Politique en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique de l'Italie)
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Italie
Image illustrative de l'article Politique en Italie

La République italienne (Repubblica Italiana, en italien) constitue une République démocratique parlementaire décentralisée, dont l'organisation politique est fondée sur la Constitution du 1er janvier 1948.

Le régime se caractérise par un Parlement bicaméral, dans lequel les deux chambres ont des pouvoirs strictement identiques, et par une certaine instabilité gouvernementale. En effet, aucun gouvernement n'a jamais tenu toute une législature de cinq ans, le record de durée étant de trois ans et dix mois. Depuis 1946, l'Italie a connu vingt-cinq présidents du Conseil des ministres et soixante-et-onze gouvernements.

Organisation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Fonction Titulaire Depuis le
Président de la République
Presidente della Repubblica
Giorgio Napolitano Ind.
Président du Conseil des ministres
Presidente del Consiglio dei Ministri
Matteo Renzi PD

Le président de la République[modifier | modifier le code]

Le président de la République est élu pour sept ans par la séance commune du Parlement, à laquelle participent également cinquante-huit délégués des Régions. Il est placé au-dessus du jeu des partis politiques et incarne l'unité nationale. Selon une coutume, aucun chef de l'État ne sollicite le renouvellement de son septennat une fois celui-ci achevé.

Il dispose, pour résidence officielle, du palais du Quirinal ; celui-ci, situé à Rome, accueille également ses bureaux et services.

Le président du Conseil des ministres[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif italien est principalement exercé par le président du Conseil des ministres. Nommé par le président de la République, après consultation des différentes forces politiques représentées au Parlement, il est responsable devant ce dernier et dirige le gouvernement. Bien que la Constitution ne prévoie rien à ce sujet, la pratique fait qu'il a toujours été choisi parmi les députés ou sénateurs, exception faite de Giuliano Amato en 2000 et de Matteo Renzi en 2014. En 2011, Mario Monti est devenu sénateur à vie peu avant d'être nommé président du conseil.

Il dispose, pour résidence officielle, du palais Chigi ; celui-ci, situé à Rome, accueille également ses bureaux et services.

Le gouvernement[modifier | modifier le code]

Le gouvernement se compose de ministres (Ministri), de ministres sans portefeuille (Ministri senza portofoglio), c'est-à-dire qu'ils n'ont pas d'autorité sur un ministère (ministero) mais sur un département de la présidence du Conseil (dipartimento), de vice-ministres (viceministri) et de secrétaires d'État (Sottosegretari di Stato). Il est nommé par le président de la République, sur proposition du président du Conseil. Depuis une loi de 2001, réformée partiellement en 2008, le gouvernement comprend treize ministères. Il est en outre possible de nommer un ou plusieurs vice-président(s) du Conseil (Vicepresidenti del Consiglio dei Ministri), qui ont la faculté de détenir également un poste ministériel.

Avant d'entrer en fonction, le gouvernement doit obtenir la confiance (fiducia) des deux chambres du Parlement, qui ont le pouvoir de le renverser par l'adoption d'une motion de censure (sfiducia).

Le pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir législatif italien est exercé, à part égale, par la Chambre des députés (Camera dei Deputati), qui siège au palais Montecitorio, à Rome, et le Sénat de la République (Senato della Repubblica), qui siège au palais Madama, à Rome. Ensemble, les deux chambres (camere) forment le Parlement (Parlamento).

Les élections législatives (Elezioni politiche) se tiennent tous les cinq ans, sauf dissolution d'une chambre ou des deux, par le président de la République, après consultation des présidents de chaque assemblée. Sur les dix-sept élections législatives qui se sont tenues depuis l'entrée en vigueur de la Constitution, huit se sont déroulées de manière anticipée, à savoir celles de 1972, 1976, 1979, 1983, 1987, 1994, 1996 et 2008.

Conditions d'élection[modifier | modifier le code]

Le droit de vote et d'éligibilité est différencié en fonction de chaque chambre:

  • Pour la Chambre des députés :
    • Les citoyens italiens obtiennent le droit de vote à leur majorité, fixée à 18 ans par la loi italienne;
    • La limite d'âge quant au droit à l'éligibilité est quant à elle fixée à 25 ans.
  • Pour le Sénat de la République :
    • Les citoyens italiens obtiennent le droit de vote à 25 ans;
    • La limite d'âge quant au droit à l'éligibilité est fixée pour cette chambre à 40 ans.

La Chambre des députés se compose de 69 cent trente députés, six cent dix-huit élus dans vingt-sept circonscriptions sur le territoire italien et douze élus par les expatriés. La coalition ou le parti arrivé en tête se voit attribué automatiquement 55 % des sièges métropolitains, soit 340 députés. Pour entrer à la Chambre, un parti doit obtenir 4 % des suffrages exprimés au niveau national, une coalition 10 %.

Le Sénat de la République se compose de trois cent quinze sénateurs, trois cent neuf élus dans le cadre des vingt Régions d'Italie et six élus par les expatriés. La répartition se fait sur une base régionale, le parti ou la coalition arrivant en tête dans une Région remportant alors 55 % des sièges à pourvoir. Pour entrer au Sénat, un parti doit obtenir 8 % des suffrages exprimés au niveau régional, une coalition 20 %. En outre, la chambre haute accueille des sénateurs à vie (senatori a vita), soit les anciens présidents de la République qui n'ont pas renoncé à ce droit, ainsi qu'un maximum de cinq citoyens nommés par le chef de l'État et « ayant honoré la patrie par de très hauts mérites dans sex domaine social, scientifique, artistique et littéraire ».

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le Parlement est principalement chargé de l'exercice du pouvoir législatif. Il vote et amende les projets de loi, présentés par le gouvernement, ses propres membres, les conseils régionaux ou les citoyens. Chaque année, il approuve le budget de l'État et clôt les comptes de l'exercice budgétaire précédent. Il détient également le pouvoir de réviser la Constitution.

Le pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Le pouvoir judiciaire italien est divisé en deux ordres. Au sommet de l'ordre judiciaire on trouve la Cour suprême de cassation (Corte suprema di cassazione), au sommet de l'ordre administratif se situant le Conseil d'État (Consiglio di Stato). La magistrature judiciaire est administrée par le Conseil supérieur de la magistrature (Consiglio superiore della magistratura), présidé par le président de la République, l'ordre administratif étant lui géré par le Conseil de la présidence de la justice administrative (Consiglio di presidenza della giustizia amministrativa), présidé par le président du Conseil d'État.

La Cour constitutionnelle vérifie la conformité des lois vis-à-vis de la Constitution. Ses membres, nommés pour un mandat de neuf ans, élisent le président de la Cour, chargé de conduire les travaux de l'institution.

Principaux partis politiques actuels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]