Pontaillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontaillac
La plage et le front de mer de Pontaillac
La plage et le front de mer de Pontaillac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Ville Royan et Vaux-sur-Mer
Arrondissement Rochefort
Canton Royan-Ouest
Étapes d’urbanisation 1856
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 12″ N 1° 01′ 48″ O / 45.62, -1.0345° 37′ 12″ Nord 1° 01′ 48″ Ouest / 45.62, -1.03  
Transport
Bus Cara'Bus
Localisation
Quartiers de Royan
Quartiers de Royan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontaillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontaillac

Pontaillac est un quartier résidentiel de Royan situé à l'ouest de la commune. La partie nord-ouest du quartier appartient à la commune de Vaux-sur-Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quartier de Pontaillac doit sa naissance au fait qu'en 1850, Jean Lacaze, entrepreneur de Bordeaux, avait remarqué que la plage recevait de plein fouet la lame du large. Dans le but de spéculer, il y fit des analyses d'eau, et demanda concession des tannes de Pontaillac à la préfecture de La Rochelle. Cependant, les analyses furent réalisées par son ami M. Cheylack et celui-ci le devança. Jean Lacaze dut partager les concessions avec 8 autres propriétaires, après négociations et jugement, il finit par posséder les dunes en 1855. En mars 1856 fut posé la première pierre de la villa Jean-Lacaze, devenue par la suite hôtel de l'Europe puis hôtel du Golf.

Article détaillé : Hôtel du Golf de Royan.

Un phare, renversé par une tempête en 1885, fut également édifié sur le plateau cette même année.

Le premier lieu de culte fut édifié en 1870 : il s'agit de l'église Notre-Dame de l'Assomption, complétée en 1891 par l'église Notre-Dame-des-Anges. Les voies furent créées assez larges pour permettre au vent d'aérer la forêt.

En 1872, le docteur Auguste Guillon crée un établissement thermal sur la falaise, répondant à la mode des « cures marines » qui faisaient sensation à l'époque. Des « baignoires » d'eau de mer sont creusées à même la falaise : celles-ci sont toujours visibles actuellement.

Cependant, le maire de l'époque, le comte de la Grandière, voyait en Pontaillac une rivale. La création de voie directe vers Royan fut difficile. Jusqu'en 1862, le boulevard de Cordouan était l'unique desserte de la ville, et il fallut vingt ans pour obtenir l'accord de la création de l'avenue de Paris par le maire de Royan Frédéric Garnier. On crut bon également de donner aux rues le nom des villes d'où venaient les nombreux touristes. Le casino de Royan et les montagnes russes de Pontaillac étaient les deux grandes attractions de cette époque. Relativement épargné par les bombardements de 1945, le quartier conserve une partie de ses infrastructures. En 1947, alors que le centre-ville était encore réduit à un champ de ruines, le tour de France fit étape à Pontaillac.

Le 4 avril 1984 fut signée une convention qui mit définitivement fin à la concurrence entre Royan et Pontaillac.

Depuis 2003, le quartier a été profondément réaménagé : la " Façade de Verthamon " (Front de mer) accueille ainsi une nouvelle promenade en revêtement de bois, un belvédère et une roseraie dominant la plage. Celle-ci est également mise en valeur par une série de projecteurs, illuminant le site jusqu'à 2 heures du matin.En été, les illuminations sont accompagnées de musique depuis le coucher du soleil jusqu'à environ 23 heures 30. Ce dispositif mis en œuvre par l'équipe de Daniel Szabo permet promenades, baignade mais aussi surf nocturne[1].
De fait, la plage de Pontaillac, qui accueille le club de surf de la ville, fort de 1400 adhérents, est un important « spot » de la région. Il est plus spécifiquement utilisé par les débutants ou comme « spot de repli »[2].

Article détaillé : Pontaillac (spot de surf).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1er d’azur au chevron de sable accompagné de trois aiglettes d’or, becquées et membrées de gueules, au 2e de gueules au phare perronné d’argent, au 3e de gueules à la branche de chêne de sinople, fruitée d’argent, au 4e fascé or et de sable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Delmas, Pontaillac, histoire d'une conche de Royan, Bonne Anse, 104 pages, Vaux-sur-Mer, 2003 (ISBN 2-914463-05-7)
  • Yves Delmas, Royan, Yves Delmas, 93 pages, Royan, 1991
  • Guy Binot, Histoire de Royan et de la presqu'île d'Arvert, Le Croît vif, 432 pages, Paris, 1994 (ISBN 2-907967-17-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :