Politique au Paraguay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique du Paraguay)
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Paraguay
Image illustrative de l'article Politique au Paraguay

Le Paraguay possède un gouvernement très centralisé et très différent depuis la nouvelle constitution de 1992. Le président est élu au suffrage universel direct pour 5 ans, les dernières élections ont eu lieu en 2013.

Le Congrès bicaméral inclut les 80 membres de la Chambre des Députés et les 45 membres du Sénat, élus en même temps que le Président par un suffrage indirect. Les députés sont élus par département, les sénateurs pour tout le pays. L'instance judiciaire la plus importante du Paraguay est la Cour suprême. Le sénat et le Président en choisissent les 9 membres, d'après l'avis d'un Conseil de la magistrature. Chacun des 17 départements du Paraguay est dirigé par un Gouverneur, élu au suffrage direct.

Nom du pays :

  • Forme longue : République du Paraguay
  • Forme courte : Paraguay
  • Nom local de la forme longue : República del Paraguay
  • Nom local de la forme courte : Paraguay

Identifiant : PA

Type de gouvernement : République constitutionnelle

Capitale : Asuncion

Divisions administratives :

  • 17 départements (departamentos, au singulier departamento)
  • Une capitale, Asunción

Les 17 départements sont : Alto Paraguay, Alto Paraná, Amambay, Asunción, Boquerón, Caaguazú, Caazapá, Canindeyú, Central, Concepción, Cordillera, Guairá, Itapúa, Misiones, Ñeembucú, Paraguarí, Presidente Hayes, San Pedro.

Indépendance : acquise de l'Espagne le 14 mai 1811

Fête nationale : 14-15 mai

Constitution : établie et en application depuis le 20 juin 1992

Majorité : à partir de 18 ans

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

  • Chef d'État : Président Horacio Cartes (à partir du 15 août 2013)
  • Vice-Président : Juan Afarra (à partir du 15 août 2013)
  • Gouvernement : Conseil des Ministres nommés par le Président
  • Élections : Suffrage universel pour 5 ans (dernières élections le 22 avril 2013)

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le parlement est composé de deux chambres. La Chambre des députés compte 80 membres et le Sénat en compte 45. Les élections législatives pour le renouvellement des deux chambres ont lieu tous les 5 ans, en même temps que l'élection présidentielle.

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

CCC, Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes, FAO, G-77, IADB, AIEA, IRBD, ICAO, ICC, ICFTU, ICRM, IDA, IFAD, IFC, IFRCS, ILO, FMI, IMO, Intelsat, Interpol, IOC, IOM, ISO (correspondant), ITU, LAES, LAIA, Mercosur, NAM (observateur), OAS, ONU, OPANAL, OPCW, PCA, Rio Group, CNUCED, UNESCO, UNIDO, UPU, WCL, OMS, OMPI, OMC, WTrO

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Présidentielle 2008[modifier | modifier le code]

Au pouvoir depuis 60 ans, le parti Colorado devra faire face à une rude concurrence. Libéré en septembre 2007, le général putchiste Lino Oviedo (qui avait tenté un coup d'État contre le président Juan Carlos Wasmosy en 1996), sera le candidat de l'Union nationale des citoyens éthiques. D'un autre côté, il devrait affronter Fernando Lugo, évêque de la province de San Pedro, l'une les plus pauvres du pays, et défenseur des paysans sans terre[1]. Avec 40,8% des suffrages, la coalition de mouvements sociaux et de partis politiques de l'Alliance patriotique pour le changement (APC) menée par Fernando Lugo remporte les élections.

Destitution de Fernando Lugo et condamnations internationales[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 2012, 384 policiers armés tentent de déloger les 60 paysans présents dans un campement près de Curuguaty, pourtant déclaré « d'intérêt social » par décret en 2004. Une fusillade éclate, faisant onze mort du côté des paysans, six du côté des policiers. La responsabilité de la tuerie fait toujours débat. En effet, l'un des dirigeants paysans, Vidal Vega, peu après avoir déclaré qu'il allait témoigner sur ce qu'il savait de la présence d'infiltrés sur les lieux du massacre, est assassiné. De plus, le film réalisé par un hélicoptère de la police ayant survolé en permanence le lieu des événements a mystérieusement disparu. Enfin la présence de femmes et d'enfants au sein du campement des paysans désavoue la thèse d'une embuscade des ces derniers, tendue aux forces de l'ordre[2].

Ce tragique événement sert alors de prétexte à la droite, majoritaire au Parlement[3], pour engager la procédure de destitution. Le 21 juin, 76 membres de la Chambre des députés votent pour la révocation du président. Le lendemain, le Sénat le destitue au terme d'un "jugement politique" de vingt-quatre heures, par 39 voix pour, 4 contre et 2 abstentions ; alors que l'article 225 de la Constitution stipule qu'il aurait dû disposer de cinq jours pour organiser sa défense.

Le Paraguay est alors exclu du Marché commun du Sud (Mercosur), de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) et de la Communauté d'États latino-américains et caraïbes (Celac), qui ne reconnaissent pas le nouveau gouvernement[4], tandis que l'Organisation des États américains (OEA) rejette cette option. Les chefs d’État des pays voisins prennent position contre la destitution, tels que le président équatorien Rafael Correa qui la juge ainsi « illégitime », ou la présidente argentine Cristina Kirchner parlant d’un « coup d’État inacceptable ».

Élections générales de 2013[modifier | modifier le code]

Les élections générales auront lieu le 21 avril 2013 pour élire le président, le vice-président, mais aussi les 80 députés, 45 sénateurs et les 17 gouverneurs de département. Le président Federico Franco en poste depuis la destitution de Fernando Lugo par le Sénat le 22 juin 2012 n'est pas candidat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sorti de prison, le général Oviedo brigue la présidence, Christine Legrand, Le Monde, 9 septembre 2007.
  2. Le Paraguay dévoré par le soja Le Monde diplomatique, janvier 2014
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Rep.
  4. Patrick Bèle, « Coup d’état express au Paraguay », sur Le Figaro,‎ 23 juin 2012 (consulté le 23 juin 2012)