIS, consulté le 9 février 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases taxinomiques :

Autre site :