Pont de Busan-Geoje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont de Busan-Geoje I
Panorama des deux ponts Geoga et de l'île de Jeo
Panorama des deux ponts Geoga et de l'île de Jeo
Géographie
Pays Corée du Sud
Localité Busan
Coordonnées géographiques 35° 00′ 55″ N 128° 45′ 12″ E / 35.015288, 128.75330735° 00′ 55″ N 128° 45′ 12″ E / 35.015288, 128.753307  
Fonction
Fonction pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont à haubans
Longueur 1 870 m
Portée principale 475 m
Construction
Construction 2004-2010
Mise en service 14/12/2010

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

(Voir situation sur carte : Corée du Sud)
Pont de Busan-Geoje I

La liaison Busan-Geoje est un ensemble d'ouvrages d'art de 8,2 km qui relie la ville de Busan à l'île de Geoje. Il est composé d'un tunnel et de deux ponts prenant appui sur deux îlots intermédiaires. Son nom est le "pont Geoga" (거가 대교). Il fut ouvert au public le 13 décembre 2010[1] et raccourcit la distance à parcourir de 60 km entre Busan et l'île de Geoje. Ce pont possède deux voies de chaque côté et fait partie de la route nationale 58[2].

Carte du pont de Busan-Geoje

Cette construction facilite l'accueil de touristes sur l'île de Geoje. Cela permet également d'économiser 300 millions de dollars grâce au raccourcissement de la distance entre les deux villes reliées[3].

La première section consiste en un tunnel immergé long de 3,2 km descendant à 48 mètres sous la mer et reliant le continent à l'île de Jungjuk. Le passage entre l'île de Jungjuk et celle de Jeo est assuré par un pont à haubans comprenant trois pylônes avec une portée principale de 230 mètres (2 fois) pour une longueur totale de 1,65 km. Le plus grand des ponts relie Jeo avec Geoje. D'une longueur totale de 1,87 km, c'est aussi un pont à haubans avec deux pylônes hauts de 156 mètres pour une portée de 475 mètres.

Construit par un consortium mené par Daewoo Engineering & Construction, le coût du projet a été estimé à 1,8 milliards de dollars financé par un partenariat public-privé avec un contrat de 40 ans, le gouvernement assurant un quart des coûts[4]. Le refinancement est assuré par un péage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :