Polyvinylpyrrolidone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Polyvinylpyrrolidone
Polyvinylpyrrolidone
Identification
Nom IUPAC 1-éthénylpyrrolidin-2-one
Synonymes

N-vinyl-2-pyrrolidone homopolymérisée
poly(n-vinylbutyrolactame)
polyvidone
polyvinylpyrolidone
povidone
PVP

No CAS 9003-39-8
No E E1201
SMILES
Apparence poudre blanche hygroscopique
Propriétés chimiques
Formule brute (C6H9NO)n
Masse molaire 2 500 - 2 500 000 g·mol−1
Propriétés physiques
transition vitreuse 110 à 180 °C
Solubilité sol. dans l'eau, l'acide acétique, l'acide formique, l'éthanol, le chloroforme, le dichlorométhane, le glycérol
Masse volumique 1,2 g·cm-3
Précautions
SIMDUT[2],[3]
Poly(n-vinylbutyrolactame) :

Produit non contrôlé

Polyvinylpolypyrrolidone :

Produit non contrôlé
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[1]
Écotoxicologie
DL50 100 000 mg·kg-1 (rat, oral)[4]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La polyvinylpyrrolidone (PVP), appelée aussi polyvidone ou povidone, est un polymère organique synthétisé par polymérisation de la N-vinylpyrrolidone.

Risque pour la santé[modifier | modifier le code]

Si le monomère est cancérigène et très toxique pour la vie aquatique, l'additif E1201, de forme polymère,serait inoffensif, mais il contient des traces de forme monomère préoccupantes[réf. nécessaire]. Ces résidus sont aujourd'hui théoriquement limités à 10 mg/kg d'additif. Au Centre International de Recherches sur le Cancer, la polyvinylpyrrolidone est « inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'homme », tandis que l'Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse (ARTAC, France) la classe parmi les additifs certainement cancérigènes.

Utilisations[modifier | modifier le code]

E1201 est listé comme raffermissant, stabilisant et agent de dispersion, le codex Alimentarius l'attribue à certains spiritueux (bières comprises), vinaigres, concentrés pour boissons aromatisées, édulcorants de table (jusque 3 000 mg/kg), chewing-gums (jusque 10 000 mg/kg), compléments alimentaires (sans limite (BPF)) et fruits frais traités en surface.

L'industrie répertorie également la polyvinylpyrrolidone dans les cosmétiques (fixateur capillaire, liant, antistatique, émulsifiant, etc.), et certains produits pharmaceutiques. Comme telle, elle est utilisée dans les plasmas sanguins ou comme adjuvant en raison de sa solubilité dans l'eau et les solvants polaires[5]. Son aptitude à former des films est remarquable. Les domaines d'application sont vastes et vont des produits d'hygiène (shampoing, dentifrice…) au papier pour imprimantes photo et peintures[6],[7],[8].

Polyvinylpolypyrrolidone[modifier | modifier le code]

La crospovidone (numéro CAS 25249-54-1), aussi appelée polyvinylpolypyrrolidone (sigle PVPP) ou E1202, est une polyvinylpyrrolidone réticulée, insoluble.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 août 2009)
  2. « Poly(n-vinylbutyrolactame) » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  3. « Polyvinylpolypyrrolidone » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  4. http://chem.sis.nlm.nih.gov/chemidplus/direct.jsp?result=advanced&regno=009003398
  5. (en) Volker Bühler, Excipients for Pharmaceuticals - Povidone, Crospovidone and Copovidone, Berlin, Heidelberg, New York, Springer,‎ 2005 (ISBN 978-3-540-23412-8, lien LCCN?)
  6. (en) F. Haaf, A. Sanner et F. Straub, « Polymers of N-Vinylpyrrolidone: Synthesis, Characterization and Uses », Polymer J., vol. 17, no 1,‎ 1985, p. 143-152 (lien DOI?)
  7. (en) Dr Stephan Bauer, Dr Frank Fischer, « Ein Tausendsassa in der Chemie - Polyvinylpyrrolidon », Chemie in Unserer Zeit, vol. 43, no 6,‎ 2009, p. 376-383 (lien DOI?)
  8. (en) Dr Alexander Göthlich, Sebastian Koltzenburg, Dr Gunnar Schornick, « Funktionale Polymere im Alltag: Vielseitig », Chemie in Unserer Zeit, vol. 39, no 4,‎ 2005, p. 262-273 (lien DOI?)