Pont de l'Alma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alma.
Pont de l'Alma
Vue de nuit.
Vue de nuit.
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Localité Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 51″ N 2° 18′ 06″ E / 48.864167, 2.30166748° 51′ 51″ N 2° 18′ 06″ E / 48.864167, 2.301667  
Fonction
Franchit la Seine
Fonction Viaduc routier
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 153 m
Largeur 42 m
Matériau(x) Maçonnerie
Construction
Construction 1854-1856 puis 1970-1974
Architecte(s) Hyacinthe Gariel, P.-M. G. de Lagalisserie,
puis J.F. Cosne, C. Blanc,
A. Arsac, M. Dougnac
Entreprise(s) Entreprise Dodin

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Pont de l'Alma

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Pont de l'Alma

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont de l'Alma

Le pont de l'Alma est un pont situé à Paris traversant la Seine. Son nom rappelle la bataille de l'Alma (1854) en Crimée.

L'extrémité nord du pont est desservie par la station du métro Alma - Marceau, et l'extrémité sud, par la gare du RER Pont de l'Alma.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce pont relie le quai Branly (dans le 7e arrondissement, sur la rive gauche) à l'avenue de New-York (dans les 8e et 16e arrondissements, sur la rive droite). Sur la rive droite il sépare les ports de la Conférence et Debilly, et sur la rive gauche, ceux du Gros-Caillou et de La Bourdonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont est construit de 1854 à 1856 sous la direction de Hyacinthe Gariel. Il est inauguré par Napoléon III le 2 avril 1856 (initialement son inauguration était prévue pour l'exposition universelle de 1855).

Pour l'exposition universelle de 1900, le pont a été doublé en amont par une passerelle, dite passerelle de l'Alma[1].

De 1970 à 1974, le pont est entièrement remplacé, du fait de son étroitesse et d'un tassement.

Les 4 statues[modifier | modifier le code]

Sur l'ancien pont, chacune des deux piles était décorée, côté amont et côté aval, par une statue représentant un des quatre régiments ayant valeureusement combattu lors de la guerre de Crimée : un zouave et un grenadier sculptés par Georges Diebolt, un chasseur à pied et un artilleur sculptés par Auguste Arnaud.

Le pont reconstruit entre 1970 et 1974 ne possédant plus qu'une seule pile, seul le zouave a été conservé (mais pas du même côté), et les trois autres statues ont été déplacées :

Zouave et crues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zouave du pont de l'Alma.

La statue du zouave sert d'instrument populaire de mesure des crues de la Seine. Lorsque le niveau de la Seine atteint les pieds de ce zouave, les voies sur berges sont en général fermées. Lorsque l'eau monte jusqu'aux cuisses du zouave, la Seine n'est plus navigable. Lors de la crue historique de 1910, l'eau est montée jusqu'aux épaules.

Suite à son haussement en 1970; le zouave est désormais plus haut qu'à l'origine, le mettant à l'abri de ses ablutions habituelles. À repère égal, les crues qu'il signale sont donc plus graves. L'administration mesure le niveau des crues au pont de la Tournelle.

Fait divers[modifier | modifier le code]

Flamme du Pont de l'Alma, l'entrée du tunnel se trouve derrière, le pont (non visible) juste à gauche.

Le pont de l'Alma est situé à proximité du tunnel où la princesse de Galles (Lady Di) a trouvé la mort en août 1997. Ce tunnel, souvent appelé tunnel du pont de l'Alma, se trouve en fait entre le pont et la place de l'Alma. Au surplomb de ce tunnel, se dresse la Flamme de la Liberté, réplique grandeur réelle de la flamme de la Statue de la Liberté. Ce monument, offert par le journal International Herald Tribune en 1987, commémore l'amitié franco-américaine et remercie la France pour la restauration de la statue de la Liberté. Elle a été détournée de sa fonction initiale et est devenue spontanément un lieu de recueillement pour les admirateurs de la Princesse défunte. Le monument officiel commémorant le décès de la princesse est, en fait, dans un jardin du quartier du Marais.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans la chanson[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par la station de métro Alma - Marceau.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :