Ponts-et-Marais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ponts.
Ponts-et-Marais
Église Saint-Valéry.
Église Saint-Valéry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Eu
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale de Bresle maritime
Maire
Mandat
Marylise Bovin
2014-2020
Code postal 76260
Code commune 76507
Démographie
Gentilé Pontois
Population
municipale
800 hab. (2012)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 40″ N 1° 26′ 47″ E / 50.0444, 1.446450° 02′ 40″ Nord 1° 26′ 47″ Est / 50.0444, 1.4464  
Altitude Min. 6 m – Max. 142 m
Superficie 5,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ponts-et-Marais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ponts-et-Marais

Ponts-et-Marais est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Ses habitants sont les Pontoises et les Pontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Traversé par la Bresle, le village est accessible, au niveau routier, par les axes Eu-Gamaches, aussi bien du côté normand (RD 49) que du côté picard (RD 1015).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Haelermus de Ponte est relevé en 1175, Le Pont et Hapud Pont en 1214 et enfin Ponts et Marais en 1830[1]. Le village tient son nom du pont permettant à la voie romaine Eu-Beauvais, dite chaussée Brunehaut, de franchir la Bresle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ponts-et-Marais est née de la fusion des communes de Marais-normands et de Ponts, avant 1820 (date non-précise). Harencourt était également une paroisse distincte qui est aujourd'hui associée à la commune de Ponts-et-Marais[1].

Une filature est créée en 1846. Elle sera transformée en papèterie puis en cartonnerie en 1963. L'activité papèterie ferme en 1994. Employant encore 75 salariés, l'établissement Smurfit-Kappa ferme définitivement le 20 février 2015[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La population (500 à 1 000 habitants) détermine le nombre de conseillers municipaux, fixé à quinze.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Marylise Bovin    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La localité relève :

- du tribunal de grande instance de Dieppe(à 29 km),
- du tribunal pour enfants de Dieppe,
- du tribunal d'instance de Dieppe,
- du tribunal de commerce de Dieppe,
- du conseil de prud'hommes de Dieppe.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Les revenus fiscaux de la commune proviennent de plusieurs types d’impôts. Les pourcentages de l'imposition étaient en 2010 de[3] :

Taxe Part communale Part Intercommunalité Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 9,51 % 1,54 % 7,49 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 24,01 % 3,87 % 15,10 % 4,42 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 30,47 % 5,92 % 26,09 % 9,20 %
Cotisation foncière des entreprises (ex-TP) 20,36 % 3,39 % 0,00 % 0,00 %

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 800 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
207 208 255 276 274 291 301 274 271
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
259 249 258 250 309 354 306 385 435
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
538 540 606 585 663 712 668 787 755
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
791 773 854 793 828 838 841 800 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Valéry. Saint Valery aurait été baptisé dans l'église primitive. Le beffroi de l'église actuelle renferme une cloche datée de 1783[1].
  • Le stade de football Alphone Bountry est le terrain de jeu du RCP (Racing club pontois).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de la communauté de communes.
  2. Les salariés enterrent la seule usine du village, Courrier picard, Picardie maritime, 21 février 2015, p.5.
  3. url=http://www.taxe.com/index-impots-seine-maritime-ponts-et-marais~76507.html
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :