Polyomavirus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les polyomavirus font partie de la famille des Polyomaviridae[1]. Ce sont des virus dont le génome est constitué d'ADN bicaténaire circulaire.

Les trois virus principaux sont, chez le singe : le Simian virus 40 (SV40), et chez l'humain : les BK polyomavirus (BKPyV ou BKV) et les JC polyomavirus (JCPyV ou JCV), la nomenclature a été mise en place d'après les initiales des patients sources.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit de petites particules hexagonales, parmi les plus petits virus à ADN, à capside icosaédrique formée de 72 capsomères. Les capsomères étant constitués par les protéines VP1, VP2 et VP3.

Structure[modifier | modifier le code]

La structure de la capside est uniquement faite de protéines (pas de lipides), ce qui confère au virus une grande résistance thermique et aux solvants.

La protéine VP1 représente 75 % de la masse protéique totale et les protéines VP2 et VP3, 5 %. Les histones constituent les 20 % restants.

La protéine VP1 peut prendre six formes différentes par modifications post-traductionnelles, impliquant alors des fonctions différentes. Par exemple :

  • VP1A est associée à la chromatine virale ;
  • VP1E est impliquée dans les propriétés d’hémagglutination.

L'ADN est formé par le brin E (E pour early) et le brin L (L pour late).

La région précoce E exprimée, aboutit à la synthèse de 3 protéines :

  • antigène petit T ;
  • antigène moyen T ;
  • antigène grand T.

L’information génétique est compactée, il y a exploitation de plusieurs cadres de lecture sur une même séquence et implication de mécanismes d’épissages alternatifs.

Hôtes[modifier | modifier le code]

Les virus BKV et JCV sont strictement humains. Le SV40, lui, peut infecter l'homme.

Transmission[modifier | modifier le code]

Elle est majoritairement aérienne. Les virus BKV et JCV sont largement répandus dans la population humaine. Ils sont sous forme latente dans les cellules rénales, les lymphocytes ou les monocytes. Ce sont des pathogènes opportunistes, ils peuvent causer des pathologies importantes en cas d'immunodépression.

Pathologies humaines[modifier | modifier le code]

Leuco-encéphalite multifocale progressive (LEMP)[modifier | modifier le code]

Elle est due au JCV, c'est une dégénérescence neuronale causant des troubles neurologiques variés et une détérioration mentale progressive, en particulier chez les sujets atteints du VIH[2].

Carcinome à cellules de Merkel[modifier | modifier le code]

En 2008, une équipe de chercheurs a mis en évidence l'existence de séquences virales au sein des cellules de ce cancer[3] ; d'autres chercheurs ont confirmé cette découverte[4].

Pathologies animales[modifier | modifier le code]

Néphrite hémorragique entérite de l'oie (NHEO)[modifier | modifier le code]

Elle est très fréquente dans les élevages d'oies. Cette maladie est causée par le Goose hemorrhagic polyomavirus (GHPV). Elle affecte en particulier les oisillons âgés de 4 à 12 semaines, qui s'affaiblissent alors brutalement, s'isolent et meurent en quelques heures. Le taux de mortalité varie de 20 % à 80 %. L'autopsie révèle un œdème, une ascite gélatineuse et une néphrite caractéristiques, et quelques fois une entérite muco-hémorragique.

Polyomavirose des psittacidés[modifier | modifier le code]

Là encore, cette pathologie touche préférentiellement les jeunes oiseaux, âgés de 2 à 8 semaines. Elle est causée par le Budgerigar fledgling disease virus. Les oiseaux sont anorexiques, ils présentent diarrhée et vomissements et ont des suffusions sous-cutanées. La mort des oiseaux arrive dans les 48 heures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Taxonomie simplifiée des virus humains
  2. (en) Brew BJ, Davies NW, Cinque P, Clifford DB, Nath A, « Progressive multifocal leukoencephalopathy and other forms of JC virus disease », Nat Rev Neurol, vol. 6, no 12,‎ 2010, p. 667-79. (liens PubMed? et DOI?) modifier
  3. Un nouveau virus, le Merkel cel-polyomavirus (MPCPyV)
  4. Découverte du MPCPyV dans un cancer à cellules de Merkel en France

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Pasquier, S. Bertagnoli, F. Messud-Petit, J. Izopet, Virologie Humaine et Animale, DUNOD 2005.

Lien externe[modifier | modifier le code]