Poncins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poncins (homonymie).
Poncins
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Feurs
Intercommunalité Communauté de communes de Feurs en Forez
Maire
Mandat
Julien Duché
2014-2020
Code postal 42110
Code commune 42174
Démographie
Population
municipale
926 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 43″ N 4° 09′ 46″ E / 45.7286111111, 4.1627777777845° 43′ 43″ Nord 4° 09′ 46″ Est / 45.7286111111, 4.16277777778  
Altitude Min. 331 m – Max. 393 m
Superficie 20,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Poncins

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Poncins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poncins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poncins

Poncins est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé au centre de la plaine du Forez, Poncins est situé au confluent du Vizézy et du Lignon du Forez. Son territoire est très majoritairement occupé par des exploitations agricoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Poncins est un site habité depuis des temps immémoriaux. On trouve des vestiges gallo-romains sur la commune. Poncins apparaît comme paroisse depuis 984. Les habitants de Poncins sont les Poncinois.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Poncins (Loire).svg

Les armoiries de Poncins se blasonnent ainsi :

D’or à la bande ondée d’azur chargée d’un ombre [poisson] d’argent nageant dans le sens de la bande, accompagnée à senestre de deux cerises tigées et feuillées et à dextre de trois cerises tigées, le tout au naturel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1940 1944 Joseph Pagnon   Maire
1944 1953 Bonnafay   Maire
1953 1957 Claude Beau   Maire
1957 1989 Antoine Pépin   Maire
1989   Julien Duché DVG Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 926 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445 531 531 531 560 619 628 704 675
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
707 712 906 842 835 908 920 918 915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
890 916 964 745 716 735 681 592 601
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
582 579 546 632 679 754 826 836 926
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Village traditionnellement agricole, le choix des administrations locales successives fut de développer la capacité d'accueil résidentielle : Aujourd'hui, la majorité des habitants travaille dans des communes extérieures :Feurs, Montbrison et même Saint-Étienne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église du village, consacrée à Saint Laurent, revue entièrement au XIXe siècle, garde un élément extrêmement intéressant: elle est l'une des très rares en France à avoir gardé un clocher en bois. Son chœur est du XIIIe, son abside du XVe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marguerite Gonon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marguerite Gonon.

Elle est née à Saint-Étienne en 1914, obtenant son certificat d'étude à une époque encore peu favorable aux filles, elle fut institutrice, chercheur puis ingénieur au C.N.R.S.. Docteur ès-lettres, historienne, pendant longtemps habitante de Poncins elle est décédée à Feurs en mai 1996 ; auteur de nombreux travaux concernant notamment l'histoire et le patois du Forez. Médiévaliste reconnue (en particulier pour sa région natale du Forez), elle est l'auteur d'un DVD sur le Moyen Âge où elle raconte avec passion le quotidien des habitants du Forez à cette époque.

Charles Beauverie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1839, Il fut élève de l'École impériale des beaux-arts de Lyon. Il s’inscrit à l’atelier de Gleyre, un des ateliers les plus renommés de Paris (il peint alors la forêt de Fontainebleau). Après la guerre de 1870, l’École de Barbizon s’atténue, et Beauverie peint les rives de l’Oise, les miroitements de l’eau. Il souhaite résider à Poncins, sur les rives du lignon, près de Feurs. Il y meurt en 1923.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :