Polygone gracile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Polygonia gracilis

Le Polygone gracile (Polygonia gracilis) est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae, de la tribu des Nymphalini.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Polygonia gracilis a été nommé par Augustus Radcliffe Grote et Robinson en 1867.

Synonymes : Nymphalis gracilis (Grote et Robinson, 1867) ; Grapta gracilis Grote et Robinson, 1867[1].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Polygonia gracilis gracilis
  • Polygonia gracilis zephyrus (Edwards, 1870)
Revers d'un Polygone gracile

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Le Polygone gracile se nomme "Hoary Comma" en anglais et sa sous-espèce Polygonia gracilis zephyrus se nomme "Zephyr Anglewing"[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le Polygone gracile est un papillon aux ailes très découpées comme tous les Polygonia. Le dessus est de couleur orange foncé avec quelques ornementations de taches marron et une bordure marron ornée de taches jaunes aux postérieures dont la base est suffusée de marron.

Le revers, à partie basale marron terne et partie distale argentée, est une livrée cryptique, faisant passer le Polygone gracile pour une feuille morte. Il s'orne d'une marque argentée en forme d'étroite virgule.

Son envergure est comprise entre 37 et 57 mm[2],[3],[4]

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille est marron foncé, ornée d'épines rouges dans la partie antérieure et blanches dans la partie postérieure[2].

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hibernation[modifier | modifier le code]

Le Polygone gracile vole d'avril à octobre.

L'imago émerge en juillet ou août, vole jusqu'en septembre octobre puis hiverne et vole à nouveau au début du printemps jusqu'en juin [2].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes des chenilles sont des Ribes dont Ribes cereum, Ribes inerme, Ribes sanguineum; des Azalea dont Menziesia glabella et des Rhododendron dont Rhododendron occidentale[1],[4].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Le Polygone gracile est présent en Amérique du Nord, de l’Alaska jusqu’en Nouvelle-Angleterre en passant par le sud du Canada. Au sud, il est présent des Montagnes Rocheuses jusqu’à l’océan Pacifique[5],[6]. Sa présence au Canada concerne tout le pays à partir du sud de la toundra et aux USA, concerne tout l'ouest du pays, le centre de l'Alaska et les Montagnes Rocheuses, jusqu'aux états du Montana, du Dakota du Nord, du Dakota du Sud, du Colorado et du Nouveau-Mexique et la zone frontière avec le Canada[4].

Polygone gracile

Biotope[modifier | modifier le code]

Le Polygone gracile réside en forêt.

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier bien qu'il soit assez rare dans certaines parties de son habitat, en périphérie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c funet
  2. a, b et c Papillons du Canada
  3. Natural history of North America
  4. a, b, c et d Butterflies and Moths of North America
  5. (en) Sommer Stefan et Denise Knight, Stephanie McDowell, Stephen Burton, Ean Harker, « Polygonia gracilis, Digital Atlas of Idaho » (consulté en 22-06-2008)
  6. (en) Opler Paul A. et Harry Pavulaan, Ray E. Stanford, Michael Pogue, « Hoary Comma, Butterflies and Moths of North America », Bozeman, MT: NBII Mountain Prairie Information Node,‎ 2006 (consulté en 22-06-2008)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]