Polycentrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le polycentrisme est, dans le domaine de l'aménagement du territoire, un principe d'organisation d'un territoire autour de plusieurs centres. Ainsi, en Europe, le Schéma de développement de l'espace communautaire défend-il l'idée du polycentrisme pour contre-balancer la monocentralité du territoire autour du pentagone des villes européennes Londres-Paris-Milan-Munich-Hambourg qui concentre une part jugée trop importante de la population et des activités.

La notion de polycentrisme est fortement associée à celle de réseau urbain multipolaire. La nuance réside dans le fait que le polycentrisme met davantage l'accent sur une distribution politique du pouvoir, envisageant la constitution de centres munis de fonctions décisionnelles, tandis que la multipolarité met en avant l'existence de plusieurs espaces de plus grande densité urbaine exerçant une attraction sur leur voisinage.


Dans le domaine de l'histoire politique, la théorie du polycentrisme a été fortement influencée par Palmiro Togliatti et fut perçue comme une caractérisation des conditions de travail des partis communistes, en comparaison avec différents pays après la déstalinisation de l’union soviétique en 1956.

Par la suite le terme fut étendu et utilisé pour un système composé de plusieurs centres, comme une unité dans la diversité (politologie, architecture, urbanisme).

Dans le domaine de la médiation interculturelle le terme désigne une attitude d’ouverture envers d’autres cultures, opinions et façons de vivre: lorsque les actes ne sont pas seulement interprétés par rapport à sa propre appartenance culturelle ou une expérience culturelle restreinte, c’est-à-dire quand l’indépendance des autres cultures est reconnue et respectée, quand les valeurs sont relativisées et perçues dans leur plein contexte. Cela dans le sens d’un non-ethnocentrisme, opposé à l’ethnocentrisme.

Articles connexes[modifier | modifier le code]