Pommy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme pommy, souvent raccourci en pom, est une expression couramment utilisé par les Australiens, Canadiens, Néozélandais, et parfois les Sud-Africains pour nommer les Anglais (et plus rarement les Britanniques).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Deux origines sont avancées pour le terme:

1. D'après l'Oxford English Dictionary, pom serait une contraction de pomegranate, mot anglais désignant le fruit appelé en français « grenade »[1]. Comme pour le terme « rosbif », c'est l'apparence de certains Anglais après quelques heures au soleil.

2. Une seconde explication largement répandue dit que POM est l'acronyme de « prisoner of (his/her) majesty » ou « prisoner of mother England »[2] (littéralement « prisonnier de sa majesté » ou « prisonnier de mère Angleterre »). L'Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande sont en effet membre du Commonwealth des Nations dont la reine d'Angleterre est le chef du gouvernement. Le terme POM est donc largement utilisé par les républicains, partisans de l'abolition de la monarchie et d'une indépendance complète vis-à-vis du Royaume-Uni.

Usage[modifier | modifier le code]

En Australie, une campagne de publicité diffusée dans la presse écrite et audiovisuelle en 2006, utilisait le terme « pom » pour qualifier la rivalité entre l'Angleterre et l'Australie pendant une compétition de cricket. L’association communautaire British People Against Racial Discrimination ("britannique contre la discrimination raciale") dépose une plainte devant l'Advertising Standards Board (ASB) arguant que le qualificatif serait "dénigrant", "offensant" et "raciste". A l'unanimité, l'ASB déboute les plaignants: le mot « pom » n'est pas considéré comme une injure, fait partie du langage vernaculaire australien, et est utilisé dans des termes espiègles et affectueux[3]. La Broadcasting Standards Authority (BSA) de Nouvelle-Zélande confirmera également que l'usage du mot n'est ni discriminatoire, ni dénigrante[4].

En langage populaire australien, « pommy bastard » est devenu une expression courante, particulièrement pendant les compétitions de cricket contre les Anglais[5]. Lors d'une visite aux victimes d’inondations du Queensland en 2011, le prince Charles de Galles remerciera ironiquement la nation australienne pour avoir été affublé de ce diminutif pendant sa jeunesse[6],[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Pommy », Online Oxford English Dictionary
  2. (en) « Pom », Wiktionary : « A devolution of “Prisoner of His/Her Majesty” or “POHM”; An acronym for “Prisoner of Mother England”. »
  3. (en) « Pom ruled not offensive », The Daily Telegraph,‎ 24 décembre 2006 (lire en ligne)
  4. (en) « 'Pommy git' okay, BSA rules », The New Zealand Herald,‎ 6 mai 2010 (lire en ligne)
  5. (en) « Pommy bastard », Urbandictionary
  6. (en) « Prince Charles says being called a 'Pommy bastard' in Australia was good for his character », The Australian,‎ 27 janvier 2011 (lire en ligne)
  7. (en) « HRH: Aussies called me a Pommy bastard », The Daily Telegraph,‎ 27 janvier 2011 (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]