Pont Henri-Konan-Bédié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont Henri-Konan-Bédié
Géographie
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région Région des Lagunes
Localité Abidjan
Coordonnées géographiques 5° 19′ 19″ N 3° 58′ 50″ O / 5.32201, -3.980615° 19′ 19″ N 3° 58′ 50″ O / 5.32201, -3.98061  
Fonction
Franchit la lagune Ébrié
Fonction viaduc routier
Caractéristiques techniques
Type pont en poutre-caisson
Longueur 1 500 m
Largeur 28 m
Matériau(x)
  • acier : 47 000 m3 (65 000 m3 incluant échangeur VGE)
  • bentonite
  • béton espagnol CM3 préfabriqué : 47 000 m3 (65 000 m3 incl. échangeur VGE)
  • précontrainte : 760 t (1 100 t incluant échangeur VGE)
Construction
Construction 1952 : première occurrence de l'idée
1996 : conception
1999 : première pierre posée par Daniel Kablan Duncan
7 septembre 2012 : lancement de la construction[1]
juin 2013 : réalisation des premiers pieux
novembre 2013 : pose du premier caisson
17 juin 2014 pose du dernier caisson
Mise en service prévue pour la mi-décembre 2014
Maître d'ouvrage SOCOPRIM[2]
Entreprise(s) Ageroute
Bouygues Travaux Publics
Bureau Veritas

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

(Voir situation sur carte : Côte d'Ivoire)
Pont Henri-Konan-Bédié

Le pont Henri-Konan-Bédié est un pont-autoroute à péage en construction à Abidjan. Il a été conçu en 1996 dans le but de réduire le trafic passant par le Plateau, via les ponts Félix-Houphouët-Boigny et Général-de-Gaulle, et pour faciliter les trajets entre la commune de Cocody et Abidjan sud.

Selon les responsables de la SOCOPRIM, le pont permettra de réduire de 1h15 le temps de trajet de Cocody à Marcory, et de diminuer de 90 000 tonnes annuelles les rejets de CO2 pour ce trajet.

Genèse[modifier | modifier le code]

L'idée du projet de pont Riviera-Marcory tient ses origines dans le plan d'urbanisme BADANI de 1952 (à l'origine de la transformation d'Abidjan en ville industrielle et commerciale), puis dans le plan SETAP de 1960 (acronyme issu de la Société pour l’étude technique d’aménagements planifiés, à l'origine de ce plan) qui rectifiait certaines des imperfections du précédent[3]. Ces deux plans d'urbanismes ont définis les principaux boulevards d'aujourd'hui avec une attention particulière à l'île de Petit-Bassam, le Plateau, mais aussi et surtout Cocody. La planification de l'époque mettait un accent particulier sur les routes, l'habitat et les équipements sociaux-culturels, mais se basait sur le principe de concentration des activités et des populations sur une surface peu étendue. De nombreux problèmes suites aux failles de ces plans ont poussé l’État de Côte d'Ivoire à se pencher sur les nouveaux problèmes et enjeux urbanistiques d'Abidjan. Il fût ainsi décidé de remettre en cause les dogmes et projets restants des plans BADANI et SETAP, mettant en sommeil plusieurs projets dont celui d'un pont reliant à l'époque Cocody-Danga à l'actuelle commune de Marcory[4].

Il aura fallu une forte croissance et extension de l'agglomération d'Abidjan, et la mise en œuvre de plusieurs plans d'urbanismes au cours des années 1970 et 1980, pour que ce projet de pont soit à nouveau à l'étude. La conception de l'ouvrage est finalement achevée début 1996, dans le cadre du programme des « Douze Travaux de l’Éléphant d’Afrique ». Un appel d'offre international est lancé en juillet 1996, menant à la signature du contrat de concession le 14 novembre 1997. La première pierre du pont, alors nommé Riviera-Marcory est posée le 18 janvier 1999 lors d'une cérémonie solennelle à l'Institut national de la jeunesse et des sports, en présence d'un important parterre de personnalités politiques parmi lesquelles :

Le chantier est brutalement mis en sommeil suite au coup d'État de décembre 1999 : les bailleurs de fonds du projet perdent confiance et se désengagent. Cette situation perdurera pendant toute la période de crise politico-militaire. Il faudra attendre l'année 2008 pour voir réapparaitre une volonté politique de relancer le chantier, sous l'impulsion de Patrick Achi en tant que ministre des infrastructures économiques.

Construction[modifier | modifier le code]

Ce ne sera que courant 2011, avec la normalisation de la situation politique, que de nouveaux contrats sont signés, permettant la relance du chantier marquée par une nouvelle cérémonie officielle le 7 septembre 2011, à laquelle assistent le président en exercice Alassane Ouattara et l'ancien président Henri Konan Bédié, dont le nom est désormais donné au pont, qui sera le plus long de Côte d'Ivoire. Sa construction s'accompagne de celle d'un nouvel échangeur à trois niveaux sur le boulevard Valéry Giscard d'Estaing[5]. L'ensemble de la construction est assurée par le groupe Bouygues et représente un coût total estimé à près de 152 milliards de francs CFA (232 millions d`euros)[6].

Le projet entier est constitué de trois parties :

  • la partie Nord côté Riviera, longue de 2,7 km en 2x2 voies partant du boulevard Mitterrand au niveau de l’École de Police jusqu'en bordure de la lagune Ébrié, auxquelles s'ajoutent une digue de 400 m ;
  • le pont Henri-Konan-Bédié, long de 1,5 km en 2x3 voies, d'une largeur de 28 m dont 3 m de trottoir, et dont les fondations vont de 30 m à 80 m de profondeur, relie la digue de la Riviera à la rive de Marcory ;
  • la partie Sud côté Marcory, longue de 2 km en 2x3 voies, relie le bord lagunaire au boulevard Giscard d'Estaing, se raccordant à l'échangeur éponyme. Des voies latérales sont destinées aux riverains de cette zone très habitée.

La construction du pont Henri-Konan-Bédié est un projet qui a fait appel à 1400 ouvriers (dont 11% de femmes) en quasi-totalité ivoiriens. Le chantier impliqua une collaboration entre des ingénieurs français et ivoiriens, issus de l'Institut polytechnique Houphouët-Boigny. Les pieux et les caissons des ponts sont construits sur place tandis que le béton utilisé, le CM3 provenant d'Espagne, est modifié chimiquement pour convenir aux conditions locales via l'ajout d’adjuvants. De la bentonite est utilisée pour effectuer le coffrage des pieux.

Liens connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]