Popote roulante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au Québec, la Popote roulante est un service offert par des bénévoles aux personnes âgées, aux personnes en perte d'autonomie, temporaire ou permanente, aux malades chroniques et aux handicapés.

Le service consiste à offrir des repas chauds, livrés à domicile aux personnes ayant besoin d'un appui leur permettant de demeurer chez elles plutôt qu'en institution. Il s'agit donc de privilégier leur « indépendance » et de les soutenir dans leur volonté de demeurer dans leur environnement le plus longtemps possible. C'est un complément essentiel au maintien à domicile[1].

La Popote[2] roulante assure aussi la visite d'un bénévole impliqué et engagé qui a l'intérêt des bénéficiaires à cœur. Environ 300 groupes sont à l'œuvre au Québec, offrant une aide tangible aux milliers de leurs concitoyens vivant une situation de perte d'autonomie. Au cours de l'année 2004, les bénévoles des quatre coins du Québec ont livré un million de repas. Pendant cette période, il y avait plus de 16 000 bénévoles œuvrant au sein des popotes roulantes.

Historique[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni fut l'un des premiers pays les plus touchés par les pertes de vie et les dégâts causés par les multiples bombardements. Pour aider la population civile à surmonter les nombreuses difficultés, le Womens Voluntary Service (WVS) est formé. Un de ses principaux mandats est l'organisation des services alimentaires d'urgence. À la fin des hostilités, le gouvernement demande au WVS de poursuivre son œuvre auprès des prisonniers et des aînés. Ainsi, en 1947, à Welwyn Garden City, dans le comté de Worcestershire, les premières popotes roulantes sont livrées.

En 1954, la Popote traverse l'Atlantique par l'entreprise d'un étudiant britannique venu étudier à Philadelphie. Au Québec, grâce à la collaboration de l'Ordre Victorien des Infirmières, du Centre d'Action bénévole de Montréal et de plusieurs bénévoles dévoués, la première Popote roulante a vu le jour à l'église St-Matthias, à Westmount (Montréal). Le nombre de groupes offrant ce précieux service a depuis augmenté considérablement. Il en existe aujourd'hui environ 300 au Québec.

Au fil des années, la Popote a dû s'adapter à la demande croissante et aux changements sociaux et économiques. Le changement majeur concerne la préparation des aliments : un bon nombre d'organismes collaborent avec divers fournisseurs pour la réalisation de ces tâches.

Ce qui demeure incontournable dans la mise en œuvre d'un tel projet, c'est la participation de milliers de bénévoles. Ceux-ci représentent la pierre angulaire des Popotes roulantes.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les bénéficiaires de la Popote sont référés principalement par un Centre local de services communautaires (CLSC), ainsi que par des médecins, infirmières et autres intervenants en mesure d'évaluer leurs besoins.

Une Popote roulante est composée généralement d'une vingtaine de bénévoles qui travaillent, à tour de rôle, en équipe de sept ou huit : un cuisinier, deux aides-cuisiniers, un chauffeur, deux baladeurs, deux plongeurs.

Chaque région du Québec s'investit à sa façon dans le service de la Popote roulante, en fonction des besoins de sa clientèle, des particularités de son environnement. À Montréal par exemple, pour faciliter la livraison des repas, le Santropol Roulant utilise toute l'année des bicyclettes équipées de boites isolantes. Les bénévoles de la Popote de Chevery[3], sur la Basse-Côte-Nord, effectuent quant à eux, la livraison des repas en motoneige lors de la période hivernale et en véhicule tout-terrain l'été. À Laval, il y a neuf popotes roulantes indépendantes et autonomes qui préparent et vont livrer aux domiciles de 2 000 personnes âgées ou en perte d'autonomie permanente ou momentanée plus de 100 000 repas chauds et nourrissants. Ceux -ci sont préparés sous la surveillance de professionnels de la santé par une centaine d'employés rémunérés et environ 500 bénévoles dont l'âge moyen est d'environ 70 ans.

À Montréal, l'APRMM prépare des milliers de repas dans sa cuisine centrale située au cœur de la Petite Bourgogne. Cette cuisine établie depuis 1999, est opérée par un personnel qualifié, salarié accompagné dans leur travail par des bénévoles et des personnes en réinsertion sociale. L'APRMM offre des services de repas chauds, surgelés et en purée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Portail Québec
  2. La popote est un terme familier qui désigne la cuisine et la nourriture simple qu’on prépare : « Faire sa popote quotidienne »
  3. Club des citoyens seniors de Chevery

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]