Poméranie (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poméranie (homonymie).

53° 26′ 00″ N 14° 32′ 00″ E / 53.43333333, 14.53333333 ()

La province de Poméranie (en rouge) au sein du Royaume de Prusse (en bleu)

La province de Poméranie (en allemand : Provinz Pommern) est une ancienne province (1815-1945) du Royaume de Prusse (1815-1918), puis de l'État libre de Prusse (1919-1945).

Elle s'étendait sur une superficie de 30 120, 5 km2.

Territoire[modifier | modifier le code]

La province de Poméranie recouvrait :

  • La Poméranie ultérieure ou postérieure (en allemand : Hinterpommern) ou Poméranie orientale (en allemand : Ostpommern) :
    • Le duché de Cassubie (en allemand : Herzogtum Kassuben) ;
    • Le duché de Wenden (en allemand : Herzogtum Wenden) ;
    • La principauté de Cammin (en allemand : Fürstentum Cammin), c'est-dire l'ancien évêché de Cammin, acquise par le traité d'Osnabruck du 24 octobre 1648 ;
  • La Poméranie citérieure ou antérieure (en allemand : Vorpommern) ou Poméranie occidentale (en allemand : Westpommern) :
    • La Vieille-Poméranie-Occidentale (en allemand : Altvorpommern ou Alt-Vorpommern), acquise du royaume de Suède par le traité de Stockholm du 21 janvier 1720 ;
    • La Nouvelle-Poméranie citérieure ou antérieure (en allemand : Neuvorpommern ou Neu-Vorpomern), acquise du royaume de Danemark par l'article Ier du traité de Vienne du 4 juin 1815[1], en échange du duché de Lauenbourg[2]c'est-à-dire :
      • Le reste de l'ancienne Poméranie suédoise (en allemand : Schwediche-Vorpomern), sur la rive droite de la Peene ;
      • La principauté de l'île de Rügen (en allemand : Insel Rügen) ;
  • Les pays de Lauenburg et Bütow (en allemand : Lande Lauenburg und Bütow), acquis du royaume de Pologne par le traité de Bromberg du 6 novembre 1657 puis, après le premier partage de la Pologne, « à perpétuité, avec toute souveraineté et indépendance, sans aucune réversion ni obligation féodale » par l'article IV du traité de Varsovie du 18 septembre 1773[3] ;
  • Draheim, acquis du Royaume de Pologne par le traité de Bromberg du 6 novembre 1657 puis, après le premier partage de la Pologne, « à perpétuité et irrévocablement, avec toute propriété et souveraineté, sans [...] rachat [ni] réversion » par l'article V du traité de Varsovie du 18 septembre 1773[4]
  • Une partie des cercles ultérieurs ou postérieurs (en allemand : Hinterkreise) de la Nouvelle-Marche (en allemand : Neumark) ou Brandebourg-Oriental (en allemand : Ostbrandenburg), à savoir : les cercles de Dramburg (en allemand : Kreis Dramburg) et de Schivelbein (en allemand : Kreis Schivelbein) ainsi que la partie septentrionale du district d'Arnswalde (en allemand : Kreis Arnswalde), avec la ville de Nörenberg (en allemand : Stadt Nörenberg).

Population[modifier | modifier le code]

Sa population était de 1 684 125 habitants en 1905, dont 1 616 550 protestants, 50 206 catholiques et 9 960 juifs.

En 1925, il y avait 1 878 780 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La province de Poméranie était divisée en districts (en allemand : Regierungsbezirke), subdivisés en cercles (en allemand : Kreise) comprenant une ou plusieurs communes.

District de Köslin[modifier | modifier le code]

Le district de Köslin (en allemand : Regierungsbezirk Köslin) était divisé en cercles, à savoir :

  • Le cercle de Belgard (Persante) (en allemand : Kreis Belgard) ;
  • Le cercle de Dramburg (en allemand : Kreis Dramburg) ;
  • Le cercle de la Principauté (en allemand : Kreis Fürstenthum) ;
  • Le cercle de Lauenburg-Bütow (en allemand : Kreis Lauenburg-Bütow) ;
  • Le cercle de Neustettin (en allemand : Kreis Neustettin) ;
  • Le cercle de Rummelsburg (en allemand : Kreis Rummelsburg in Pommern) ;
  • Le cercle de Schivelbein (en allemand : Kreis Schivelbein) ;
  • Le cerccle de Schlawe (en allemand : Kreis Schlawe in Pommern) ;
  • Le cercle de Stolp-Villes (en allemand : Stadtkreis Stolp) ;
  • Le cercle de Stolp-Campagne (en allemand : Landkreis Stolp).

Le 1er janvier 1846, le cercle de Lauenburg-Bütow fut divisé en deux cercles :

  • Le cercle de Bütow (en allemand : Kreis Bütow) ;
  • Le cercle de Lauenburg (en allemand : Kreis Lauenburg).

Le 1er septembre 1872, le cercle de la Principauté fut divisé en trois cercles :

  • Le cercle de Bublitz (en allemand : Kreis Bublitz) ;
  • Le cercle de Kolberg-Körlin (en allemand : Kreis Kolberg-Körlin) ;
  • Le cercle de Köslin (en allemand : Kreis Köslin).

Le 1er mai 1920, la ville de Kolberg (en allemand : Stadtgemeinde Kolberg) cessa de relever du cercle de Kolberg-Körlin, qui divisé en deux cercles :

  • Le cercle de Kolberg-Ville (en allemand : Stadtkreis Kolberg) ;
  • Le cercle de Kolberg-Körlin (en allemand : Kreis Kolberg-Körlin).

Le 1er avril 1923, la ville de Köslin (en allemand : Stadtgemeinde Köslin) cessa de relever du cercle de Köslin, qui fut divisé en deux cercles :

  • Le cercle de Köslin-Ville (en allemand : Stadtkreis Köslin) ;
  • Le cercle de Köslin-Campagne (en allemand : Landkreis Köslin).

En 1er octobre 1932, les deux cercles suivants furent incorporés à des cercles existants :

  • Le cercle de Bublitz, incorporé à celui de Köslin ;
  • Le cercle de Schivelbein, incorporé à celui de Belgard.

Le 1er octobre 1938, les deux cercles suivants qui, depuis le 1er janvier 1818, relevaient du district de Stettin, furent incorporés à celui de Köslin :

  • Le cercle de Greifenberg (en allemand : Kreis Greifenberg in Pommern) ;
  • Le cercle de Regenwalde (en allemand : Kreis Regenwalde).

Mais le cercle de Neustettin, qui relevait du district de Köslin, fut incorporé à celui de Posnanie-Prusse-Occidentale.

District de Stettin[modifier | modifier le code]

Le district de Stettin (en allemand : Regierungsbezirk Stettin).

Le 1er octobre 1932, le district de Stralsund fut dissous et son territoire incorporé à celui du district de Stettin.

District de Stralsund[modifier | modifier le code]

Le district de Stralsund (en allemand : Regierungsbezirk Stralsund).

District de Posnanie-Prusse-Occidentale[modifier | modifier le code]

Le district de Posnanie-Prusse-Occidentale (en allemand : Regierungsbezirk Grenzmark Posen-Westpreußen).

Politique[modifier | modifier le code]

Hauts-présidents[modifier | modifier le code]

Siège du gouvernement provincial à Stettin

La Poméranie se voit attribuer avec la réforme de Prusse de 1815 un Oberpräsident qui siège à Stettin. Elle en a eu quinze, jusqu'en 1945:

Association provinciale[modifier | modifier le code]

Présidents de la diète provinciale[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de la diète provinciale (en allemand : Vorsitzende des Provinziallandtags) :

  • Sous le Royaume de Prusse :
    • 1876 : Hans von Köller-Carow
    • 1876–1906 : Georg von Köller-Cantreck
    • 1907–1911 : Wilhelm von Heyden-Cadow
    • 1912–1918 : Adolf von Köller-Osseken
    • 1918 : Baron von Steinaecker
  • Sous l'État libre de Prusse :
    • 1919–1920 : Victor von Dewitz-Farbezin
    • 1920 : Baron von der Goltz
    • 1921–1926 : Baron von Wangenheim
    • 1927–1930 : von Flemming
    • 1931 : von Puttkamer
    • 1932 : von Flemming
    • 1933 : Comte von der Goltz

Économie[modifier | modifier le code]

Carte de Poméranie en 1905

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traité de Vienne du 4 juin 1815, article Ier : « S. M. le roi de Danemark, tant pour lui que pour ses successeurs, renonce irrévocablement et à perpétuité en faveur de S. M. le roi de Prusse et de ses successeurs à tous les droits et titres que son Traité de paix avec S. M. le roi de Suède, conclu à Kiel le 14 janvier 1814 lui a donnés sur le duché de la Poméranie suédoise et la principauté de l'Ile de Rugen ».
  2. Traité de Vienne du 4 juin 1815, article III : « S. M. le roi de Prusse cède à perpétuité à S. M. le roi de Danemark le duché de Lauenbourg, pour être possédé par Sa Majesté [danoise] en toute souveraineté et propriété, avec ses droits, titres et émoluments tel que ledit duché a été cédé à S. M. Prussienne par l'article IV du Traité conclu à Vienne le 20 mai 1815 entre elle et S. M. britannique, roi de Hanovre. Le bailliage de Neuhaufs, situé entre le Mecklembourg et l'Elbe, ainsi que les villages lunebourgeois, qui sont contigus à ce bailliage, ou qui s'y trouvent enclavés, sont cependant exceptés de cette cession ».
  3. Traité de Varsovie du 18 septembre 1773, article IV : « S. M. le roi de Pologne et les États de Pologne et de Lituanie se désistent également et renoncent de la manière la plus forte à tout droit féodal, au droit de réversion, et en général à tout autre droit et prétention qu'ils pourraient former à présent ou à l'avenir sur les districts de Lauenbourg et de Butow. Ils cèdent tous leurs droits sur ces districts à S. M. le roi de Prusse, et ils consentent que Sa Majesté et ses héritiers et successeurs de l'un et de l'autre sexe puissent posséder ces mêmes districts à perpétuité, avec toute souveraineté et indépendance, sans aucune réversion ni obligation féodale ; et pour obvier à toute dispute à cet égard, les deux hautes parties contractantes abolissent également la convention de Bydgoszcz ou Bromberg du 6 novembre 1657, de sorte qu'elle ne doit plus subsister que dans la stipulation qui assure à la Maison de Brandebourg la possession des districts de Lauenbourg et de Butow, et sans que cette sérénissime Maison soit plus assujettie aux autres stipulations et restrictions dudit traité de Bydgoszcz ».
  4. Traité de Varsovie du 18 septembre 1773, article IV : « S. M. le roi et les États de Pologne et de Lituanie se désistent encore nommément et expressément du droit de racheter le territoire de Draheim, fondé sur le traité de Bydgoszcz [ou de Bromberg] du 6 novembre 1657. Ils cèdent à S. M. le roi de Prusse tous les droits qu'ils pourraient encore avoir ou former sur ce district, et ils consentent que Sadite Majesté et ses héritiers et successeurs de l'un et de l'autre sexe puissent librement posséder ledit district à perpétuité et irrévocablement, avec toute propriété et souveraineté, sans que la couronne de Pologne puisse ni veuille jamais y former aucune prétention à titre de rachat, de réversion, ou sous quelque autre dénomination quelconque ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]