Liste de ponts de la Charente-Maritime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ponts de la Charente-Maritime par longueur[modifier | modifier le code]

La longueur d'un pont est mesurée entre culées, c'est-à-dire entre extrémités. Un ouvrage d'art est dit non courant dès que sa longueur dépasse 100 mètres. Il est dit exceptionnel lorsqu'elle dépasse 500 mètres. La liste ci-après présente les ponts les plus longs de Charente-Maritime, classés par ordre de longueur décroissante.

Image Nom Longueur
(m)
Portée
principale (m)
Type Inauguration Communes reliées
Pont île de Ré01.jpg Pont de l'île de Ré 2927 110 Pont à poutres cantilever poutre-caisson, hauteur variable 1988 La Rochelle et Rivedoux-Plage
Pont Oléron2.JPG Pont de l’île d’Oléron 2862 80 Pont à poutres cantilever poutre-caisson, hauteur variable 1966 Le Château d'Oléron et Bourcefranc-le-Chapus
Martrou.jpg Viaduc de l'Estuaire de la Charente ou Viaduc du Martrou 1132 1991 Échillais et Rochefort
Pont de la Seudre.JPG Pont sur la Seudre 957 Pont à poutres cantilever poutre-caisson, hauteur variable 1972 Marennes et La Tremblade
Pont de l'A 837 sur la Charente 900 1999 Crazannes
Pont de Tonnay-Charente.jpg Pont suspendu de Tonnay-Charente 623 90 1842 Tonnay-Charente
Pont de l'A 10 sur la Charente 340 1981 Taillebourg
Pont transbordeur de rochefort2.jpg pont transbordeur de Rochefort 175 175 1900 Échillais et Rochefort

Caractéristiques des ponts de Charente-Maritime[modifier | modifier le code]

Le Pont de l'île de Ré, deuxième pont le plus long de France (2 927 mètres) derrière le pont de Saint-Nazaire (3 356 mètres), relie l'île (commune de Rivedoux-Plage) au continent (ville de La Rochelle). Ce pont est payant.

Le pont de l'île d'Oléron, inauguré en août 1966, est le second plus long du département avec 2 862 m, reliant l'île (commune du Château d'Oléron) au continent (commune de Bourcefranc-le-Chapus).

L'actuel viaduc de Rochefort, long de 1 132 mètres, permet de traverser la Charente. Il relie les communes d'Échillais et Rochefort. Il a une longueur de 1 200 m. Il est le troisième d'une série de ponts sur le fleuve à cet emplacement. Le premier est le pont transbordeur de Rochefort, quelques centaines de mètres en amont du fleuve, construit en 1900, qui a échappé à la destruction en étant classé aux monuments historiques en 1976. Il a été réhabilité en 1994 et a une activité touristique pour les piétons et vélos. Au début des années 1960, la nacelle ne pouvait plus supporter les quelques 1 200 véhicules quotidien. Un second ouvrage levant, est inauguré le 5 février 1967, constitué de deux piles en béton armé et d'une travée levante de 92 mètres de portée. Enfin, l'actuel viaduc sera inauguré le 30 mai 1991, évitant les longues files d'attente estivales dues aux levées de l'ancien pont pour laisser passer les bateaux. Le pont levant sera démoli quelques mois plus tard[1].

Le pont de la Seudre enjambe la Seudre à son embouchure ; il relie les communes de La Tremblade et Marennes. Il a une longueur de 957 mètres.

Le pont de Saint-Clément sur la N 137, construit en béton armé, a été inauguré en 1964 à Tonnay-Charente. Il permet le franchissement de la Charente un kilomètre en amont du le vieux pont suspendu qui sera ensuite interdit à la circulation[2].

Ponts présentant un intérêt architectural ou historique[modifier | modifier le code]

Les ponts de Charente-Maritime inscrits à l'inventaire national des monuments historiques sont recensés ci-après :

Sources[modifier | modifier le code]

Base de données Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Blier, Histoire des transports en Charente-Maritime, Le Croît vif,‎ 2003, 252 p. (ISBN 2-907967-80-0), p. 159
  2. Gérard Blier, Histoire des transports en Charente-Maritime, Le Croît vif,‎ 2003, 252 p. (ISBN 2-907967-80-0), p. 155

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Blier, Histoire des transports en Charente-Maritime, Paris, Le Croît vif,‎ mars 2003, 252 p. (ISBN 2-907967-80-0)