Grenadille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pomme-liane)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenadille (homonymie).
Page d'aide sur les redirections « Fruit de la passion » redirige ici. Pour la chanson de Franky Vincent, voir Fruit de la passion (vas-y Francky c'est bon).

La grenadille (Passiflora edulis) est une plante grimpante de la famille des passiflores (Passifloraceae), originaire du Paraguay, Brésil et nord-est de l'Argentine.

Comparaison des formes pourpres et jaunes

Elle est cultivée pour ses fruits comme la vigne, sur des échalas et des fils de fer, dans les régions chaudes (correspondant à la zone de l'oranger). Ses fruits sont nommés fruits de la passion ou maracudja (mot créole [1], mot d'origine tupi pour la forme jaune). En Nouvelle-Calédonie, ils sont appelés pomme-lianes et à Haïti, grenadia. Au Brésil, on dit maracujá (pas de d écrit ni prononcé), mais en tupi, c'est mara kuya.

Il existe une forme jaune d'origine inconnue, nommée grenadille jaune (Passiflora f. flavicarpa). Elle se distingue de la forme pourpre (P. edulis f. edulis) par des zones de répartition naturelle distinctes et par des heures de floraison distinctes. La forme jaune flavicarpa est autostérile[2] alors que la forme pourpre est autofertile, son fruit est jaune à maturité alors que l'autre est pourpre profond et plus petit.

Variétés :

Il existe une centaine de variétés[3] :

  • 'Common Purple', cultivé à Hawaii
  • 'Black Knight'
  • 'Edgehill' cultivar aux fruits pourpres, semblable à 'Black Knight' mais encore plus vigoureux et très planté en Californie
  • 'Kahuna'
  • 'Perfecta' aux gros fruits
  • 'Brazilian Golden' (forme jaune)

Synonyme:

  • Passiflora minima Blanco (1837)

Description de la grenadille[modifier | modifier le code]

Fleur de grenadille

C'est une plante grimpante vigoureuse[4], à base ligneuse, développant des tiges d'environ 6 mètres de long.

Les feuilles persistantes, de 6-13 × 8-13 cm, sont membraneuses, profondément trilobées et à marge glandulée-serrulée.

L'inflorescence est une cyme réduite dont la fleur centrale avorte, le pédicelle d'une fleur latérale donne une vrille et l'autre fleur se développe normalement. Le pédicelle de 4-5 cm de long porte :

  • 3 larges bractées vertes,
  • 5 sépales verdâtre à l'extérieur,
  • 5 pétales blancs,
  • une couronne de filaments pourpres et blancs,
  • une colonne de 1-1,2 cm de haut (l'androgynophore) portant
    • les 5 étamines terminées par les anthères tournées vers le bas
    • puis un ovaire obovoïde de 8 mm de haut surmonté de 3 ou 4 styles blancs, unis à la base.

La fleur dans son ensemble fait de 4 à 7 cm de diamètre.

Le fruit est une baie pourpre à maturité, de 3-4 cm de diamètre, pourpre profond, contenant de nombreuses graines noires, entourées d'une arille comestible. Elle est comestible et de saveur douce ; la forme flavicarpa est plus grosse, de couleur jaune et de saveur plus acide[5].

Écologie[modifier | modifier le code]

Feuille et fleur de grenadille

La grenadille est originaire du Brésil, Paraguay et nord de l'Argentine. Elle s'est naturalisée à Hawaï et certaines zones d'Australie.

C'est une plante subtropicale, préférant les régions où il ne gèle pas. La forme flavicarpa est celle qui tolère le moins bien le froid.

La grenadille est cultivée en Inde, Sri Lanka, Nouvelle-Zélande, les Caraïbes, Brésil, Colombie, Indonésie, Pérou, Californie et Floride, Australie, Afrique de l'Est et du Sud, Mexique et Israël.

Composition[modifier | modifier le code]

D'après la revue bibliographique de Dhawan et als[6] (2004), les phyto-constituants de Passiflora edulis sont constitués par

  • des glycosides
    Dans la feuille séchée, il a été isolé la passiflorine, un glycoside de cyclopropane triterpine, des glycosides de flavonoïdes, des glycosides cyanogènes (passicapsine, passibiflorine, passicoriacine, rutinoside cyanogène etc.).
  • des phénols
  • 4-hydroxy-b-ionol, 4-oxo-b-ionol, et autres dérivés d'ionol
  • des terpènes diols
  • des alcaloïdes
    Il a été trouvé principalement dans les feuilles (0,12 %) des alcaloïdes indoliques : harmane, harmanine, harmaline, harmalol.
  • autres phyto-constituants
    Il a été isolé aussi de nombreux caroténoïdes (phytoène, phytofluène, α- et β-carotène, lycopène, néoxanthine etc.), de l'acide ascorbique, des anthocyanines (cyanidine-3-O-bêta-glucopyranoside, cyanidine-3-glucoside etc.), des γ-lactones (γ-hexa, γ-deca et γ-docecalacetone etc.), des huiles essentielles (limonène, 2-tridécanone, acide (9Z)-octadecenoïque etc.), des acides aminés (proline, acide aspartique, glutamique, sérine et alanine), des glucides, des minéraux (Na, K, Mg, Ca, Zn, Al, Mn, Fe), des triterpènes cycloartanes.

Propriétés pharmacologiques[modifier | modifier le code]

La Passiflora edulis est présente comme principe actif dans de nombreuses préparations de phytopharmacie, sans être toutefois inscrite dans les pharmacopées d'Europe ou des États-Unis où P. incarnata est préférée.

  • Activité anti-inflammatoire

Plusieurs études citées par Patel[7](2009) indiquent que les extraits aqueux de Passiflora edulis possèdent une activité anti-inflammatoire significative sur l'animal (dans certains tests supérieure même au dexaméthasone).

  • Activité anxiolytique

Quelques études des extraits de Passiflora edulis sur des modèles animaux de l'anxiété ont donné des résultats incohérents. Mais une étude récente de Deng et als[8] (2010) montre que la forme jaune Passiflora edulis f. flavicarpa était anxiolytique sur des souris à faible dose et sédative à forte dose. Les flavonoïdes semblent jouer un rôle actif mais les auteurs supposent que d'autres constituants seraient aussi actifs puisque l'extrait aqueux contenant très peu de flavonoïdes manifeste aussi un effet anxiolytique.

  • Activité anti-oxydante

La grenadille est riche en polyphénols et il a été montré[9] qu'il existe une relation linéaire entre le contenu total en composés phénoliques et l'activité anti-oxydante chez Passiflora alata et P. edulis. Les données indiquent que l'extrait hydro-alcoolique des feuilles de P. edulis possède une activité anti-oxydante tant in vitro qu'ex vivo et doit donc être considéré comme une nouvelle source d'anti-oxydants naturels.

Utilisations de la grenadille[modifier | modifier le code]

  • Usage culinaire

Ce fruit riche en vitamine A et vitamine C est utilisé frais comme fruit ou en salade de fruits, mousse, sorbet, cocktail, jus ou sirop.

  • Médecine populaire

En Amérique du Sud, la grenadille a été abondamment utilisée en médecine traditionnelle pour traiter l'anxiété, l'insomnie, l'asthme, la bronchite et les infections urinaires. Au Brésil, l'infusion de feuilles est utilisée comme sédatif. Aux Antilles, les feuilles sont utilisées pour le traitement de l'hypertension artérielle.

En France, les préparations sédatives à base de passiflore utilisent une autre passiflore : la passiflore officinale P. incarnata. Ces deux passiflores se ressemblent énormément tant au plan morphologique que microscopique et ont été souvent confondues même par les spécialistes[6]. Pourtant les différences morphologiques minimes (au niveau des nervures de la feuille) se traduisent par une différence importante au niveau de l'activité anxiolytique : à la dose orale de 125 mg/kg, l'extrait au méthanol de Passiflora incarnata manifeste une activité anxiolytique significative alors que celui de P. edulis ne manifeste aucune activité[10].

Il manque pour l'instant une validation scientifique objective des effets bénéfiques de Passiflora edulis. Il faut savoir que quelques effets négatifs à courts termes des extraits de feuilles fraîches ont été décrits[11]. La plante a montré une toxicité pancréatique et hépatobilaire sur l'homme et l'animal[12].

Culture[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Liane de grenadille avec fruits encore verts.

La grenadille est une liane assez vigoureuse pouvant croître de plusieurs mètres par an. Elle se reproduit assez facilement par semis mais les fruits ne conservent pas les caractéristiques du fruit d'origine des graines. Elle a besoin d'un climat tempéré avec une température minimale de +5 °C. Plusieurs virus peuvent infecter cette passiflore.

La grenadille est cultivée pour ses fruits comestibles. Les fruits pourpres sont en général transformés en jus, les jaunes sont plutôt consommés frais. Les principaux pays producteurs sont l'Australie, l'Afrique du Sud, le Brésil, les Fidji, Hawaï, le Kenya, le Pérou, la Colombie, le Sri Lanka, la Côte d'Ivoire, l'Inde, les Antilles et l'Angola. Le Brésil est le plus gros producteur avec 35 637 hectares plantés en 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://ecrit.creole.free.fr/lexique.html#m
  2. l'allogamie (fécondation croisée) est nécessaire pour des raisons morphologiques (les anthères sont dessous les stigmates) et en raison d'auto-incompatibilité
  3. (en) Torsten Ulmer, John Mochrie MacDougal, Passiflora:passionflower of the world, Timber Press,‎ 2004
  4. Référence EFloras : Passilora edulis (en)
  5. Annie Walter, Chanel Sam, Fruits d'Océanie, Paris, Editions de l'IRD,‎ 1999, 310 p.
  6. a et b (en) K. Dhawan, S. Dhawan, A. Sharma, « Passiflora : a review update », Journal of Ethnopharmacologye, vol. 94,‎ 2004, p. 1-23
  7. (en) Sita Sharan Patel, « Morphology and pharmacology of Passiflora edulis : a review », Journal of Herbal Medicine and Toxicology, vol. 3, no 1,‎ 2009
  8. (en) Jun Deng, YJ Zhou, MM Bai, HW Li, Li LI, « Anxiolytic and sedative activities of Passiflora edulis f. flavicarpa », Journal of Ethnopharmacology, vol. 128,‎ 2010, p. 148-153
  9. (en) M. Rudnicki, M.R. de Oliveira, T. Pereira, F. H. Reginatto, F. Dal-Pizzol, J. Moreira, « Antioxidant and antiglycation properties of Passiflora alata and Passiflora edulis extracts », Food Chemistry, vol. 100,‎ 2007, p. 719-724
  10. (en) K. Dhawan, S. Kumar, A. Sharma, « Comparative biological activity study on Passiflora incarnata and P. edulis », Fitoterapia, vol. 72,‎ 2001, p. 698-702
  11. (en) S. Zibadi, R. Ronald, « Passion Fruit (Passiflora edulis): composition, efficacy and safety », Evidence-Based Integrative Medicine, vol. 1, no 3,‎ 2004, p. 183-187
  12. (en) Maluf E., Barros, Frochtengarten, Benti, Leite, « Assessment of the hypnotic/sedative effects and toxicity of Passiflora edulis aqueous extract in rodents and humans », Phytotherapy Research, vol. 5,‎ 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Passiflora incarnata passiflore officinale dont les parties aériennes séchées ont une activité anxiolytique et sédative
  • Passiflora caerulea passiflore bleue, la passiflore ornementale couramment cultivée en France métropolitaine

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :