Pont de Craigellachie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Craigellachie.
Pont de Craigellachie
Image illustrative de l'article Pont de Craigellachie
Géographie
Pays Royaume-Uni
Nation Écosse
Localité Craigellachie
Coordonnées géographiques 57° 29′ 27″ N 3° 11′ 37″ O / 57.490876, -3.193674 ()57° 29′ 27″ N 3° 11′ 37″ O / 57.490876, -3.193674 ()  
Fonction
Franchit le Spey
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Portée principale 46 m m
Matériau(x) fonte
Construction
Construction 1812-1814
Concepteur Thomas Telford
Historique
Protection  Classé en catégorie A[1]

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Pont de Craigellachie

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Pont de Craigellachie

Le pont de Craigellachie (Craigellachie bridge en anglais) est un pont en arc en fonte situé à Craigellachie près du village d'Aberlour dans le Moray en Écosse. Il a été conçu par l'ingénieur civil Thomas Telford et construit de 1812 à 1814. Ce pont était révolutionnaire pour son époque, puisque formé d'une seule travée de 45,7 m, avec une arche extrêmement élancée et ne faisant pas appel à la maçonnerie traditionnelle. Restauré en 1964, il constitue un monument classé en catégorie A depuis 1972 et est reconnu comme « monument du génie civil[2] » par l'Institution of Civil Engineers.

Description[modifier | modifier le code]

Représentation du pont tirée du livre de 1838, Atlas to the Life of Thomas Telford.

Le pont est construit à un emplacement où le cours du Spey se rétréci en raison d’un effleurement de gneiss.

A chacune de ses extrémités, deux tours de 15 m de haut s'élèvent dans un style médiéval incluant meurtrières et créneaux, et supportent les 45,7 m de l’arche en fonte.

La culée sud du pont en 2003

Des analyses réalisées dans les années 1960, ont révélé que la fonte du pont avait une résistance à la traction inhabituellement élevée et probablement spécifiée par Telford.


Historique[modifier | modifier le code]

Comme pour de nombreux autres ponts de Telford, la ferronnerie fut coulée à la fonderie Plas Kynaston à Cefn Mawr, près de Ruabon dans le Denbighshire par William Hazledine. Elle fut transportée en péniche via le canal d'Ellesmere, le pont-canal de Pontcysyllte, et la mer jusqu'à Speymouth, où elle fut chargée dans des wagons et acheminée sur site.

Le pont fut utilisé régulièrement jusqu'en 1963, avant d'être fermé pour d'importants travaux de restauration. Les garde-fous et écoinçons furent remplacés par de nouveaux spécialement réalisés pour correspondre aux originaux. La circulation fut également interdite aux véhicules de plus de 14 tonnes, ce qui, avec le tournant en angle-droit de l'extrémité nord du pont, le rendit peu accessible aux véhicules modernes. Malgré cela, il continua d'être utilisé pour franchir le Spey jusqu'en 1970 où un nouveau pont en béton armé fut inauguré à une centaine de mètres à l'est. Le pont de Telford demeure toutefois en bonne condition et est toujours ouvert aux piétons et cyclistes.

Le pont a inspiré une célèbre danse Strathspey, écrite par William Marshall en 1814.

Il fut également l'emplacement d'une parade lors de la fusion des régiments The Gordon Highlanders et The Queen's Own Highlanders (Seaforth and Camerons) donnant celui The Highlanders en 1994. Une plaque apposée au parapet commémore cet évènement à côté d'une autre posée lors de la restauration du pont en 1964.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Historic Scotland, « Notice no 2357 », sur hsewsf.sedsh.gov.uk.
  2. « civil engineering landmark »
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Craigellachie Bridge » (voir la liste des auteurs)
  • Nelson, Gillian. Highland Bridges. Aberdeen University Press. 1990. ISBN 0-08-037744-0
  • Paxton, Roland. Thomas Telford's Cast-Iron Bridges, Proceedings of the Institution of Civil Engineers, Volume 160, Special Issue One. ISSN 0965-089-X

Liens externes[modifier | modifier le code]