Politique au Kazakhstan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique du Kazakhstan)
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Kazakhstan
Image illustrative de l'article Politique au Kazakhstan

Pouvoir exécutif

Pouvoir législatif

Subdivisions

Politique étrangère
Noursoultan Nazarbaïev, président de la République du Kazakhstan

Le Kazakhstan a un régime présidentiel considéré comme autoritaire. L'actuelle Constitution du Kazakhstan a été adoptée par référendum national le 30 août 1995. Elle a remplacé la première Constitution du 28 janvier 1993.

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Le chef de l'État est actuellement le président Noursoultan Nazarbaïev (élu pour sept ans avec 91 % des voix au premier tour). Le chef du gouvernement est le Premier ministre Serik Akhmetov.

Le Président de la République est seul à disposer des droits suivants :

  • proposer des amendements à la Constitution ;
  • nommer et destituer les membres du gouvernement ;
  • dissoudre le Parlement ;
  • proposer des référendums ;
  • nommer et destituer les gouverneurs des régions (oblystar) et des villes d'Astana et d'Almaty.

Parlement[modifier | modifier le code]

Le parlement du Kazakhstan est composé d'une chambre basse, le Majilis, et d'une chambre haute, le Sénat.
Le Majilis est composé de 77 députés élus au suffrage universel, le scrutin est partiellement proportionnel.
Le Sénat comporte 39 sièges. 7 sénateurs sont directement nommés par le président de la République. Les autres sont élus par les grands électeurs des 14 oblystars et des deux villes à statut particulier (Astana et Almaty). Ces grands électeurs sont eux-mêmes nommés par le président de la République.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Élections législatives d'août 2007[modifier | modifier le code]

Les élections législatives du 19 août 2007 ont vu la victoire absolue du parti Nour-Otan du président Noursoultan Nazarbaïev. Avec 88,05 % des suffrages, le parti Nour Otan rafle la totalité des sièges en lice. Aucun des six autres partis n'a franchi la barre des 7 % nécessaires pour avoir des parlementaires à la chambre basse, alors que dans la précédente législature l'opposition avait un siège.

Élections présidentielles d'avril 2011[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]