Politique à Nauru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La politique à Nauru en tant qu'État indépendant est récente car elle débute le 31 janvier 1968 sous la forme d'une République parlementaire démocratique. La constitution écrite pour l'indépendance est toujours en vigueur et toutes les instances du pouvoir siègent dans le district de Yaren.

Nauru est membre du Commonwealth depuis 1968[1] et des Nations unies depuis le 14 septembre 1999[2],[3].

Le bâtiment du gouvernement (à gauche) et le Parlement (à droite) de Nauru dans le district de Yaren.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Président de Nauru et Cabinet de Nauru.

Le pouvoir exécutif de Nauru est formé par le gouvernement composé de ministres nommés par le président[3]. Le président de Nauru cumule les postes de Chef d'État et Chef de gouvernement[2]. Il est élu au suffrage indirect ; par un vote parmi les parlementaires, qui désigne l'un d'eux à cette position.

Le président actuel est Baron Waqa, depuis le 11 juin 2013.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parlement de Nauru.

Le pouvoir législatif de Nauru est formé par le Parlement composé de 18 parlementaires. Ceux-ci sont élus tous les trois ans au suffrage universel direct durant les élections législatives et ce pour un mandat de trois ans maximum[3]. Le Parlement doit être formé d'une coalition d'au moins dix parlementaires[2]. En élisant le président, le parlement a le rôle d'un collège électoral.

La législation est basée sur le Droit anglais, enrichie des actes du Parlement[4].

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Le pouvoir judiciaire de Nauru est complexe et formé de différentes cours. Il est formé par la Cour suprême et la Cour d'appel.

Élections[modifier | modifier le code]

Le découpage administratif de Nauru forme quatorze districts eux-mêmes réunis en huit circonscriptions électorales. Chaque circonscription fourni deux parlementaires au Parlement sauf la circonscription d'Ubenide qui en fourni quatre[2]. Le suffrage est universel et obligatoire, pour tout citoyen de 20 ans et plus[4].

À sa première séance, le Parlement nomme deux porte-paroles ainsi qu'un président parmi les membres restants. Celui-ci compose ensuite son gouvernement en nommant quatre ou cinq autres députés[2]. Les remaniements ministériels entre deux élections par la formation de nouvelles coalitions sont fréquents[2].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Le multipartisme est accepté par la constitution mais ceux-ci sont souvent informels.

Il n'y a aucun parti politique formalisé au sein du Parlement, bien que les députés s'assemblent en groupes définis[5].

La politique à Nauru est plus influencée par des alliances familiales que par les partis politiques[2].

Constitution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Constitution de Nauru.

La constitution actuelle de Nauru a été adoptée le 28 janvier 1968 et mise en application le 31 janvier à l'occasion de l'indépendance du pays[3].

Elle détermine les droits fondamentaux ainsi que les modalités électorales[3].

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique étrangère de Nauru.

Ambassades[modifier | modifier le code]

Nauru possède des représentations officielles en Australie (Melbourne), aux Fidji, à Taïwan, en Thaïlande (Bangkok) et aux États-Unis (New York)[2].

Dans le cadre de la politique d'une seule Chine, Nauru a reconnu la République de Chine (Taïwan) au détriment de la République populaire de Chine le 14 mai 2005[2].

Nauru entretient des relations diplomatiques amicales avec l'Australie qui est son premier partenaire commercial[2]. L'Australie est représentée à Nauru par un Consul général, un Vice-Consul, un représentant du Programme d'aide de l'outre-mer du gouvernement australien et deux représentants du Département de l'Immigration[2]. Le Haut Commissionnaire australien de Suva (Fidji) est accrédité par l'Australie comme Haut-Commissionnaire non résident de Nauru[2].

Sièges aux instances internationales[modifier | modifier le code]

Nauru est membre des institutions suivantes : Pays ACP, Banque asiatique de développement, Commonwealth, CESAP, Organisation de l'aviation civile internationale, INTELSAT, Interpol, CIO, UIT, Commission baleinière internationale, Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, Forum des îles du Pacifique, Communauté du Pacifique Sud, Sparteca, ONU, UNESCO, UPU, OMS et ICC.

Nauru est membre du Commonwealth depuis 1968[1] et des Nations Unies depuis le 14 septembre 1999 en tant que 187e membre[2]. Le pays, bien qu'il soit devenu membre à part entière du Commonwealth en mai 1999, est passé au statut de membre spécial au sein de cette organisation depuis quelques années[2].

Forces armées[modifier | modifier le code]

Nauru ne possède pas d'armée. La seule force de maintien de l'ordre est formée par la police locale. Nauru délègue sa politique de défense à l'Australie.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :