Politique au Soudan du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique du Soudan du Sud)
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Soudan du Sud
Image illustrative de l'article Politique au Soudan du Sud
Bulletin de vote utilisé lors du référendum pour l'indépendance du Soudan du Sud

La politique au Soudan du Sud se réfère au système de gouvernement, aux personnes, organisations et consultations électorales de la République du Soudan du Sud, un pays d'Afrique de l'Est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après plusieurs décennies de guerre civile qui a été l'une des plus longues et plus meurtrières guerres du XXe siècle (la Première Guerre civile soudanaise et la Seconde Guerre civile soudanaise), entre le gouvernement et l'armée soudanais majoritairement musulmans et arabes et originaires du Nord, et les rebelles noirs chrétiens de l'APLS[1]et animistes du Sud, qui exigeaient une plus grande autonomie régionale, un accord de paix[2], connu sous le nom d'accord de Naivasha est signé le 9 janvier 2005 à Naivasha au Kenya, donnant une autonomie au Soudan du Sud dans le cadre de la République du Soudan.

John Garang, l'ancien chef rebelle de l'Armée populaire de libération du Soudan, devient alors, le 9 juillet suivant président du gouvernement autonome du Soudan du Sud et premier vice-président de la République du Soudan[2]. Une première constitution pour la région autonome est adoptée en décembre 2005.

Le 30 juillet 2005, John Garang meurt dans un accident d'hélicoptère en Ouganda, et son vice-président, Salva Kiir Mayardit, devient le deuxième président du gouvernement autonome du Soudan du Sud et premier vice-président de la République du Soudan. Riek Machar devient vice-président du Soudan du Sud le 11 août suivant.

Référendum sur l'indépendance[modifier | modifier le code]

Ce référendum sur l'indépendance s'est tenu du 9 au 15 janvier 2011[3]. Près de trois millions de personnes se sont inscrites sur les listes électorales pour cette consultation[4]. En prévision de celui-ci, plus de 50 000 Sud-Soudanais installés jusqu'ici au Nord sont déjà définitivement retournés dans leurs villages d'origine[5]. Face aux suffrages qui approuvent massivement l'option « sécessionniste », le président soudanais el-Béchir a annoncé plusieurs fois qu'il s'inclinerait devant le verdict des urnes[6].

Lors de la clôture du scrutin, le taux de participation était évalué à plus de 80 % des électeurs inscrits[7], alors qu'un taux de 60 % avait été préalablement fixé pour valider les résultats du vote. Les résultats définitifs validés par la Commission référendaire chargée d'organiser le scrutin donnent le « oui » gagnant par 98,83 % parmi les 3 837 406 votes valides, dont seulement 44 888, soit 1,17 %, étaient en faveur du maintien de l'unité avec le Nord[8].

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti Depuis
Président de la République Salva Kiir MPLS 9 juillet 2011
Vice-président de la République Riek Machar MPLS 9 juillet 2011

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]