Politique en Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique de l'Algérie)
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Algérie
Image illustrative de l'article Politique en Algérie

L'Algérie est une république régie par la Constitution de 1996[1]. Bien que le régime soit démocratique les militaires exercent encore aujourd'hui un grand pouvoir sur la vie politique algérienne. Certains chercheurs en sciences politiques et en sociologie politique considèrent toutefois cette démocratie comme étant « de façade ». Le manque de transparence et la corruption accrue du pouvoir tendraient à confirmer ces dires[2].

Depuis les années 1990 et en particulier depuis la chute du mur de Berlin, l'Algérie est sortie d'une économie de type planifié (Socialisme d'État) pour se diriger vers une économie de marché, avec l'appui des puissances européennes et occidentales.

Constitution[modifier | modifier le code]

L'Algérie est un État où le multipartisme est autorisé, près de soixante partis politiques existent ou ont existé depuis la libéralisation du pays en 1988. Tous les partis doivent être approuvés par le Ministère de l'Intérieur après enquête. La constitution précise :

« Dans le respect des dispositions de la présente Constitution, les partis politiques ne peuvent être fondés sur une base religieuse, linguistique, raciale, de sexe, corporatiste ou régionale. […]
Toute obédience des partis politiques, sous quelque forme que ce soit, à des intérêts ou parties étrangers, est proscrite.
Aucun parti politique ne peut recourir à la violence ou à la contrainte, quelles que soient la nature ou les formes de celles-ci. »

Le pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le Président de la République[modifier | modifier le code]

Le chef de l'État est le Président de la République, qui est élu au suffrage universel, direct et secret pour un mandat de cinq ans. Jusqu'à la réforme constitutionnelle de 2008, le Président de la République n'était rééligible qu'une seule fois, la réforme à supprimé toute limitation du nombre de mandats. Le président est le chef du Conseil des ministres, et du Haut Conseil de sécurité.

Il est également le chef des armées, il est responsable de la défense nationale, il arrête et conduit la politique extérieure de la Nation, il préside le Conseil des ministres, il nomme le Premier Ministre et peut également mettre fin à ses fonctions, il signe les décrets présidentiels, il dispose du droit de grâce, du droit de remise ou de commutation de peine. Il peut également organiser des référendums, décerner des décorations et conclure et ratifier des traités internationaux.

Le président nomme :

  • le Président du Conseil d’État ;
  • le Secrétaire Général du Gouvernement ;
  • le Gouverneur de la Banque d’Algérie ;
  • les magistrats ;
  • les responsables des organes de sécurité ;
  • les Walis.

Le Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le Président de la République nomme le Premier Ministre qui est le chef du gouvernement. Le premier ministre doit soumettre son programme à l’approbation de l’Assemblée populaire nationale. Celle-ci ouvre un débat, et le chef du gouvernement peut adapter son programme aux envies des parlementaires. Dans un deuxième temps, le premier ministre doit émettre une communication de son programme au Conseil de la nation.

Si l'Assemblée Populaire Nationale rejette le programme du gouvernement, le premier ministre doit remettre la démission de son gouvernement au Président de la République. Il nommera un nouveau premier ministre selon les mêmes modalités citées plus haut.

Mais si l'Assemblée Populaire rejette de nouveau le programme du chef du gouvernement, l'assemblée est dissoute et de nouvelles élections législatives ont lieu.

Le gouvernement en place est maintenu pour expédier les affaires courantes, jusqu’à l’élection d’une nouvelle assemblée qui doit intervenir dans un délai maximal de trois mois.

Le Chef du Gouvernement peut demander aux parlementaires un vote de confiance, si la motion de confiance n'est pas votée, le gouvernement doit présenter sa démission au président.

Le Chef du Gouvernement a plusieurs attributions :

  • il répartit les attributions entre les membres du Gouvernement, dans le respect des dispositions constitutionnelles ;
  • il préside le Conseil du Gouvernement ;
  • il veille à l’exécution des lois et règlements ;
  • il signe les décrets exécutifs ;
  • il veille au bon fonctionnement de l’administration publique.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le parlement algérien est bicaméral, il se compose d'une chambre basse, l'Assemblée populaire nationale qui est constitué de 389 députés. Et du Conseil de la nation qui compte 144 parlementaires.

Les élections législatives ont lieu tous les cinq ans, les dernières élections législatives ont eu lieu en 2012. Les deux tiers du Conseil de la Nation sont élus par des autorités régionales et municipales, le dernier tiers est nommé par le Président de la République. Ils sont mandatés pour un mandat de six ans, la Composition du Conseil de la Nation est renouvelable par moitié tous les trois ans.

Le parlement contrôle l'action du gouvernement. Le mandat de député et de membre du Conseil de la Nation est non cumulable avec d'autres mandats ou fonctions. L’initiative des lois appartient concurremment au Chef du Gouvernement et aux députés, les propositions de lois pour être recevables doivent être déposées par au moins vingt députés.

Partis politiques et élections[modifier | modifier le code]

Conformément à sa constitution, le gouvernement algérien doit œuvrer pour la libéralisation de la vie politique, en encourageant notamment la création de nouveaux partis politiques. Plus de quarante partis politiques sont actuellement en activité dans la vie politique algérienne.

Résultats de l’élection présidentielle du 9 avril 2009
Candidats Résultat en % Nombre de voix
Abdelaziz Bouteflika 90,24 % 12 911 705
Louisa Hanoune 4,22 % 604 258
Moussa Touati 2,31 % 330 570
M. Djahid Younsi 1,37 % 196 674
Ali Fawzi Rebaine 0,93 % 133 129
Mohamed Saïd 0,92 % 132 242
Total des votes exprimés 14 308 578


Résultats de l’élection présidentielle du 8 avril 2004
Candidats Résultat en % Nombre de voix
Abdelaziz Bouteflika (sans parti) 85 % 8 651 723
Ali Benflis (Front de libération nationale) 6,4 % 653 951
Abdallah Djaballah (Mouvement pour la réforme nationale) 5 % 511 526
Saïd Saadi (Rassemblement pour la culture et la démocratie) 1,9 % 197 111
Louisa Hanoune (Parti des travailleurs) 1 % 101 630
Ali Fawzi Rebaine (Ahd 54) 0,6 % 63 761
Total des votes exprimés 10 179 702


Résultats des élections législatives du 30 mai 2002
Parti Suffrages  % des exprimés Sièges
Front de libération nationale 34,3 % 199<
Mouvement pour la réforme nationale 9,5 % 43
Rassemblement National Démocratique 8,2 % 47
Mouvement de la société pour la paix 7 % 38
Parti des travailleurs 3,3 % 21
Front national algérien 1,6 % 8
Mouvement de la Renaissance Islamique 0,6 % 1
Parti du renouveau algérien 0,3 % 1
Mouvement de l'Entente Nationale 0,2 % 1
Indépendants 4,9 % 30
Total des sièges 389

Avec un taux de 46 % de participation[3], ces élections de mai 2002 ont été boycottées par le Front des forces socialistes, par le Rassemblement pour la culture et la démocratie et par le Mouvement pour la démocratie en Algérie.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

L’Algérie est divisée en 48 wilayas, (départements) dirigées par des walis (préfets).

Chaque wilaya est divisée en Daïras, elles-mêmes divisées en communes. Chaque wilaya et commune est dirigée par une assemblée élue, respectivement dénommée APW (Assemblée populaire de wilaya) et APC (Assemblée populaire communale).

Les médias[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Médias en Algérie.

L’Algérie compte plus de trente journaux quotidiens, édités aussi bien en français qu'en arabe. Ils sont publiés à près d'un million et demi d'exemplaires par jour. En 2001, le gouvernement a modifié les dispositions pénales de code concernant la diffamation et la calomnie. En 2007 l'association Reporters sans frontières a classé l'Algérie à la 126e place mondiale de son classement sur la liberté de la presse[4].

L’Algérie ne compte actuellement que des chaînes audiovisuelles publiques. En septembre 2011, le premier ministre Ahmed Ouyahia a annoncé des réformes concernant l'ouverture du champ médiatique au privé, des candidats aux lancement de chaînes de télévision ou de radio privées se sont déclarés, parmi eux des hommes d'affaires tels que l'industriel Rabrab, et des quotidiens indépendants notamment El Watan et El Khabar.

Les gouvernements de 1962 à 1998[modifier | modifier le code]

Gouvernement 1962 : Le Gouvernement Ahmed Ben Bella[modifier | modifier le code]

Composition du Gouvernement au 27 septembre 1962 :

  • Ahmed Ben Bella : Président du Conseil
  • Houari Boumediène : Ministre de la Défense
  • Amar Ben Toumi  : Ministre de la Justice
  • Ahmed Medeghri : Ministre de l’Intérieur
  • Mohamed Khemisti : Ministre des Affaires Étrangères
  • Ahmed Francis : Ministre des Finances
  • Amar Ouzegar : Ministre de l’Agriculture et de la Réforme Agricole.
  • Mohamed Khobzi : Ministre du Commerce
  • Laroussi Khalifa : Ministre de l’Industrie et de l’Énergie.
  • Ahmed Boumendjel : Ministre de la Construction et du Transport
  • Bachir Boumaza : Ministre des Affaires Sociales
  • Abderrahmane Ben Hamida : Ministre de l’Éducation Nationale.
  • Mohamed Seghir Nakkache : Ministre de la Santé
  • Moussa Hassani : Ministre des Moudjahidines
  • Abdelaziz Bouteflika : Ministre de la Jeunesse.
  • Mohamed Hadj Hamou : Ministre de l’Information.
  • Taoufik El-Madani : Ministre des Affaires Religieuses

1963[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel No 63-373 du 18 septembre 1963 portant la nomination des membres du Gouvernement :

  • Ahmed Ben Bella : Président du Conseil
  • Houari Boumediène : Ministre de la Défense et Vice-Président du Conseil
  • Said Mohammedi : Vice-Président du Conseil
  • Amar Ouzeguane : Ministre du Gouvernement.
  • Mohamed el-Hadi Hadj Smaine : Ministre de la Justice.
  • Ahmed Medeghri : Ministre de l’Intérieur
  • Bachir Boumaza : Ministre de l’Économie Nationale.
  • Ahmed Mahsas : Ministre de l’Agriculture.
  • Cherif Belkacem : Ministre de l’Orientation Nationale.
  • Mohamed Seghir Nakkache : Ministre des Affaires sociales.
  • Abdelaziz Bouteflika : Ministre des Affaires Étrangères.
  • Ahmed Boumendjel : Ministre de la Construction, des Travaux Publics et du Transport.
  • Abdelkader Zaibek : Ministre des Postes et des Télécommunications
  • Taoufik El-Madani : Ministre des Affaires Religieuses.
  • Kaid Ahmed : Ministre du Tourisme.

1965 - Gouvernement Boumediène II[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gouvernement Boumediène II.

Décret Présidentiel No 65-172 du 10 juillet 1965 portant la nomination du Gouvernement.

Houari Boumediène : Président du Conseil du Gouvernement.

1970[modifier | modifier le code]

Décret no 70-53 du 21 juillet 1970[5] et portant sur la formation du Gouvernement.

Houari Boumediène : Président de la République, Président du Conseil des Ministres et Ministre de la Défense

  • Bélaid Abdesslam : Ministre de l’Industrie et de l’Énergie.
  • Chérif Bekacem : Ministre du Gouvernement .
  • Rabah Bitat : Ministre du Gouvernement chargé du transport.
  • Abdelaziz Bouteflika : Ministre des Affaires Étrangères.
  • Ahmed Medeghri : Ministre de l’Intérieur
  • Mohamed Taibi : Ministre de l’Agriculture et de la Réforme Agraire
  • Boualem Benhamouda : Ministre de la Justice
  • Abdelkrim Ben Mahmoud : Ministre de l’enseignement moyen et secondaire
  • Mohamed Seddik Benyahia : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
  • Amar Boudjelab : Ministre de la Santé
  • Abdelkader Zaibek : Ministre des Travaux Publics
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : Ministre de la Culture et de l ‘Information
  • Abdelaziz Maaoui : Ministre de Tourisme
  • Mohamed Said Mazouzi : Ministre du Travail et des Affaires Sociales.
  • Ayachi Yaker : Ministre du Commerce
  • Smail Mahrouk : Ministre des Finances
  • Mahmoud Genz : Ministre des anciens Moudjahidines
  • Mohamed Kadi : Ministre des postes et Télécommunications
  • Ahmed Fadel : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Abdallah Khodja : Secrétaire d’État chargé de la Planification
  • Abdallah Arbaoui : Secrétaire d’État chargé de l’irrigation


Décret présidentiel en vertu de la charte et de la constitution et les articles 113-114 portant réorganisation du gouvernement.

Houari Boumediène : Président de la République, chef du Gouvernement et Ministre de la Défense.

  • Abdelaziz Bouteflika : Ministre des Affaires Étrangères.
  • Taibi Larbi : Ministre de l’Agriculture et de la Révolution Agraire
  • Mohamed Ben Ahmed Abdelghani : Ministre de l’Intérieur
  • Ahmed Draia : Ministre de l’Hydraulique et de l’Aménagement des Terres et la Protection de l’Environnement
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : Conseiller auprès du Président de la République.
  • Boualem Benhamouda : Ministre des Travaux Publics.
  • Belaid Abdesselam : Ministre de l’Industrie légère.
  • Said Ait Messoudène : Ministre de la Santé
  • Mostefa Lacheraf : Ministre de l’Éducation
  • Abdelmalek Benhabylès : Ministre de la Justice
  • Abdelatif Rahal : Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
  • Mohamed Zerguini : Ministre des Postes et Télécommunications.
  • Mohamed Amir : Ministre du Travail et de la Formation Professionnelle.
  • Abdelmadjid Aouchiche : Ministre de l’Habitat et de la Construction.
  • Mohamed Yala : Ministre du Commerce.
  • Redha Malek : Ministre de l’Information et de la Culture
  • Abdelghani Okbi : Ministre du Tourisme
  • Djamel Houhou :Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Mohamed Yacine : Ministre de l’Industrie Lourde
  • Ahmed Ghazali : Ministre de l’Énergie et des Industries Pétrochimiques.
  • Kamel Abdellah Khoudja : Secrétaire d’État de la Planification.

1979 - Gouvernement Abdelghani I[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gouvernement Abdelghani I.

Décret Présidentiel no : 79-57 du 8 mars 1979[6] portant la liste des membres du Gouvernement.

Chadli Bendjedid : Président de la République et Ministre de la Défense.

Chef du Gouvernement : Mohamed Ben Ahmed Abdelghani.

  • Abdelaziz Bouteflika : Ministre Conseiller auprès du Président de la République.
  • Mohamed Seddik Benyahia : Ministre des Affaires Étrangères
  • Said Ait Messaoudene : Ministre des Industries Légères.
  • Mohamed Zerguini : Ministre des Postes et Télécommunications.
  • Abdelmadjid Aouchiche : Ministre de l’Urbanisme, de la Construction et de l’Habitat
  • M’hamed Yala : Ministre des Finances
  • Abdelghani Okbi : Ministre du Commerce
  • Djamel Houhou : Ministre des Sports
  • Abdelhamid Mehri : Ministre de l’Information et de la Culture
  • Mohamed Cherif Messadia : Ministre des Moudjahidines
  • Abdelmadjid Alahoum : Ministre du Tourisme
  • Salim Saadi : Ministre de l’Agriculture et de la Révolution Agraire
  • Abderrezak Bouhara : Ministre de la Santé
  • Saleh Goudjil : Ministre du Transport
  • Lahcène Soufi : Ministre de la Justice
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : Ministre Conseiller auprès du Président de la République
  • Mouloud Oumeziane : Ministre du Travail et de la Formation Professionnelle
  • Cherif Kherroubi : Ministre de l’Éducation Nationale
  • Adelhak Rafik Bererhi : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.
  • Mohamed Liassine : Ministre de l’Industrie Lourde
  • Ahmed Ghozali : Ministre de l’Hydraulique
  • Smail Hamdani :Secrétaire Général du Gouvernement ayant le grade de Ministre
  • Belkacem Nabi : Ministre de l’Énergie et des Industries Pétrochimiques.
  • Abdelhamid Brahimi : Ministre de la Planification
  • Ahmed Houhat : Secrétaire d’État chargé de la Pêche
  • Brahim Brahimi : Secrétaire d’État Chargé des Forets
  • Boualem Baki Ministre des Affaires Religieuses

1980 - Gouvernement Abdelghani II[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gouvernement Abdelghani II.

Décret Présidentiel no 80- 175 du 15 juillet 1980[7] portant sur le remaniement du Gouvernement.

Chadli Bendjedid : Président de la République et Ministre de la Défense

  • Le Colonel Abdellah Belhouchet : Vice-Ministre de la Défense, Inspecteur Général de l’Armée Nationale
  • Le Colonel Kasdi Merbah : Vice-Ministre de la Défense et Responsable des industries militaires
  • Mohamed Ben Ahmed Abdelghani : Premier Ministre
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : Ministre Conseiller auprès de la Présidence
  • Boualem Benhamouda : Ministre de l’Intérieur
  • Mohamed Seddik Benyahia : Ministre des Affaires Étrangères.
  • Said Ait Messaoudène :Ministre des Industries Légères.
  • M’hamed Yala : Ministre des Finances
  • Absdelmadjid Alahoum : Ministre du tourisme
  • Djamel Houhou : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Saalim Saadi : Ministre de l’Agriculture et de la Révolution Agraire
  • Abderrezak Bouhara : Ministre de la Santé
  • Salah Goudjil : Ministre du Transport
  • Boualem Baki : Ministre de la Justice
  • Mouloud Oumeziane : Ministre du Travail et de la Formation Professionnelle
  • Ghozali Ahmed Ali : Ministre de l’Habitat
  • Cherif Kherroubi : Ministre de l’Éducation et de L’Enseignement Fondamental
  • Abdelhak Bererhi : Ministre de l’enseignement et de la Recherche Scientifique
  • Mohamed Liassine : Ministre de l’Industrie Lourde
  • Belkacem Nabi : Ministre de l’Énergie et des Industries Pétrochimiques
  • Brahim Brahimi : Ministre de l’Hydraulique
  • Abdelhamid Brahimi : Ministre de la Planification et de l’aménagement du Territoire
  • Djelloul Baakhti Nemmiche : Ministre des Moudjahidines
  • Boualem Bessaiah : Ministre de l’Information
  • Abdelaziz Khellef : Ministre de Commerce
  • Abdennour Bekka : Ministre des postes et des Télécommunications
  • Mohamed Kortebi : Ministre des Travaux Publics
  • Abderrahmane Chibane : Ministre des Affaires Religieuses
  • Mohamed Rouighi :Secrétaire d’État chargé des forets et à la mise en valeur des terres
  • Mohamed Larbi Ould Khelifa : Secrétaire d’État chargé de la Culture et des Arts Populaires
  • Cherif Hadj Slimane : Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement secondaire et technique
  • Ali Oubouzar : Secrétaire d’État chargé du Commerce Extérieur
  • Mohamed Nabi : Secrétaire d’État chargé de la Formation Professionnelle.

1982 - Gouvernement Abdelghani III[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gouvernement Abdelghani III.

Décret présidentiel no 82-17 du 12 janvier 1982[7] portant remaniement du Gouvernement.

Chadli Bendjedid : Président de la République et Ministre de la Défense.

  • Le Colonel Abdellah Belhouchet : Vice- Ministre de la Défense, Inspecteur Général de l’Armée.
  • Mohamed Ben Ahmed Abdelghani : Chef du Gouvernement.
  • Boualem Benhamouda : Ministre des Finances.
  • Mohamed Seddik Benyahia : Ministre de Affaires Étrangères.
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : Ministre Conseiller Auprès de la Présidence de la République.
  • Said Ait Messaouden : Ministre de l’Industrie légère.
  • Adelmadjid Alahoum : Ministre du Tourisme
  • Salim Saadi : Ministre de l’Agriculture et de la Révolution Agraire.
  • Salah Goudjil : Ministre du Transport et de la Peche.
  • Abderrezak Bouhara : Ministre de la Santé
  • Mouloud Oumeziane : Ministre du Travail
  • Ghozali Ahmed Ali : Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme.
  • Cherif Kherroubi : Ministre de l’Éducation et de l’Enseignement Fondamental
  • Abdelhak Rafik Bererhi : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.
  • Belkacem Nabi : Ministre de l’Énergie et de l’Industrie Pétrochimique.
  • Brahim Brahimi : Ministre de l ‘Hydraulique.
  • Djelloul Bakhti Nemmiche : Ministre des Moudjahidines.
  • Boualem Bessaih : Ministre de l’Information.
  • Abdelaziz Khellaf : Ministre du Commerce.
  • Kasdi Merbah : Ministre de l’Industrie Lourde.
  • Bachir Rouis : Ministre des Postes et Télécommunications.
  • Abdennour Bekka : Ministre de la Jeunesse et des Sports.
  • Mohamed Kortebi :Ministre des Travaux Publics.
  • Abderrahmane Chibane : Ministre des Affaires Religieuses.
  • Abdelmadjid Meziane : Ministre de la Culture.
  • Mohamed Rouighi : Secrétaire d’État chargé des Forets.
  • Ahmed Benfréha : Secrétaire d’État chargé de la Pêche et du Transport Maritime.
  • Mohamed Larbi Ould Khelifa : Secrétaire d’État chargé de l’enseignement Secondaire et technique..
  • Djelloul Khatib : Secrétaire d’État chargé de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
  • Ali Oubouzar : Secrétaire d’État chargé du Commerce.
  • Z’hour Ounissi : Secrétaire d’État chargé des Affaires Sociales.

1984[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 84-12 du 22 janvier 1984 portant sur la désignation des membres du gouvernement

Chadli Bendjedid : Président de la République et ministre de la Défense

  • Le colonel Abdallah Belhouchet : vice ministre de la Défense, inspecteur général de l’Armée Nationale
  • Abdelhamid Brahimi : Chef du Gouvernement
  • Boualem Benhamouda : ministre des Finances
  • Ahmed Taleb Ibrahimi : ministre des Affaires Étrangères
  • M’Hamed Yala : ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales
  • Boualem Baki : ministre de la Justice
  • Kasdi Merbah : ministre de l’Agriculture et de la Pêche
  • Bachir ROUIS : ministre de l’Information
  • Salim Saadi : ministre de l’Industrie Lourde
  • Salah Goudjil : ministre du Transport
  • Mohamed Chérif Kherroubi : ministre de l’Éducation Nationale
  • Abdelhak Brerhi : ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
  • Belkacem Nabi : ministre de l’Énergie et de l’Industrie Pétrochimique
  • Djamel Houhou : ministre de la Santé Publique
  • Zitouni Messaoudi : ministre de l’Industrie
  • Kamel Bouchama : ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Abderahmane Belayat : ministre de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Construction
  • Mostepha Benazaza : vice-ministre chargé de la pêche auprès du ministère de l’Agriculture
  • Khira Taib : vice –ministre chargé de l’Enseignement Secondaire auprès du ministère de l’Éducation
  • Djeloul Bakhti Nemmiche : ministre des Moudjahidines
  • Boualem Bessaieh :ministre des Postes et Télécommunications
  • Abdelaziz Khellaf : ministre du Commerce
  • Abderahmane Chibane : ministre des Affaires Religieuses
  • Mohamed Nabi : ministre du Travail et de la Formation Professionnelle
  • Abdelmadjid Meziane :ministre du Tourisme et de la Culture
  • Z’hour Ounissi : ministre des Affaires Sociales
  • Mohamed Rouighi : ministre de l’Hydraulique
  • Ahmed Benfreha : ministre des Travaux Publics
  • Ali Oubouzar : ministre de la Planification et de l’aménagement Urbain
  • Mohamed Aberkane : vice ministre chargé du commerce Extérieur
  • Mohamed mazouni : vice –ministre chargé de l’Industrie Mécanique auprès du ministère de l’Industrie Lourde
  • Mohamed Arezki Isli : vice-ministre chargé de la Construction
  • Aissa Abdellaoui : vice-ministre chargé de l’Environnement et des Forêts auprès du ministère de l’Hydraulique
  • Aboubekr Belkaid : vice ministre3 chargé de la Construction
  • Mosdtefa Benamrou : vice-ministre chargé du budget
  • Noureddine Hardi : vice-ministre chargé de la Coopération auprès du ministère des Affaires Étrangères
  • Mohamed-Salah Mentouri :vice ministre chargé du Sport auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports
  • Haoucine Elhadj :vice-ministre chargé de l’Industrie Chimique
  • Zineddine Sekfali :vice-ministre chargé du Tourisme auprès du ministère du Tourisme
  • Abdelmalek Nourani : vice ministre chargé de l’Aménagement Urbain auprès du ministère de la Planification

1986[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 86-33 du 18 février 1986 portant remaniement du gouvernement

Chef du Gouvernement : Abdelhamid Brahimi.

  • Boualem Baki : Ministre des Affaires Religieuses.
  • Z’hour Ounissi : Ministre de l’Éducation Nationale
  • Faical Boudraa : Ministre de l’Industrie
  • Rachid Benyelles : Ministre du Transport
  • Boualem Bessaiah : Ministre de la Culture et du Tourisme
  • Aboubkr Belkaid : Ministre de la Formation Professionnelle et du Travail
  • Abdelmalek Nourani : Ministre de l’Urbanisme et de la Construction
  • Abdelaziz Khellef : Ministre des Finances
  • Mostepha Benamar : Ministre du Commerce
  • Mohamed Djeghaba : Ministre des Moudjahidines
  • Mohamed Cherif Kherroubi : Ministre de la Justice
  • Mostepha Benzaza : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Mohamed Aberkane : Vice-Ministre chargé de la Coopération
  • Mohamed Mazouni : Vice-Ministre chargé de la Pêche
  • Mohamed Salah Mentouri : Vice- Ministre chargé du Tourisme
  • Yacine Fergani : Vice-Ministre chargé de l’Industrie Chimique et Pétrochimique
  • Laila Taib : Vice- Ministre chargé de l’Enseignement Secondaire et Technique
  • Aissa Abdellaoui : Vice-Ministre chargé de l’Environnement et des Forets
  • Mohamed Nabi : Ministre de la Protection Sociale

1988[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 88-235 du 9 novembre 1988 portant désignation des membres du gouvernement de Kasdi Merbah.

  • Chadli Bendjedid : Président de la République et Ministre de la Défense.
  • Kasdi Merbah : Chef du Gouvernement.
  • Boualem Bessaiah : Ministre des Affaires Étrangères
  • Aboubekr Belkaid : Ministre de l’Intérieur et de l’Environnement
  • Boualem Baki : Ministre des Affaires Religieuses
  • Mohamed Djeghaba : Ministre des Moudjahidines
  • Ali Benflis : Ministre de la Justice
  • Mohamed Nabi : Ministre du Travail et des Affaires Sociales
  • El-Hadi Lakhdiri : Ministre du Transport
  • Sid Ahmed Ghozali : Ministre des Finances
  • Mourad Medlissi : Ministre du Commerce
  • Ahmed Benfreha : Ministre de l’Hydraulique
  • Noureddine Kadra : Ministre de l’Agriculture
  • Aissa Abdellaoui : Ministre des Travaux Publics
  • Nadir Benmaati : Ministre de la Construction et de l’Urbanisme
  • Mohamed Tahar Bouzeghreb : Ministre de l’Industrie Légère
  • Mohamed Ghrib : Ministre de l’Industrie Lourde
  • Sadek Boussena : Ministre de l’Énergie et de l’Industrie Pétrochimique.
  • Messaoud Zitouni : Ministre de la Santé
  • Abdelhamid Aberkane : Ministre de l’Enseignement Supérieur
  • Slimane Cheikh : Ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation
  • Chérif Rahmani : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Yacine Fergani : Ministre des Postes et Télécommunications.

1989[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no89-171 du 9 septembre 1989 et le Décret no 29-178 du 16 septembre 1989 le portant sur la nomination de Mouloud Hamrouche à la tête du Gouvernement et le second la désignation des membres du gouvernement.

Chadli Bendjedid : Président de la République et Ministre de la Défense

  • Mouloud Hamrouche ; Chef du Gouvernement.
  • Ali Benflis : Ministre de la Justice
  • Said Chibane : Ministre des Affaires Religieuses
  • Mohamed Salah Mohammedi : Ministre de l’Intérieur
  • Ben Ali Henni : Ministre délégué des Collectivités Locales
  • Mohamed el-Mili Brahimi : Ministre de l’Éducation
  • Abdessalem Rachedi : Ministre délégué aux collectivités
  • Abdelkader Boudjemaa : Ministre de la Jeunesse
  • Mustapha Cherif : Ministre de l'Enseignement supérieur
  • Abdenour Keramane : Ministre Délégué à la Formation Professionnelle
  • Ghazi Hidouci : Ministre de l’Économie
  • Ismail Goumeziane : Ministre Délégué à l’Organisation du Commerce
  • Mohamed Ghrib : Ministre des Affaires Sociales
  • Amrou Kara Mohamed : Ministre Délégué à l’Emploi
  • Abdelkader Bendaoud : Ministre de l’Agriculture
  • Cherif Rahmani : Ministre de l’Équipement
  • Sadek Boussena : Ministre des Mines
  • El-Hadi Khediri : Ministre du Transport
  • Hamid Sidi Said : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Akli Khedis : Ministre de la Santé
  • Abdelaziz Khellef : Secrétaire d’État chargé des Affaires du Maghreb.

1990[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 90-224 du 25 juillet 1990 portant remaniement du gouvernement.

  • Khaled Nezzar : Ministre de la Défense
  • Ali Ben Mohamed : Ministre de l’Éducation
  • Mostapha Cherif : Ministre des Collectivités
  • Sadek Boussena : Ministre des Mines et de l’Industrie
  • Hacene Kahlouche : Ministre du Transport
  • Mohamed Ganfid : Ministre de l’Equipement
  • Mohamed Seradj : Ministre des postes et télécommunications
  • Hamid Sidi Said : Ministre de la Santé
  • Cherif Hadj Slimane : Ministre Délégué chargé de la Recherche Scientifique

Juin 1991[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 91-199 du 18 juin 1991 portant sur la formation du gouvernement.

Sid Ahmed Ghozali : Chef du Gouvernement.

  • Khaled Nezzar : Ministre de la Défense
  • Lakhdar Brahimi : Ministre des Affaires Étrangères
  • Aboubakr Belkaid : Ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé des Relations avec le Parlement et des Associations
  • Abdelatif Rahal : Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales
  • Ali Benflis : ministre de la Justice (IL a déposé sa démission le 21 juillet 1991)
  • M’hmed Ben Redouane : Ministre des Affaires Religieuses
  • Nafissa Lalliam : Ministre de la Santé
  • Dillali Liabès : Ministre des Universités
  • Mourad Belguedj : Ministre du Transport
  • Mohamed Elyes Mesli : Ministre de l’Agriculture
  • Mosstapha Harrati : Ministre de l’Equipement et du Logement
  • Leila Aslaoui : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Mohamed Ali Haroun : Ministre Délégul chargé des Droits de l’Homme
  • Noureddine Ait Laoussine : Ministre de l’Énergie
  • Hocine Benissad : Ministre de l’Économie
  • Ali Ben Mohamed : Ministre de l’Éducation
  • Mohamed Salah Mentouri : Ministre du Travail et des Affaires Sociales
  • Abdenour Keramane : Ministre de l’Industrie et des Mines
  • Mohamed Serradj : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Brahim Chibout : Ministre des Moudjahidines
  • Chikh Bouamrane : Ministre de la Communication et de la Culture
  • Abdelmadjid Tebboune : Ministre Délégué chargé des collectivités Locales
  • Ali Ben Nouari : Ministre Délégué chargé du Commerce
  • Lakhdar Bayou : Ministre Délégué à la Petite et Moyenne Entreprise.
Décret du 21 juillet portant nomination de 
  • Hamdani Benkhalil : Ministre de la Justice à la place de Ali Benflis
  • Mohamed Meghlaoui : Ministre Délégué chargé de l’Habitat.

Octobre 1991[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 91-389 du 18 octobre 1991 modifié et complété par le Décret no 91-199 portant sur la désignation des membres du gouvernement " Remaniement du Gouvernement. "

Sid Ahmed Ghozali : Ministre de l’Économie et chef du Gouvernement

  • Larbi Belkheir : Ministre de l’Intérieur et des collectivités Locales.
  • Aboubekr Belkaid : Ministre de la Communication
  • Mohamed Salah Mentouri : Ministre de la Santé et des Affaires Sociales
  • Larbi Demagh Latrous : Ministre de la Culture
  • Abdelaziz Zeyari : Ministre du Travail de la santé
  • Anissa Benameur : Ministre de la Formation Professionnelle et de l'emploi
  • Ali Haroun : Ministre des Droits de l’Homme

Février 1992[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 92-76 du 22 février 1992 modifiant et complétant le Décret 91-199 portant sur la désignation des membres du gouvernement (Deuxième Remaniement du gouvernement)

Mohamed Boudiaf : Président du Haut Conseil de l’État

  • Aboubakr Belkaid : Ministre de la Communication et de la Culture
  • Djilali Liabès : Ministre des Universités et de la Recherche Scientifique
  • Hachemi Nait Djoudi : Ministre du Transport
  • Said Guechi : Ministre du Travail et de la Formation Professionnelle
  • Farouk Tebal : Ministre de l’Habitat
  • Zahia Mentouri : Ministre de la Santé et des Affaires Sociales
  • Ahmed Benbitour : Ministre Délégué Chargé du Trésor
  • Sassi Lamouri : Ministre des Affaires Religieuses
  • Ahmed Naoui : Secrétaire d’État Chargé des Collectivités Locales
  • Rachid Maarif : Secrétaire d’État Chargé du Tourisme
  • Ahmed Ainouche : Secrétaire d’État Chargé des Postes et Télécommunications
  • Mourad Kheladi : Secrétaire d’État Chargé de la Recherche Scientifique
  • Kamel Hadjiyat : Secrétaire d’État Chargé de l’Hydraulique.
  • Le Ministère des Droits de l’Homme a été annulé.

Juillet 1992[modifier | modifier le code]

Décret présidentiel no 92-307 du 19 juillet 1992 portant nomination des membres du gouvernement de Belaid Abdessalam

Bélaïd Abdessalam : Chef du Gouvernement et Ministre de l’Économie

  • Khaled Nezzar : Ministre de la Défense
  • Djelloul Beghli : Ministre de la Formation Professionnelle
  • Messaoud Ait Chaalal : Ministre Conseiller auprès du Chef du Gouvernement
  • Abdelhamid Mahi Bahi : Ministre de la Justice
  • Mohamed Hardi : Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales
  • Abdenour Keramane : Ministre de l’Industrie et des Mines
  • Brahim Chibout : Ministre des Moudjahidines
  • Farouk Tebal : Ministre de l’Habitat
  • Mohamed Esghir Babes : Ministre de la Santé et des Habitants
  • Mohamed Ben Djerba : Ministre du Travail et des Affaires Sociales
  • Mokdad Sifi : Ministre de l’Equipement
  • Ahmed Benbitour : Ministre Chargé du Trésor
  • Hamraoui Habib Chawki : Ministre de la Culture et de la Communication
  • Abdelkader Khomri : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Tahar Allane : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Mokhtar Meherzi : Ministre du Transport
  • Hacène Moufti : Ministre de l’Énergie
  • Mohamed Elyes Mesli : Ministre de l’Agriculture
  • Sassi Lamouri : Ministre des Affaires Religieuses
  • Tahar Hamdi : Ministre Chargé du Commerce
  • Ali Brahiti : Ministre Chargé du Budget
  • Mohamed Toulba : Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Intérieur Chargé de la Sécurité publique
  • Nomination de Redha Malek au poste de Ministre des Affaires Étrangères le 3 février 1993.

Décret Présidentiel no 92-390 du 25 octobre 1992 portant remaniement du gouvernement, complète le Décret présidentiel no 92-307 du 19 juillet 1992 portant sur la nomination des membres du gouvernement.

Redha Malek : Chef du Gouvernement

  • Mohamed Salah Dembri : Ministre des Affaires Étrangères
  • Salim Saadi : Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales
  • Mohamed Teguia : Ministre de la Justice
  • Mourad Benachenho : ministre de l’Économie
  • Mohamed Merzouk : Ministre de la Communication
  • Abdelhafid Amokrane : Ministre des Affaires Religieuses
  • Ahmed Djebbar : Ministre de l’Éducation Religieuse
  • Sid Ahmed Lebib : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Tahar Allane : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Hacène Laskri : Ministre de la Formation Professionnelle
  • Lounès Bourenane : Ministre du Travail et de Protection Sociale
  • Ahmed Hassmim : Ministre de l’Agriculture
  • Mokdad Sifi : Ministre de l’Equipement
  • Mokhtar Meherzi : Ministre de l’Industrie et des Mines
  • Mohamed Arezki Asli : Ministre du Transport
  • Mohamed Eseghir Babès : Ministre de la Santé
  • Brahim Chibout : Ministre des Moudjahidines
  • Ahmed Benbitour : Ministre de l’Énergie
  • Mohamed Meghlaoui : Ministre de l’Habitat
  • Ali Brahiti : Ministre Délégué auprès auprès du Ministère de l’Économie chargé du Commerce
  • Rédha Hamiani : Ministre Délégué auprès du Ministère de l’Économie chargé des Petites et Moyennes Entreprises
  • Boubekeur Benbouzid : Ministre Délégué auprès du Ministère de l’Éducation chargé des Universités et de la Recherche Scientifique

Ahmed Ouyahia : Secrétaire d’État auprès du Ministère des Affaires Étrangères chargé des Affaires Maghrébines

1994[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 94-92 du 11 mars 1994 portant nomination de Mokdad Sifi chef du Gouvernement et les membres de son Gouvernement.

Liamine Zéroual : Chef de l’État et Ministre de la Défense (Décret Présidentiel no 159-93 du 11 juillet 1993)

Mokdad Sifi : Chef du Gouvernement.

  • Mohamed Salah Dembri : Ministre des Affaires Étrangères
  • Abderahmane Meziane Cherif : Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Environnement.
  • Mohamed Teguia : Ministre de la Justice
  • Ahmed Benbitour : Ministre des Finances
  • Mourad Ben Achenhou : Ministre de la Restructuration Industrielle et de la Participation
  • Amar Mekhloufi : Ministre de l’Industrie et de l’Énergie
  • Said Abadou : Ministre des Moudjahidines
  • Mohamed Benamar Zerhouni : Ministre de la Communication
  • Amar Sakhri : Ministre de l’Éducation
  • Boubekeur Benbouzid : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
  • Nouredine Behbouh : Ministre de l’Agriculture
  • Cherif Rahmani : Ministre de l’Equipement et de l’Urbanisme
  • Mohamed Meghlaoui : Ministre de l’Habitat
  • Yahia Guidoum : Ministre de la Santé et de l’Habitat
  • Sid Ali Lebib : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Slimane Cheikh : Ministre de la Culture
  • Hacène Laskri : Ministre de la Formation Professionnelle
  • Sassi Lamouri : Ministre des Affaires Religieuses
  • Mohamed Laichoubi : Ministre du Travail et de la Protection Sociale
  • Tahar Allane : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Mohamed Arezki Isli : Ministre du Transport
  • Sassi Aziza : Ministre du Commerce
  • Rédha Hamiani : Ministre des PMI et PME
  • Mohamed Bensalem : Ministre du Tourisme et de l’Artisanat
  • Ali Brahiti : Ministre Délégué auprès du Ministère des Finances chargé du Budget
  • Ahmed Attaf : Secrétaire d’État chargé de la Coopération et des Affaires Maghrébines
  • Nourreddine Kasdali : Ministre délégué auprès du Ministère de l’Intérieur chargé des Collectivités Locales et de la Réforme Administrative
  • Leila Aslaoui : Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre chargé de la Solidarité Nationale et de la Famille.

1995[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 74-95 de mars 1995 portant remaniement du gouvernement.

  • Lamine Bechiche : Ministre des Communications (le poste fut créé lors du remaniement du gouvernement.)
  • Mohamed Adami : Ministre de la Justice, à la place de Mohamed Téguia.
  • Mostapha Benmansour : Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Environnement à la place de Abderrahmane Meziane Cherif.
  • Mohamed Salah Youyou : Ministre des Postes et des Télécommunications à la place Mohamed Ben Ammar Zerhouni.
  • Aicha Henia Semichi : Secrétaire d’État auprès du Chef du Gouvernement chargé de la Solidarité Nationle et de la Famille à la suite de la démission de Leila Aslaoui.
  • Mohamed Laichoubi : Ministre du Travail et de la Protection Sociale.


Décret Présidentiel no 450-95 du 31 décembre 1995 portant nomination du Chef du Gouvernement Ahmed Ouyahia à la place de Mokdad Sifi.

Liamine Zéroual : Président de la République et Ministre de la Défense.

  • Ahmed Ouyahia : Chef du Gouvernement
  • Ahmed Attaf : Ministre des Affaires Étrangères
  • Mostapha Ben Mansour :Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales et de l’Environnement
  • Ahmed Benbitour : Ministre des Finances
  • Amar Mekhloufi : Ministre de l’Énergie et des Mines
  • Said Abadou : Ministre des Moudjahidines
  • Slimane Cheikh : Ministre de l’Éducation Nationale
  • Mihoub Elmihoub : Ministre de la Communication et de la Culture
  • Boubekeur Benbouzid : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
  • Noureddine Behbouh : Ministre de l’Agriculture et de la Peche
  • Yahia Guidoum : Ministre de la Santé
  • Hacène Laskri : Ministre de la Protection Sociale et de la Formation Professionnelle
  • Mohamed Salah Youyou : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Ahmed Merani : Ministre des Affaires Religieuses
  • Smail Dine : Ministre de l’Equipement
  • Mouldi Aissaoui : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Abdelkader Hamitou : Ministre des P MI et des PME
  • Abdelkader Harchaoui : Ministre du Commerce
  • Abdelaziz BenM’hidi : Ministre du Tourisme et de l’Artisanat
  • Said Ben Dakir : Ministre du Transport
  • Ali Brahiti : Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances chargé du Budget
  • Rabéa Mechernene : Ministre Délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé de la Solidarité Nationale et de la Famille
  • Ali Hamdi : Ministre Délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé de la Planification
  • Amer Harkat : Ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé de la Réforme Administrative et de la Fonction Publique
  • Lahcène Moussaoui : Secrétaire d’État auprès du Ministre des Affaires Étrangères chargé de la Coopération et des Affaires Maghrébines
  • Tedjini Salaouandji : Secrétaire d’État auprès du Ministre des Affaires Étrangères chargé de la Communauté Algérienne à l’Etranger
  • Bouguerra Soultani : Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Agriculture et de la Peche chargé de la Peche
  • Ahmed Naoui : Secrétaire d’État auprès du Ministère de l’Intérieur chargé de l’Environnement
  • Tahar Kaci : Secrétaire d’État auprès du Ministre du Travail chargé de la Formation Professionnelle.

1997[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel no 231-97 du 25 novembre 1997 portant nomination des membres du Gouvernement

  • Liamine Zéroual : Président de la République et ministre de la Défense
  • Ahmed Ouyahia : Chef du Gouvernement
  • Ahmed Attaf : Ministre des Affaires Étrangères
  • Mohamed Adami : Ministre de la Justice
  • Mostapha Ben Mansour : Ministre de l’Intérieur
  • Abdelkrim Harchaoui : Ministre des Finances
  • Said Abadou : Ministre des Moudjahidines
  • Youcef Yousfi : Ministre de l’Énergie et des Mines
  • Abderrahmane Belayat : Ministre de l’Equipement et de l’Urbanisme
  • Abdelmadjid Menasra : Ministre de l’Industrie et de la Restructuration
  • Boubekeur Benbouzid : Ministre de l’Éducation Nationale
  • Amar Tou : Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
  • Bouguerra Soltani :Ministre des PMI et des PME
  • Yahia Guidoum : Ministre de la Santé
  • Hacène Laskri : Ministre du Travail, de la Protection Sociale et de la Formation Professionnelle
  • Bakhti Belaib : Ministre du Commerce
  • Rabéa Mechernene : Ministre de la Solidarité Nationale et de la Famille
  • Mohamed Aziz Derouaz : Ministre de la Jeunesse et des Sports
  • Habib Chawki Hamraoui : Ministre de la Communication et de la Culture et Porte parole du Gouvernement
  • Mohamed Kechoud : Ministre chargé des Relations avec le Parlement
  • Cherif Rahmani : Ministre Délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé du gouvernorat du Grand-Alger
  • Amar Zegrar : Ministre auprès du Chef du Gouvernement
  • Mohamed Salah Youyou : Ministre des Postes et Télécommunications
  • Abdelkader Taffer : Ministre auprès du Chef du Gouvernement
  • Ali Brahiti : Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances chargé du Budget
  • Ahmed Naoui : Ministre Délégué auprès du Chef du Gouvernement chargé de la Réforme Administrative et de la Fonction Publique
  • Lahcène Moussaoui : Ministre Délégué auprès du Ministre des Affaires Étrangères chargé de la Coopération et des Affaires Maghrébines
  • Benalia Belahouadjeb : Ministre de l’Agriculture et de la Peche
  • Abdelkader Bengrina : Ministre du Tourisme et de l’Industrie Lourde
  • Bouabdellah Ghoulamallah : Ministre des Affaires Religieuses
  • Abdelkader Bounekraf : Ministre de l’Habitat
  • Ahmed Boulil : Ministre du Transport
  • Tedjini Salaouandji : Secrétaire d’État auprès du Ministère des Affaires Étrangères chargé de la Communauté Algérienne à l’etranger
  • Abdelkader Hamitou : Secrétaire d’État auprès du Ministère de l’Agriculture chargé de la Pêche
  • Younès Karim : Secrétaire d’État auprès du Ministère du Travail chargé de la Formation Professionnelle
  • Zahia Benarousse : Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Communication et de la culture chargé de la Culture
  • Bachir Amrat : Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Intérieur chargé de l’Environnement
  • Ahmed Lamaa : Secrétaie d’État auprès du Ministre de l’Equipement chargé du Développement Rural
  • Ahmed Ben Slimane : Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Habitat chargé de l’Urbanisme
  • Mohamed Noura : Secrétaire d’État auprès du Ministre du Tourisme chargé de l’Industrie Artisanale
  • Mahfoud Laacheb : Secrétaire Général du Gouvernement.

1998[modifier | modifier le code]

Décret Présidentiel de décembre 1998 portant remaniement du gouvernement

Smail Hamdani : Chef du Gouvernement. Ghaouti Mekamcha : Ministre de la Justice Abdelmalek Sellal : Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Environnement Abdelaziz Rehabi : Ministre de la Communication et de la Culture, Porte-Parole du Gouvernement.(limogé par le Président)[8].

Les gouvernements de 1998 à 2008[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Gouvernements :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :