Pomes Penyeach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pomes Penyeach est un recueil de treize poèmes de James Joyce publié ensemble en 1927 par Shakespeare and Co à Paris.

Le titre[modifier | modifier le code]

Pomes est une écriture phonétique de Poems.

On peut aussi voir un jeu de mot avec le mot français pomme, d'où la traduction du titre par Pommes d'Api.

Le premier poème Tilly (tuilleadh en irlandais) est un bonus : les commerçants irlandais offraient un treizième objet au client qui en achetait douze comme les boulangers anglais qui donnaient un treizième pain au client qui en achetait douze[1]

Le prix était de 12 francs, ou un shilling, soit 12 pence conformément au titre Penyeach (un penny chacun).

Dans la même veine, Joyce a écrit Pennipomes twoguineaseach sans doute en 1933[2].

Liste des poèmes[modifier | modifier le code]

Tilly (Dublin, 1904, d'abord nommé “Cabra”)
Watching the Needleboats at San Sabba (Trieste, 1912)
A Flower Given to My Daughter (Trieste, 1913)
She Weeps over Rahoon (Trieste, 1913)
Tutto è sciolto (Trieste, 13 juillet 1914)
On the Beach at Fontana (Trieste, 1914)
Simples (Trieste, 1914)
Flood (Trieste, 1915)
Nightpiece (Trieste, 22 janvier 1915)
Alone (Zurich,1916)
A Memory of the Players in a Mirror at Midnight (Zurich, 1917)
Bahnhofstrasse (Zurich, 1918)
A Prayer (Paris 1924)

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Treize compositeurs mirent en musique les poèmes, le recueil intitulé The Joyce Book fut publié par Oxford University Press en 1933.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James Joyce, Poèmes : Chamber Music, Pomes Penyeach, Gallimard, traduction de Jacques Borel, édition bilingue
  • James Joyce, Œuvres, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, avec notes.
  • James Joyce, Musique de chambre - Pomes Penyeach - Ecce Puer, La Nerthe, traduction et préface de Philippe Blanchon, édition bilingue

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Baker's dozen
  2. La pléiade, Œuvres Tome I, p. 1446